Publicité

"Vive la sororité !" : Sophie Davant lève le poing contre les remarques sexistes

"Vive la sororité" : Sophie Davant lève le poing contre les remarques sexistes - Abaca
"Vive la sororité" : Sophie Davant lève le poing contre les remarques sexistes - Abaca

"J'ai des réactions quand j'ai l'air fatiguée, quand on voit des rides, quand je suis mal coiffée qui sont incroyablement violentes". Sophie Davant a poussé un coup de gueule bien légitime contre le sexisme ordinaire sur les réseaux sociaux...

Sophie Davant est un visage familier depuis des lustres pour des millions de téléspectateurs. Mais cela n'empêche pas sa notoriété d'être envenimée par les plumes les plus malveillantes. Et parmi elles, cela va surprendre (non), les sexistes qui n'hésitent jamais à commenter le physique d'une star.

C'est un phénomène on ne peut plus banalisé que celui-ci : le body shaming. Il touche majoritairement les jeunes femmes sur les réseaux sociaux, mais pas seulement. Sophie Davant en a témoigné. Et elle a même décidé de pousser un coup de gueule ! Pour notre plus grand plaisir d'ailleurs.

Sur le plateau du Buzz TV du Figaro, la journaliste est venue mettre les points sur les i : "J'ai des réactions quand j'ai l'air fatiguée, quand on voit des rides, quand je suis mal coiffée qui sont incroyablement violentes. On a juste envie d'un peu de douceur !" Un appel à la bienveillance loin d'être vide.

Car Sophie Davant en a également profité pour évoque un autre vrai, grand sujet, au coeur des luttes féministes... A savoir ?

"Les femmes sont les plus virulentes..."

A Buzz TV, Sophie Davant a effectivement poursuivie : "Ce qui est incroyable, c'est que ce sont les femmes qui sont les plus virulentes à l'égard des autres femmes. Ce sont des réactions que personne n'a vis-à-vis des hommes. On ne s'émeut pas d'un signe de fatigue concernant un homme".

Ce que rappelle Sophie Davant face caméra, c'est que la sororité est loin...

Lire la suite


À lire aussi

Mais pourquoi Miss Japon est-elle au coeur de vives polémiques ?
Pour parler de l'IVG, il faut d'abord "écouter les femmes", insiste le Planning Familial
Victime de violences conjugales, Judith Chemla témoigne (et on l'écoute)