Voyage au Pays basque : zoom sur Biarritz, ville de l'impératrice Eugénie

Les Biarrots l’appellent l’Ange de Bonté. Quand elle arrive à Biarritz à l’été 1854 avec l’empereur Napoléon III, épousé l’année précédente, Eugénie est accueillie avec émotion par les habitants de ce village qu’elle fréquente depuis qu’elle a 8 ans. La belle jeune femme de 28 ans connaît chaque mendiant par son prénom. Généreuse et idéaliste, elle a marqué les esprits de ce lieu pittoresque et grandiose qui commence à être à la mode. Depuis le XVIIIe siècle, époque à laquelle les premiers cours de natation apparaissent en France, le village est réputé pour cette activité sportive. Marins et paysans surveillent la baignade. Napoléon Ier s’est baigné ici dès 1808. Son neveu Napoléon III et sa jeune épouse (elle a 18 ans de moins que lui) sont eux-mêmes de très bons nageurs. L’impératrice a même tendance à l’imprudence : en 1850, elle a failli se noyer, secourue de justesse dans les vagues par d’autres nageurs.

C’est justement son allure sportive qui a séduit son époux, coureur de jupons notoire devenu empereur en 1852. Lors d’un après-midi d’exercices militaire dans la plaine de Satory, près de Versailles, cette cavalière émérite, très mince pour l’époque, fait sensation dans sa tenue d’amazone bleu vif. Napoléon III lui fait une cour acharnée et l’épouse l’année suivante. Eugénie n’est sans doute pas amoureuse, mais la perspective d’assurer la pérennité des Bonaparte ne peut que la séduire.

Eugénie de Montijo, née à Grenade en 1826, est fille d’un aristocrate proche de Joseph Bonaparte, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles