Affaire conclue - "On dirait un cadeau de fête des mères fait par un CP", "pour 1 euro, j'en veux pas", "une horreur"… Les internautes stupéfaits par une vente à 680 euros

·3 min de lecture
Affaire Conclue - “On dirait un cadeau de fête des mères fait par un CP“, “pour 1 euro, j'en veux pas“, “une horreur“… Les internautes ne stupéfaits par d’une vente à 680 euros (Capture d'écran France 2 / Affaire Conclue)

Mardi 8 mars 2022, les acheteurs d' “Affaire conclue“ et les téléspectateurs étaient une nouvelle fois en désaccord. Si les premiers ont été séduits par un lustre italien très orignal, les seconds, eux, ne l'auraient pas acheté "même pour 1 euro".

Des tableaux, des sculptures, des meubles, de la décoration… Des objets insolites ou convoités, signés de leurs créateurs ou des copies… Chaque jour, des vendeurs venus des quatre coins de la France présente dans “Affaire conclue“ leurs trouvailles dans l’espoir d'en tirer un bon prix. Aux commandes du programme, une Sophie Davant bien souvent étonnée et intriguée par les objets mis aux enchères et leurs histoires. Pour mieux comprendre leur valeur, elle peut compter sur l’aide des commissaires-priseurs jamais à court d’anecdotes. Mais il en faut plus aux téléspectateurs pour être séduits, surtout quand ils découvrent le lustre de Camille.

Vidéo. (Re)découvrez le parcours de Sophie Davant

Dans l’émission du mardi 8 mars 2022, la jeune femme originaire de Liège a présenté sur le plateau d’ “Affaire Conclue“ une pièce de famille qui a trôné pendant plus de 30 ans dans le salon ses parents “en dessous d’une magnifique table en marbre“. Un “lustre étonnant“ selon Sophie Davant qui décèle qu’il est “italien“ et signé de l’architecte Toni Cordera (1937-2001) "qui a travaillé sur des luminaires pour la maison Artemide, leader mondial dans le secteur de l’éclairage".

Affaire Conclue
Affaire Conclue

Une vente à 680 euros qui ne convainc pas les internautes

Leur particularité : un système de spirale auquel sont accrochés des petites pendeloques en verroterie ou métal. Un modèle des années 80 nommé "Melissa" et estimé à 400 euros. Un lustre qui a séduit les acheteurs qui se sont battus pour l’obtenir. La vente qui a commencé à 50 euros s’est conclue à 680 euros, remportée par Caroline Pons. De quoi étonner les internautes pour qui l'oeuvre ressemble à “un cadeau de fête des mères fait par un CP“.