Publicité

Histoires de femmes infidèles - Léa, 42 ans : "Il part 20 minutes avant l'arrivée de mon mari. Ça me laisse le temps d'aérer et de cacher les preuves"

Entre Léa et Stan, c'est "Love at first sight". La quadragénaire cède aux avances du jeune et bel ouvrier de la boîte. Même si elle dit aimer "infiniment" son mari, Léa vit quelque chose de spécial et "merveilleux" avec son amant Stan. Elle raconte.

Histoires de femmes infidèles - Léa, 42 ans :
Histoires de femmes infidèles - Léa, 42 ans : "Il part 20 minutes avant l'arrivée de mon mari. Ça me laisse le temps d'aérer et de cacher les preuves"

Crédit : Getty

Léa a 42 ans et vit à Lyon avec son mari Bruno. Elle est secrétaire dans une entreprise de construction et a rencontré son amant dans le cadre de son travail : "Un lundi en commençant ma journée au boulot, je remarque un nouvel ouvrier qui semble s'intéresser à moi. Deux jours plus tard, il finit par prendre son courage à deux mains et vient me parler. Il me dit que je suis très belle, ce qui me fait rougir légèrement. Je lui adresse un grand sourire timide et le remercie pour son compliment. C'est très flatteur venant d'un homme plus jeune et surtout très beau. Je l'observe attentivement, notamment ses beaux yeux . Il m'invite spontanément à boire un café après le travail. Je ressens une excitation mêlée à une pointe de nervosité, mais je décide d'accepter son invitation avec un sourire, curieuse de faire plus ample connaissance en dehors du contexte professionnel."

Leur premier rendez-vous confirme le coup de coeur réciproque : "Le premier rendez-vous avec Stan au café s'est déroulé à merveille. Nous avons passé un moment agréable, riant beaucoup et à se dévorer du regard. L'alchimie entre nous était indéniable. Cependant, je réalise soudainement qu'il commence à se faire tard. Nous échangeons un dernier sourire complice, convenant tacitement qu'il est temps de rentrer chacun de notre côté. Cependant, je ne peux m'empêcher de me sentir impatiente de revoir Stan à nouveau. Une sensation vraiment agréable.

Vidéo. "Je n'ai pas envie de me dire que le sexe doit être le ciment de la relation"

Le surlendemain, comme souvent, tous les employés devaient se réunir pour un repas convivial . J'y suis allée comme d'habitude, Stan participait pour la première fois. Il était à côté de moi et notre complicité était assez dingue. Stan s’est montré très tactile, touchant ma main régulièrement et pour être honnête, j'ai adoré."

Léa est décidée à faire durer leur moment : "À la fin du repas, avec Stan la décision est prise de prolonger notre soirée rien que tous les deux. Nous allons donc dans un club assez sympa qui est à 5 minutes en voiture. Sur place, on poursuit notre discussion et finalement nous allons dans un salon privé disponible à l'étage de cette boîte où nous pouvons discuter confortablement. Les gestes de tendresse et les regards que nous échangeons en disent beaucoup sur notre relation. Le temps passe rapidement et je réalise qu'il est déjà 1h30, quand je pars pour un repas j'enchaîne souvent par une soirée en club avec des collègues pas de risque, mon mari ne va pas se poser de question. Je suis sereine."

Le rapprochement physique advient rapidement : "J’avais laissé ma voiture à côté du resto avant de monter avec Stan pour partir en boite. On part du club pour rejoindre sa voiture et faire le chemin. À partir du moment où je rentre dans la voiture, il m'embrasse. J'étais heureuse qu'il prenne les devants, j'avais tellement envie... mais je ne sais pas si j'étais capable à ce moment de prendre l'initiative. On était bien, vraiment bien, je voulais aller plus loin mais je reçois un SMS de mon mari... du coup je décide de rentrer cette fois-ci."

Léa est décidée, Stan deviendra son amant : "En rentrant chez moi j'avais déjà une idée en tête. Mon mari finissait tard le vendredi, même si le temps était limité, seulement deux heures entre 17h30 et 19h30. Je savais que j'avais ce temps pour profiter de Stan. J'avais de l'appréhension, on allait se retrouver chez moi, ça me paraissait complètement fou. SMS envoyé ! C'est trop tard. Stan me répond dans la minute, c'est ok. Je rentre du boulot à 17h 15, je me change rapidement. Stan arrive, on boit un verre sur la table basse, assis tranquillement dans le canapé. Je l'embrasse (cette fois, c'est moi qui prends l'initiative !) on part rapidement dans la chambre conjugale, l'alchimie est dingue, couplée à l'adrénaline c'est un moment fou.".

Stan et Léa se voient régulièrement : "Ce scénario de retrouvailles régulières se reproduit souvent, principalement entre midi et deux, mon mari étant au travail. J'ai une fenêtre de temps précieuse pour profiter de Stan. Il part toujours 20 minutes avant. Ça me permet d'aérer et d'avoir le temps de ranger. J'ai toujours la crainte de laisser une preuve de ma liaison quelque part. Il faut savoir qu'une fois où Stan est venu chez moi, il avait oublié une boîte de préservatifs dans la salle de bain. J'ai eu énormément de chance de m'en rendre compte avant le retour de mon mari... Stan en rigole encore aujourd’hui. Aujourd'hui on se voit toujours très régulièrement et je ne compte absolument pas arrêter. J'aime mon mari infiniment mais ce que je vis avec Stan est formidable. Je trouve mon équilibre."

À LIRE AUSSI

>> Histoires de femmes infidèles : "Arrivée à la chambre d’hôtel, c’est mon mari qui m’attendait"

>> Histoires de femmes infidèles : "Je suis tombée sur le boulanger dans mon club libertin"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?