Arabie Saoudite, Jordanie... Sur les lieux de tournage de Lawrence d’Arabie

© Istock/ Getty Images

C’est une épopée de plus de trois heures, restée inoubliable pour l’intense regard bleu de l’acteur Peter O’Toole. Dans Lawrence d’Arabie, il incarne un lieutenant britannique envoyé dans la péninsule arabique pour rendre compte de la révolte – qu’il finira par mener – des tribus locales contre les Ottomans. Inspiré de la vie de Thomas Edward Lawrence et adapté de son roman autobiographique Les sept piliers de la sagesse, le long-métrage de David Lean a été récompensé de sept Oscars en 1962, dont celui du meilleur film.

Le désert, ou plutôt les déserts, sont le décor fascinant de cette production. Ceux de Jordanie en premier lieu. Le Jebel Tubayq et ses austères espaces de basalte à la frontière avec l’Arabie saoudite. Et surtout le Wadi Rum, devenu après ce film un haut lieu touristique : réputé pour ses canyons, monolithes et arches de grès rouges sculptés par le vent et l’eau, il a réellement été arpenté par Lawrence. Pour faciliter le tournage, le film s’est parfois éloigné du cadre historique. Tout comme l’essentiel des scènes d’intérieur, certains extérieurs ont ainsi été mis en boîte en Espagne, notamment dans le désert de Tabernas et le parc naturel Cabo de Gata, en Andalousie. La production a aussi fait escale dans l’Atlas marocain, en particulier dans le village fortifié d’Aït Benhaddou, utilisé par la suite dans Gladiator, Un thé au Sahara ou Babel. Plus surprenant : une poignée de raccords ont été filmés dans le désert de sable des Imperial Sand Dunes, en Californie. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite