Assassinat de Shinzo Abe : une affaire sur fond de vengeance envers une secte religieuse japonaise

© YOSHIKAZU TSUNO/Gamma-Rapho via Getty Images

Le principal suspect de l’assassinat de l’ex-Premier ministre japonais a affirmé aux enquêteurs avoir été motivé par la vengeance à l’égard de la secte Moon, dont il suspectait Shinzo Abe d’appartenir.

Entre la veillée funéraire observée à Tokyo le lundi 11 juillet et les obsèques qui doivent se dérouler mercredi 13 juillet, l’enquête sur l’assistanat de l’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe se poursuit et le profil du suspect se précise. Tetsuya Yamagami, 41 ans, dit s’être décidé à passer à l’acte, vendredi 8 juillet, pour des raisons non politiques mais personnelles contre « une certaine organisation ». Il suspectait l’ancien Premier ministre d’appartenir à la secte Moon et d’avoir obtenu de sa mère des dons qui avaient mis sa famille en grande difficulté financière.

À lire également >> États-Unis : une fusillade fait au moins 6 morts lors des célébrations du 4 juillet

Tomihiro Tanaka, président de la secte Moon, plus communément appelée « Fédération des familles pour la paix mondiale et l’unification », affirmait en conférence de presse que la mère de l’accusé avait bel et bien rejoint l’organisation en 1998 et qu’elle s’était retrouvée en grande difficulté financière vers 2002. Il a en revanche assuré que « Shinzo Abe n’a jamais été membre de [l’]organisation religieuse, pas plus qu'il n'en a été conseiller ».

Des liens étroits entre organisations religieuses

Sur Internet circulent divers documents montrant l’ex-Premier ministre soutenant les actions de la Fédération pour la paix universelle, autre organisation proche de la secte Moon. Tomihiro Tanaka, lui, réfute tout...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles