En fonction de ce que vous mangez le matin, votre vie peut être radicalement différente

·3 min de lecture
Smiling young Asian woman enjoying freshly made delicious burger with fries and a glass of iced coffee in a cafe

On le dit et on le répète : commencer la journée avec l'estomac vide n'est jamais une bonne idée pour être en forme. En particulier lorsqu'il s'agit de prendre des décisions importantes ! Une récente étude l'affirme : le contenu de votre assiette peut avoir une véritable influence sur vos choix tout au long de la journée. De quoi repenser toutes ses interactions sociales en fonction de son alimentation.

Et si les protéines rendaient les gens plus conciliants ? C'est ce que laisse entendre la dernière étude de l’Université de Lübeck en Allemagne, menée par la chercheuse Soyoung Q. Park et son équipe. Les résultats ont été publiés dans la revue de l’Académie des sciences américaines. Pour ce faire, ils ont proposé des choix à leurs participants et observé leurs réactions. Résulat : les décisions de ces derniers pouvaient changer du tout au tout selon ce qu'ils avaient mangé juste avant.

Vidéo. Des recettes de petits-déjeuners anti-cancer

Les calories n'ont pas d'influence, mais le contenu de l'assiette oui

Le principe de l'expérience menée par les scientifiques est simple. Ils ont placé des participants devant une décision économique : face à une somme d'argent, ils devaient décider de la partager avec l'un de leur camarade. La première personne devait choisir le montant (équitable ou non) du partage, et la seconde devait réfléchir à l'idée d'accepter, ou non, la somme proposée. Le tout avec un facteur important : si le second participant refusait un partage trop inéquitable, tout le monde repartait bredouille.

Mais, avant de faire ce choix, les sujets de l'étude ont pu profiter d'un petit-déjeuner. "Les volontaires sont venus deux fois au laboratoire et ont pris à chaque fois un petit-déjeuner différent. Les deux collations contenaient exactement le même apport calorique, sauf que l’une était beaucoup plus protéinée et l’autre davantage chargée en glucides. "Nous nous sommes rendu compte qu’une même personne prenait des décisions complètement différentes en fonction du type de collation qu’elle avait mangé le matin", explique Soyoung Q. Park.

Et le résultat est là : les personnes ayant consommé un petit-déjeuner riche en protéines se sont montrées plus tolérantes face à des partages injustes. Dans 76% des cas, ils ont préféré repartir avec une somme ridiculement basse plutôt que les mains vides, contre seulement 47% de ceux qui avaient eu droit à un bol riche en glucides.

Vidéo. Comment cuire ses oeufs au micro-ondes

La molécule du partage

Mais d'où peut bien venir cette différence de comportement ? Selon les scientifiques, la responsable est une molécule appelée tyrosine. Cet acide aminé est présent dans les protéines, et produit de la dopamine, un neurotransmetteur qui influence les mécanismes de la motivation et de la prise de risque. Le fait d'avoir plus de dopamine dans le cerveau encouragerait donc les gens à être plus conciliants, et ce mécanisme trouverait son origine dans notre passé très très lointain.

"Lorsque nous étions des chasseurs-cueilleurs, nous chassions en groupe. Notre nourriture était composée pour une grande partie de protéines, et la pression sociale pour partager la nourriture était très forte. Manger ensemble une viande qui allait de toutes les façons se perdre si elle n'était pas consommée rapidement, était une question de survie", affirme Soyoung Q.Park. "En revanche, la sédentarisation a changé nos pratiques alimentaires et nos règles sociales. Les personnes qui faisaient pousser leurs propres céréales (sources de glucide) en travaillant d'arrache-pied étaient moins enclines à partager le fruit de leur travail."

Résultat : le corps humain aurait développé des attitudes différentes selon les nutriments ingérés, et les aurait conservées au fil des années. Une information à retenir avant de prendre des décisions économiques... Ou d'emprunter de l'argent à quelqu'un.

A LIRE AUSSI

>> J’ai testé… Les sextoys qui promettent un orgasme en moins de trois minutes

>> Votre compagnon ne pense probablement pas à vous quand il se masturbe

>> Masturbateur, plug, gode... Les hommes aussi aiment les sextoys en solo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles