Droit à l’avortement menacé aux Etats-Unis : Milla Jovovich, Ariana Grande, Alyssa Milano… les stars s’engagent

LOS ANGELES, CALIFORNIA - MAY 14: Actress Milla Jovovich speaks at the Women's March Foundation's National Day Of Action! The
Droit à l’avortement menacé aux Etats-Unis : les stars s’engagent (Photo by Sarah Morris/Getty Images)

Depuis les révélations autour du projet de la Cour suprême des Etats-Unis quant au droit à l’avortement dans le pays, citoyens et stars hollywoodiennes organisent une fronde populaire, alors que certaines avaient déjà parlé de leur propre expérience par le passé.

Voilà plusieurs jours maintenant que l’Amérique est stupéfaite, en état de choc, après la fuite d’une décision de la Cour suprême des Etats-Unis. Celle-ci pourrait bien annoncer l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade de 1973, qui garantit le droit à l’avortement dans tout le pays. En pratique, la décision permettrait à chaque Etat américain de décider lui-même de la légalité de l’IVG, ôtant toute responsabilité au gouvernement fédéral. Un bond en arrière de 50 ans qui, rien qu’à y penser, donne le vertige. C’est pourquoi de nombreuses voix s’élèvent.

Vidéo. "C’est un danger pour les femmes les plus pauvres et les jeunes"

Une classe politique sonnée et impuissante

La sphère politique américaine est toujours très complexe à appréhender. Et pour beaucoup d’observateurs étrangers, cette situation, qui se joue dans une telle puissance mondiale, semble hors de contrôle. Dès la fuite des documents, Joe Biden a pris ses responsabilités… dans les limites de son champ de capacités. "Je crois que le droit des femmes à choisir est fondamental", a rappelé le président américain dans un communiqué officiel. Il a par ailleurs appelé les électeurs à "choisir des candidats favorables" au droit d'avorter lors des élections de mi-mandat qui se joueront en novembre et au cours desquelles le camp au pouvoir est traditionnellement défait.

De son côté, Kamala Harris, vice-présidente de Joe Biden, a livré un discours fort et nécessaire à Washington, le 3 mai 2022. "Les droits des femmes en Amérique sont menacés. Si la Cour renverse l'arrêt Roe v. Wade, ce sera une attaque directe contre la liberté. Sur le droit fondamental à l'autodétermination, auquel tous les Américains ont droit (…) L’arrêt Roe v. Wade protège le droit d'accès à l'avortement. Il protège également le droit d’une femme à prendre des décisions sur ce qu'elle fait de son propre corps." Des mots puissants qui en disent long sur la colère qui gronde dans le pays. À l’image de celle d’Elizabeth Warren, influente sénatrice, qui est apparue hors d’elle dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux. "Les femmes aisées peuvent prendre l'avion et se rendre dans un État où l'avortement est légal. Elles peuvent quitter le pays. Ce sont les femmes les plus pauvres qui seront les plus durement touchées. Cela va être d'autant plus dur pour les femmes maltraitées, les femmes qui ont été violées [...] les femmes qui cumulent déjà deux emplois pour s'occuper de leurs enfants. Cette Cour suprême vient de dire qu'elle s'en fichait" a-t-elle hurlé face aux caméras.

Pour Barack et Michelle Obama, qui se sont exprimés à travers un communiqué officiel, il s’agit là d’"un coup porté non seulement aux femmes, mais à tous ceux qui croient en une société libre." "Il y a des limites à l'envahissement du gouvernement dans nos vies personnelles" peut-on lire. Comme les acteurs et actrices politiques, les stars hollywoodiennes s’organisent elles aussi contre cette hypothétique et angoissante future décision de la Cour suprême sur le droit d’avorter.

Vidéo. "Un séisme se prépare dans la politique américaine"

Toute une industrie vent debout

Face à la menace, les stars ne peuvent rester silencieuses. Sur les réseaux sociaux, l’actrice Reese Witherspoon a exhorté les sénateurs à ne pas toucher à un droit qui est acquis. Alyssa Milano, très engagée dans la défense des droits des femmes, a choisi la voie nécessaire de la pédagogie en publiant une vidéo qui revient sur l'histoire du droit à l'avortement aux Etats-Unis. L’iconique Cher, 75 ans, a quant à elle publié de nombreux tweets pour exprimer sa colère. De son côté, Whoopi Goldberg a fait parler sa propre expérience pour dénoncer la situation. L’actrice a elle-même eu recours à l’avortement lorsqu’elle était adolescente. "C’est mon corps et personne… Vous ne me laisserez pas prendre mes décisions concernant mon corps ?" s’est-elle insurgée dans son émission The View.

Et de poursuivre avec colère : "Cette loi a été créée pour que les femmes aient un lieu sûr pour avorter. Ce n’est pas une question religieuse, mais bien une question humaine (...) C’est une atroce décision à prendre. Si vous ne commencez pas la conversation par ‘je sais comme cela doit être dur pour toi’, mais par me dire que je vais bruler en enfer, alors vous ne me regardez pas comme un être humain." Comme elle, Kathy Griffin, Rosanna Arquette, Phoebe Bridgers ou encore Amy Schumer, Jameela Jamil, Kerry Washington, Olivia Munn et Susan Sarandon ont immédiatement crié leur colère sur les réseaux sociaux. Les hommes aussi ont défendu ce droit fondamental plus que jamais en péril aux Etats-Unis, à l’instar de George Takei, interprète de Hikaru Sulu dans la série originale Star Trek, ou Mark Ruffalo et Benedict Cumberbatch.

La colère gronde dans les rues américaines

Vendredi 13 mai 2022, à quelques heures de grandes manifestations organisées dans plusieurs villes des Etats-Unis pour le droit à l’avortement, 160 artistes ont signé une pleine page dans le New York Times pour défendre le droit à l’avortement. "Notre pouvoir de planifier notre propre avenir et de contrôler notre propre corps dépend de notre capacité à accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive, y compris l’avortement" peut-on ainsi lire en préambule. Parmi les 160 signataires, on retrouve Ariana Grande, Hailey Bieber, Billie Eilish, Kendall Jenner, Miley Cyrus, Selena Gomez, Olivia Rodrigo, Megan Thee Stallion, Shawn Mendes, Camila Cabello et tant d’autres.

"Nous sommes la nouvelle génération qui prend son pouvoir. Maintenant, nous sommes privées de notre pouvoir. Nous ne reculerons pas" somment-elles. Le lendemain, samedi 14 mai 2022, près de 450 cortèges ont été organisés à travers les Etats-Unis, de Los Angeles à Washington en passant par New York, Chicago et Austin. Des milliers de personnes réunies pour défendre le droit à l’avortement, et crier la colère et l’effroi qui règnent dans le pays depuis plusieurs semaines maintenant. Là encore, les stars se sont engagées, à l’instar de Milla Jovovich qui, à travers un selfie posté sur Instagram, a appelé à la mobilisation. "Les selfies attirent plus l'attention, alors maintenant que j'ai la vôtre, venez au rassemblement ce samedi matin (…) Apportez de l'eau, portez du vert et venez soutenir un mouvement qui ne devrait vraiment pas avoir lieu de nos jours" a écrit l’ancien mannequin qui a livré un puissant discours lors du rassemblement à Los Angeles. Christy Turlington a elle aussi pris part à ces manifestations, tout comme Kate Beckinsale, l’actrice Dove Cameron ou l’humoriste Kathy Griffin.

Dans le même temps, les marques s'engagent elles aussi, et de façon bien concrète. Le 9 mai 2022, Gucci a assuré que "l’entreprise remboursera désormais les frais de déplacement de toutes les salariées" qui ont besoin d’accéder à l'avortement, s'il est "indisponible dans leur État d’origine." Même son de cloche du côté de la direction de Levi's qui a pris la même décision pour ses salariées. Des aides qui, si le pire arrive, ne seront jamais de trop. Comme nous l'expliquait Amy Greene, politologue et enseignante à Sciences Po, si chaque Etat américain a le droit de pratiquer ou non l’IVG sur son territoire, alors il faudra faire face à des dérives sociétales plus inquiétantes encore : les femmes les plus pauvres ne seront pas en capacité de quitter l'Etat où elles vivent pour avoir recours à l'avortement. En attendant, certains Etats - traditionnellement très conservateurs - s'emparent déjà de l'opportunité. La Louisiane prépare un projet de loi classant l’avortement d’homicide...

À lire aussi :

>> Uma Thurman, Lady Gaga, Line Renaud : elles ont eu recours à l'avortement et témoignent

>> Avortement illégal : "Si quelqu'un apprend que je me suis fait avorter, je risque la peine de mort"

>> Les États-Unis s'apprêteraient à revenir sur le droit à l'avortement

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles