Clint Eastwood papa sévère... et violent ? Retour sur les confidences chocs de son fils Scott Eastwood

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
LOS ANGELES, CA - SEPTEMBER 08:  (L-R) Actress/model Francesca Eastwood, director/actor/producer Clint Eastwood, and actor/model Scott Eastwood attend the screening of Warner Bros. Pictures' 'Sully' at Directors Guild Of America on September 8, 2016 in Los Angeles, California.  (Photo by Emma McIntyre/Getty Images)
Clint Eastwood papa sévère... et violent ? Retour sur les confidences chocs de son fils Scott Eastwood (Photo by Emma McIntyre/Getty Images)

Ce lundi 25 juillet 2022, France 3 diffuse le film culte de Sergio Leone, "Et pour quelques dollars de plus". Un western des années 60, l’un des tous premiers de la carrière flamboyante de Clint Eastwood. Acteur et réalisateur hors-pair, sa vie personnelle a été tout autant mouvementée qu’à l’écran. Il y a quelques années, c’est son fils, Scott Eastwood, qui faisait de rares et surprenantes confidences sur son enfance... loin des clichés sur les enfants de stars.

Clint Eastwood, c’est une carrière qui force le respect, des films tous aussi cultes les uns que les autres et un goût très prononcé pour un genre bien particulier du septième art : le western. À force de jouer les cow-boys à l’écran, cet autodidacte au tempérament bien affirmé a mené une vie pleine de rencontres, d’amours tempétueuses et de polémiques aussi. Aujourd’hui, à 92 ans, Clint Eastwood est à la tête d’une (grande, très grande) famille recomposée, où ses huit enfants ont dû se construire dans l’ombre de son imposante célébrité. Pas toujours facile, surtout lorsque, comme papa, on nourrit des rêves de grand écran. C’est le cas de Scott Eastwood.

Vidéo. 5 infos que vous ignorez sur Clint Eastwood

Clint Eastwood, un père pas comme les autres

Avec sa belle gueule et son amour pour l'action, Scott Eastwood, 36 ans, a joué dans de nombreux films lui aussi. Né de la relation qu’a entretenue son célèbre père avec Jacelynn Reeves, hôtesse de l’air au moment de leur rencontre, le jeune homme n’a rien oublié de son enfance sous le feu des projecteurs. Pour lui, tout s’est joué du côté des spectateurs. Ceux-là mêmes qui étaient en admiration devant son père. Tout comme lui. Mais à l’école, difficile d’assumer un patronyme aussi symbolique que le sien au pays de l'Oncle Sam. Alors Scott préfère se cacher un temps derrière le nom de sa maman. Très jeune, il refuse de tomber dans les facilités que lui offre son rang social. Et ça tombe bien, puisque chez les Eastwood, tout se mérite. À 17 ans, l’adolescent jongle à vélo entre ses cours au lycée de Santa Barbara et son job dans un restaurant du coin. En 2016, Scott Eastwood était revenu sur cette période dans les colonnes de GQ : "J'ai appelé mon père et je lui ai dit : ‘J’ai ce travail, puis-je obtenir huit mille dollars pour acheter une voiture ? Je travaille, je peux te rembourser chaque mois tu sais’, et je me souviens qu’il a simplement dit : ‘Non. Tu sais ce que tu fais.’ Il ne m’a pas donné un centime." Sans doute une façon pour Clint Eastwood de préserver son fils de la vie d’un enfant de star pourri gâté. Mais il arrivait aussi que, dans sa sévérité, l’acteur dépasse certaines limites.

Pour GQ, Scott Eastwood s’était souvenu d’un épisode en particulier. Il n’avait alors que 16 ans : "J'avais emmené ma sœur cadette, qui avait environ 14 ans, à cette fête. Je suis parti, peut-être pour aller boire une bière avec les gars. Je l'ai laissée là, et je n'y ai pas pensé à l'époque. Plus tard, papa a découvert que je l'avais laissée." C’est là que papa Eastwood sort de ses gonds et s’en prend à son fils en le frappant au visage sans ménagement. "Il m'a sauté dessus et m'a dit : ‘Tu ne laisses jamais ta sœur à une fête. JAMAIS.’ C’était très old-school de sa part." Pour autant, si Scott Eastwood n’a rien oublié de cette confrontation violente, il ne semble pas (du tout) en tenir rigueur à son père. Bien au contraire : chez les Eastwood, on a le sens de la formule... et une façon de penser tout aussi tranchante.

Alors, des années plus tard, le fils défend le père : "Il n'avait pas peur de ces conneries new-age, où vous ne pouvez même pas gifler l'enfant parce que tout le monde a peur d'être jugé ou autre. Ce n'était pas comme ça que ça se passait dans cette famille... Si tu faisais quelque chose de mal, tu allais être puni. J'ai appris rapidement." Clint et Scott Eastwood sont faits du même bois. Dans les colonnes de GQ, le jeune acteur avait lui-même expliqué qu’il ne supportait pas certaines attitudes de la part de ses pairs, qui sont selon lui "des plaignants, des putains de petits gamins geignards" : "J’ai juste envie de les assommer et leur dire : ‘Espèce de gamins chanceux et gâtés.’ Vous êtes imbus de vous-mêmes.’"

Un père qu’il admire

Scott Eastwood a grandi dans les rangs, loin du quotidien fastueux que certains lui prêteraient volontiers au premier abord. Et s’il a détaillé cet épisode violent dans les colonnes de GQ, on ne le verra jamais parler en des termes peu élogieux de son célèbre père. Jamais il ne dévalorisera celui qui lui a tant appris. "En tant que jeune enfant, il y avait une sorte d'aura de grandeur. Il est mon héros. Le gars est comme une voûte d'histoires. J'essaie de lui soutirer autant d'histoires que possible" déclarait-il.

Sans pour autant oublier sa maman, plus discrète mais tant présente : "Je ne veux pas lui donner tout le mérite, parce que maman a aussi joué un rôle énorme dans mon éducation et a fait de moi un homme meilleur. Mais mon père était définitivement le marteau." Après ses études, et bien déterminé à suivre la même trajectoire que son père, Scott Eastwood a enchainé les petits boulots. À San Diego par exemple, il travaillait la nuit comme barman, et enchainait avec des auditions en journée à Los Angeles. "J'apprenais des putains de répliques derrière le bar" se souvenait-il en 2016 dans GQ.

Depuis, on a pu le voir dans des films comme "The longest ride", "Overdrive", "The Outspot" ou encore le succès de son père, "Gran Torino". Et là encore, c’est à son enfance et les enseignements reçus qu’il doit son humilité. Pas question de perdre la tête, peu importe les films et le succès : "Vous êtes remplaçable. Interchangeable. Il y a un million de gars qui pourraient faire ce que je fais, et probablement des millions qui pourraient le faire mieux que moi."

À lire aussi :

>> Avec Le Cas Richard Jewell, Clint Eastwood réalise son pire flop en quarante ans

>> Scott Eastwood : être un sex-symbol n'intéresse pas le beau gosse

>> Clint Eastwood et sa femme Dina se séparent après 17 ans de mariage

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles