Coronavirus : depuis le confinement, la qualité de l’air s’améliore en Ile-de-France

Ophélie Daguin

Depuis la mise en place du confinement, le 17 mars, la qualité de l’air connaît une amélioration de 20% à 30%, dans l’agglomération parisienne. Une première depuis quarante ans.

La mesure de confinement prise par le gouvernement, la semaine dernière, aura au moins pour effet positif de réduire la pollution de l’air, notamment en région parisienne. C’est en tout cas ce que révèle un premier bilan d’Airparif, publié ce mercredi 25 mars. Sur la semaine du 16 au 20 mars, comparé à d’autres mois de mars, l’association de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France a relevé « une amélioration de la qualité de l’air de l’ordre de 20 à 30% dans l’agglomération parisienne, consécutive à une baisse des émissions de plus de 60% pour les oxydes d’azote », selon un communiqué. « Malgré une augmentation du chauffage résidentiel, cette baisse est liée en grande partie à la forte diminution du trafic routier et aérien », dû à la mise en place du confinement depuis le 17 mars dernier. « Le long des axes de circulation, cet impact peut être encore plus important », souligne l’association.

1ers jours de #confinement, impact sur la #QualitéAir : ↘ de 20 à 30 % du dioxyde d’azote dans l’agglomération parisienne. ↘ également du dioxyde de carbone, gaz à effet de serre. Plus d'infos sur https://t.co/0kIZF9505l #Environnement #COVID19 pic.twitter.com/Vry9pHjGIB

— Airparif (@Airparif) March 25, 2020

Une baisse des gaz à effet de serre 

Une très bonne chose puisque « en quarante ans de mesure d’Airparif, cette situation n’est jamais arrivée de manière aussi importante et sur autant de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi