Drépanocytose : voici pourquoi les autorités sanitaires recommandent son dépistage systématique

Artur Plawgo / iStock

La drépanocytose, également appelée "anémie falciforme", est une maladie génétique qui touche les globules rouges. L'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) indique qu'elle se caractérise par une "anomalie de l'hémoglobine", leur protéine principale, qui permet de transporter l'oxygène vers les poumons.

La drépanocytose a beau être très répandue, son dépistage est ciblé et se limite pour l'instant aux nouveaux-nés dont les parents sont considérés comme à risque. Dans un avis publié le 15 novembre, la Haute Autorité de Santé (HAS) a donc annoncé qu'elle était favorable à sa "généralisation" à l'ensemble des bébés.

Cette recommandation se fait "sur la base des nouvelles données disponibles". Celles-ci indiquent premièrement que la drépanocytose est "la seule maladie dépistée à la naissance dont l'incidence augmente régulièrement" : la HAS précise que 557 cas ont été relevés en 2020, contre 412 dix ans auparavant. De plus, le dépistage se ferait de manière hétérogène dans l'Hexagone. En effet, près de trois enfants sur quatre en bénéficiaient en Île-de-France il y a deux ans, contre un nouveau-né sur deux seulement à l'échelle nationale.

Au-delà des disparités existantes entre les différentes régions, les autorités sanitaires craignent également que certains bébés ne soient pas dépistés "en raison de difficultés dans l'application des règles de ciblage". Les conséquences de ces manquements sur leur santé pourraient être extrêmement lourdes. Tout cela justifie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite