Lion

23 JUILLET - 22 AOÛT

Amour : Vous aurez envie de changement, de casser vos habitudes et de vous ouvrir à de nouvelles façons d'être. Qu'à cela ne tienne ! Ce mois-ci, les astres vous autorisent à céder à toutes les folies sans culpabiliser. Faites fi de ce qui est raisonnable et du regard des autres. Il est malheureusement toujours plus facile de critiquer que de faire preuve d'ouverture d'esprit. Vous savez déjà sur qui vous pouvez ou ne pouvez pas compter, et c'est le plus important ! Même si certains ne voient pas ça d'un bon œil, vous serez comblé par votre nouvelle vie et pourrez envoyer balader les mauvaises ondes qui essaient de vous détourner de votre route.

Travail-Argent : Perché sur votre petit nuage, il ne faudra pas vous en demander trop ce mois-ci ! Vous ne serez pas particulièrement motivé par votre travail, vous pourriez même y aller à reculons. L'idéal serait que vous soyez en vacances pour faire le point sur votre avenir professionnel. En tout état de fait, la situation actuelle ne vous convient plus. Vous devrez faire le point sur l'état de vos finances avant le 15, pour ne pas rencontrer de problème de fin de mois. Vous aurez tendance à vivre au-dessus de vos moyens.

Santé : Vous êtes très détendu et avez l'impression de respirer un air plus pur. Les remaniements que vous faites dans votre vie vous rendent particulièrement zen et jovial. Faites attention néanmoins aux risques d'accidents domestiques ! À force d'avoir la tête ailleurs, vous pourriez bien oublier d'éteindre le four ou faire une petite chute. Vous aurez un moral d'acier tout au long du mois.

january
Illustrations de Jo Ratcliffe
  • Législatives : le socialiste Jérôme Guedj affrontera une candidature dissidente Génération•s-LFI

    Le député PS a annoncé se représenter dans sa circonscription de l’Essonne sous les couleurs socialistes, mais sans la bannière du « Nouveau Front populaire ».

  • Le « Spider-Man polonais » interpellé en pleine ascension d'un gratte-ciel en Argentine

    Le 11 juin, l'influenceur polonais, Marcin Banot, surnommé le « Spider-Man polonais », a été interpellé par les pompiers au 28e étage d'un immeuble de 30 étages à Buenos Aires, en Argentine. L'homme, qui grimpe sans sécurité les plus hauts gratte-ciels de la planète, a depuis été remis en liberté mais a été interdit de séjour dans le pays pendant 18 mois.

  • Sylvie Vartan dans les bras de Johnny : photo souvenir, en un jour symbolique

    Samedi 15 juin, Johnny Hallyday aurait eu 81 ans. Un peu plus de six ans après la mort de son premier mari, Sylvie Vartan lui a rendu un tendre hommage sur ses réseaux sociaux.

  • Inde: sept morts dans la collision entre un train de passagers et un convoi de marchandises

    Au moins sept personnes ont été tuées lundi dans l'est de l'Inde après une collision entre un train de passagers et un convoi de marchandises dans l’État du Bengale occidental, a annoncé la police. En juin de l'année dernière, près de 300 personnes ont péri dans une collision entre trois trains dans l'Etat d'Odisha (est).

  • Comment réaliser un corn dog comme en Corée du Sud en 15 minutes seulement ?

    Savez-vous que vous pouviez réaliser des corn dog maison ? Aujourd’hui, on vous partage notre recette et vous verrez, il n’y a rien de plus simple.

  • Le PEA, un investissement intéressant… au-delà de 5 ans

    Le plan d’épargne en actions permet de boursicoter dans un cadre réglementé. Avec, au bout de cinq ans, un gros avantage fiscal. Petit point pédagogique pour s’y retrouver.

  • La difficile quête d'Europe des déserteurs et objecteurs de conscience russes

    Sur les images de la caméra de surveillance, un policier kazakh passe les menottes à Farkhad Ziganchine. Le déserteur russe, qui a fui au Kazakhstan sept mois après l'invasion de l'Ukraine, craint d'être renvoyé en Russie, où le pire l'attend.  L'interpellation se déroule début juin dans le bureau d'Astana où l'ex-militaire de 24 ans travaillait jusque-là.C'est la deuxième fois depuis que Farkhad Ziganchine s'est réfugié dans ce pays d'Asie centrale frontalier de la Russie. La première fois, arrêté alors qu'il tentait de s'envoler pour l'Arménie, il a été enfermé plusieurs jours. Le jeune homme a fui en septembre 2022 au Kazakhstan pour ne pas participer à "l'opération spéciale" en Ukraine. Son titre de séjour kazakh vient d'arriver à échéance. Il y attend un visa pour la France. En Russie, Farkhad Ziganchine risque jusqu'à 15 ans de prison pour "abandon d'unité" et "désertion". Quelque 500 autres déserteurs russes se cachent comme lui au Kazakhstan mais surtout en Arménie, selon des associations les aidant. Tous craignent d'être arrêtés et renvoyés en Russie.L'AFP a recueilli les témoignages de six Russes, dont deux déserteurs en demande de visa pour la France et quatre objecteurs de conscience qui s'y sont réfugiés.- "Acte politique" -Déserter ne relevait pas de l'évidence pour Farkhad Ziganchine, pensionnaire d'un internat militaire dès l'enfance. Diplômé de l’école supérieure de commandement des chars de Kazan, où il devient officier formateur de cadets, son quotidien s'interrompt brutalement en février 2022, après l'invasion russe de l'Ukraine."On nous a dit (...) que nos gars défendaient l'honneur de notre patrie, qu'ils combattent le néo-nazisme, le fascisme", se souvient ce souriant moustachu. "A ce moment-là, nous nous sommes regardés entre nous, sans rien dire."De haute lutte, il parvient à quitter l'armée le 20 septembre 2022. Le 21, il apprend qu'il est l'un des 300.000 réservistes appelés à servir en Ukraine, dans le cadre d'une mobilisation partielle décrétée par le président Vladimir Poutine.Alors que des vidéos de recrues appréhendées de force envahissent les réseaux sociaux, des centaines de milliers de Russes fuient le pays. Farkhad Ziganchine entre le lendemain au Kazakhstan, où il demande l'asile. Sans espoir de l'obtenir."Dans nos pays post-soviétiques, accorder le statut de réfugié à un citoyen (russe) n'est pas un acte humanitaire. C'est un acte politique", observe Artur Alkhastov du Bureau international kazakh des droits de l'Homme. Or Astana tient à "ses bonnes relations avec la Russie".- "Enlevé" -Le Kazakhstan est accusé par des ONG de faciliter des interpellations de Russes sur son sol.Un officier déserteur, Mikhaïl Jiline, y a été arrêté puis extradé en Russie, où il a été condamné en mars 2023 à six ans et demi de prison à régime sévère, de source judiciaire russe.En mai, le sous-officier Kamil Maratovitch Kassimov, a été "enlevé" et emmené dans une base militaire russe au Kazakhstan, selon Artur Alkhastov. Astana a assuré à l'AFP n'avoir reçu aucune demande d'extradition dans ce dossier.Farkhad Ziganchine tremble de subir le même sort. Il montre, sur son téléphone, les convocations de ses parents pour interrogatoires et les actes d'ouverture d'une enquête pénale en Russie contre lui."J'ai besoin de recevoir l'asile politique en France", dit-il. Sa première demande en ce sens a été refusée.Le Kazakhstan et l'Arménie - avec le Kirghizstan et le Belarus, plus proches du Kremlin - sont les uniques pays où des Russes peuvent se rendre avec leur seul passeport interne, l'équivalent d'une carte d'identité.Les militaires russes disposent très rarement d'un passeport classique : pour en obtenir un, ils doivent avoir l'aval de la hiérarchie et des services de renseignement. Ce document est ensuite généralement confisqué, selon plusieurs ONG.Les déserteurs "ne peuvent pas aller en Europe car ils n'ont pas de passeport où apposer un visa. Ils ne peuvent pas rentrer en Russie pour en faire un", souligne Ivan Chouviliaev, porte-parole de l'ONG Idite Lessom (Foutez le camp). Et ils sont "en danger" là où ils se trouvent.Deux déserteurs ont été "enlevés" en décembre 2023 et avril 2024 par des soldats russes stationnés en Arménie, selon Idite Lessom.- "Mort absurde" -Andreï Iousseinov a choisi la Géorgie. Soldat de la 39e brigade de fusiliers motorisés, il affirme avoir "contrefait son histoire" et s'être fait passer pour un civil afin d'obtenir un passeport international et fuir la Russie avec femme et enfant.Le jeune homme de 24 ans refusait "une mort absurde" en Ukraine. "Je voyais des mères pleurer face à des officiers qui ne leur répondaient pas alors qu'ils savaient que leurs enfants étaient morts", se souvient Andreï Iousseinov, interrogé par téléphone.Paris faisait en mai état de "500.000 pertes militaires russes, dont 150.000 morts". Mais le déserteur se pense en insécurité en Géorgie. Le parti au pouvoir y a multiplié les mesures rapprochant le pays de Moscou et l'opposition craint une dérive similaire à celle de la Russie depuis l'adoption récente d'une loi sur l'influence étrangère.Début mai, l'ambassade de France à Tbilissi lui a refusé un visa, dans un courriel lu par l'AFP.- "Vrais résistants" -Le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné évoquait ce même mois "la tradition d'accueil de la France", dans une interview à Novaïa Gazeta Europe. Depuis juillet 2023, la Cour nationale du droit d'asile français (CNDA), juridiction d'appel pour les réfugiés, considère que "les Russes fuyant la mobilisation pour la guerre en Ukraine et les mobilisés ayant déserté peuvent obtenir le statut de réfugié".Cent-deux Russes ont reçu le précieux sésame en dix mois du fait de leur "insoumission à la mobilisation partielle" ou objection de conscience mais aucun déserteur, selon la CNDA."On aimerait que la France s'engage davantage" pour les déserteurs, ces "vrais résistants" qui "refusent de participer à des crimes de guerre", plaide Olga Prokopieva, présidente de l'ONG Russie-Libertés.En Allemagne, autre pays avec qui les ONG sont en contact pour obtenir un asile aux déserteurs russes, il n'est "pas prévu de délivrer des visas uniquement en cas de désertion ou d'objection au service militaire", a expliqué à l'AFP le ministère allemand des Affaires étrangères. Mais des soldats russes peuvent en obtenir un s'ils sont "particulièrement menacés de persécution".Berlin n'accède pour l'instant pas à leurs demandes, affirme l'avocat Artem Clyga du Mouvement des objecteurs de conscience russe, qui dit entendre "souvent que tous ces Russes sont des criminels de guerre".L'avocat français de demandeurs d'asile russes Alexandre Delavay y voit un manque de "cohérence" de l'Europe. "On ne peut pas expliquer qu'il faut que l'Ukraine gagne sans se donner les moyens d'accueillir ceux qui ne veulent pas garnir les rangs de l'armée russe."- "Harcelé" -"Si vous êtes un activiste russe et que vous avez participé à quelques manifestations, vous recevez un visa. Mais si vous étiez dans l'armée et que vous vous êtes tiré dessus (pour échapper au combat, NDLR), vous n'avez pas de visa", tempête une porte-parole d'InTransit, autre ONG aidant les déserteurs.Vladimir (prénom d'emprunt) a obtenu en avril le statut de réfugié en France, après deux ans de procédure et un refus en première instance.Ce réserviste de trente ans, qui a fait son service militaire dans une unité d'élite, raconte avoir été "harcelé" aux premiers mois de la guerre. Des soldats russes sont venus le trouver "d'abord chez (lui), puis à (son) travail et enfin chez (sa) mère".La convocation militaire est arrivée peu après l'arrivée de Vladimir en France en mai 2022. Oleg (prénom d'emprunt), la quarantaine, instructeur de sports de combat, a d'abord fui en Géorgie, avec son épouse et leurs deux enfants, après réception de son ordre de mobilisation en septembre 2022.Soutien d'Alexeï Navalny, Oleg affirme qu'il faisait des donations "avant la guerre et encore aujourd'hui" à la fondation de l'opposant russe défunt. Un geste qui a valu à plusieurs Russes d'être poursuivis pour "extrémisme" et incarcérés.- "Aucun regret" -"Si l'on n'était pas partis, je serais soit en prison, soit à la guerre", soupire Oleg. "Et il y avait un risque que mon fils aîné, qui a bientôt 18 ans, se soit aussi retrouvé en Ukraine." La CNDA lui a accordé le statut de réfugié politique au bout d'un an et demi.Vladimir, Oleg et encore Dimitri, un professeur de danse au parcours similaire également rencontré par l'AFP, vivent désormais en sécurité en France. Ils ont requis d'être présentés sous un prénom d'emprunt par crainte de représailles sur leurs proches en Russie.Alexandre, 34 ans, et sa femme Daria, 37, n'ont pas obtenu l'asile et peuvent théoriquement être renvoyés en Russie. Ils ont, malgré ce risque, accepté d'être filmés par l'AFP, dans la petite ville où ils vivent avec leurs deux enfants, à deux heures de Paris.Le couple a fui Saint-Pétersbourg en mars 2023 après qu'Alexandre a reçu sa convocation militaire et que la voiture et la porte de leur appartement ont été vandalisées. Daria avait trop ostensiblement affiché son opposition à la guerre, racontent-ils.Leur niveau de vie confortable n'est plus qu'un lointain souvenir. "Je n’ai aucun regret" car "j'ai sauvé ma famille et que je ne suis pas devenu un meurtrier", dit Alexandre, ingénieur. Le "régime de Poutine" a "volé ma vie en Russie", s'émeut Daria qui, de France, aide l'ONG Idite Lessom.Ce réseau fonctionnant grâce à des centaines de bénévoles affirme avoir reçu des "demandes d'aide" de plus de 45.000 Russes et avoir permis à environ 2.000 soldats de déserter, dont une grande partie se terre en Russie.Le site russe indépendant Mediazona fait état de poursuites contre 8.600 militaires russes pour "abandon d'unité" depuis septembre 2022, dont plus de 3.500 les cinq premiers mois de 2024, sur plus d'un million de militaires en armes. En 2021, avant la guerre, 613 avaient été traduits en justice pour de tels faits.Quelque 311 autres sont accusés de "désertion", contre 33 en 2021, a précisé le site à l'AFP. bur-bk-jf/dab/dp/mm 

  • Mongolie: un élu d'un parti d'opposition tué en pleine campagne pour les législatives

    En Mongolie, un élu d'un parti d'opposition a été tué durant la campagne pour les élections législatives qui se tiendront à la fin du mois dans ce pays d'Asie, enclavé entre la Chine et la Russie, a annoncé son parti ce dimanche 16 juin. La victime est membre du Parti démocrate (libéral-conservateur) et gouverneur de Sant Sum (centre de la Mongolie), a indiqué dans un communiqué son parti, précisant qu'il avait été tué ce samedi 15 juin. Les médias locaux parlent d'un certain B. Bayanmunkh tandi

  • "Vous nous avez mis en danger": colère après un accident mortel lors d'un ultra-trail en Haute-Savoie

    De nombreux participants ont fustigé la décision de l'organisation de maintenir cette épreuve malgré les conditions climatiques compliquées.

  • Conserver plus longtemps ses tomates, c’est possible avec cette astuce

    C'est un fait, la tomate se conserve mieux à l’air ambiant que dans votre réfrigérateur. On vous explique.

  • "Oui, j'ai pété les plombs" : L'influenceuse Selma Mansouri séquestre deux jeunes, ses aveux dans le cadre d'une affaire très sombre

    Selma Mansouri, mère de famille et influenceuse, est mis en examen pour avoir enlevé, séquestré et violenté deux jeunes...

  • VOICI : Céline Dion : cette étonnante confidence que la chanteuse a faite à Anne-Claire Coudray avant son interview pour TF1

    Après deux ans de silence, Céline a fait son grand retour à la télévision française pour une interview accordée à Anne-Claire Coudray, diffusée au JT de TF1. La chanteuse, qui s'est longuement confiée sur sa maladie, a expliqué à la journaliste qu'une seule et unique chose l'aidait à ne pas sombrer.

  • Accident mortel dans un ultra-trail : « Le chaos, des gens criaient », le témoignage glaçant d’un participant

    drame - Une course d’endurance a fait une victime et deux blessés graves ce week-end en Haute-Savoie à cause de conditions météo particulièrement exécrables

  • Dany Boon révèle que sa célébrité après Bienvenue chez les Ch'tis a été difficile à vivre pour son fils Noé

    Ce samedi 15 juin, Dany Boon était invité sur le plateau de Quelle Époque sur France 2. L'acteur est revenu sur son succès et a fait des confidences sur son fils, Noé, qui a eu du mal avec sa notoriété après Bienvenue chez les Ch'tis.

  • Un oiseau malin s'accroche au cou d'un chat pour lui échapper

    Voici le moment où un oiseau malin a échappé à un chat en s'accrochant à son cou le mois dernier à Sarandi, au Brésil. La propriétaire du félin a dû intervenir pour sauver l'oiseau après une dernière frayeur.

  • Une voiture se gare toute seule à un nouvel endroit

    Le 12 mai, une caméra de sécurité a filmé le moment où une New Beetle s'est déplacée toute seule à Winterswijk, aux Pays-Bas. Les propriétaires se demandaient où se trouvait leur voiture.

  • Arabie Saoudite : les pèlerins du Hajj accablés par la chaleur

    Les organisateurs du Hajj installent des systèmes de refroidissement pour protéger les pèlerins

  • Kevin De Bruyne : qui est sa femme Michèle Lacroix ?

    Kevin de Bruyne jouera un match contre la Slovaquie ce lundi 17 juin à 18 heures. L’occasion pour Closer de s’intéresser à la vie privée du joueur. Mais qui est sa femme Michèle Lacroix ?

  • À Liverpool, le football commence à miser sur l’intelligence artificielle

    Le club anglais s’appuie sur une solution de stockage aidée par l’IA pour gérer ses données multimédias. Un premier pas avant d’aller plus loin ?

  • Irak: la désertification aggrave le phénomène des tempêtes de sable

    Le 17 juin, c'est la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse. En Irak, c’est un enjeu de taille où plus de la moitié du territoire est considéré comme en danger face à l’avancée du désert. Le phénomène, loin d’être nouveau, s’aggrave d’année en année, causant de violentes tempêtes de sable, particulièrement en été. Avec notre correspondante à Bagdad, Marie-Charlotte RoupieLes enfants du village de Najem jouent dehors malgré les fortes chaleurs. Mais rapidement, le ve