Poissons

19 FÉVRIER - 20 MARS

Amour : Il va vous falloir des trésors de diplomatie pour écarter les importuns et protéger votre nid d'amour sans vexer personne. Il est possible que le climat astral vous amène à modifier votre conception de la vie à deux en vous rendant plus lucide et plus exigeant.

Travail-Argent : Vous pourriez avoir à affronter l'inimitié d'un collègue ou d'un supérieur, avec lequel la mésentente sera patente sur le plan humain. Ne vous posez pas en victime, les torts sont partagés ! Une rentrée d'argent imprévue pourrait bien vous mettre de bonne humeur.

Santé : Vous manquez probablement de certains oligo-éléments, comme le magnésium par exemple. Vous pouvez prendre des compléments alimentaires ou bien faire le choix de rééquilibrer votre alimentation même si cela vous demande un petit effort.

01 october
Illustrations de Jo Ratcliffe
  • Le Hezbollah vise une base militaire israélienne en riposte à des raids sur l'est du Liban

    Le Hezbollah a annoncé lundi avoir bombardé une base militaire israélienne en réponse à des raids ayant visé, pour la première fois depuis le début de la guerre à Gaza, l'est du Liban faisant deux morts dans les rangs de la puissante formation libanaise.- Un membre du Hezbollah tué - Les frappes lundi sur Baalbeck sont les premières à viser le Hezbollah hors de la région du sud du Liban, théâtre de violences quotidiennes depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre dernier.

  • Tout le monde craignait le pire et pourtant, cette nouvelle série de Netflix se classe n°1 et met tous les internautes d'accord

    Les dirigeants de Netflix ont dû passer un bon week-end. Après la mise en ligne de la saison 1 ce jeudi 22 février...

  • Pour l’apéritif, le gagnant de Top Chef, Hugo Riboulet partage sa recette de tarama !

    Sachez que préparer du tarama n’a rien de bien compliqué. Hugo Riboulet s’est mis aux fourneaux et a dévoilé sur Instagram sa recette maison pour réussir votre apéritif à coup sûr !

  • XV de France: fin de tournoi des VI Nations pour Jalibert, absent six à huit semaines

    Sorti sur blessure face à l'Italie, Matthieu Jalibert va manquer six à huit semaines de compétition. Pour l'ouvreur tricolore, touché au genou gauche, le Tournoi des VI Nations est donc terminé.

  • PSG: Mbappé, le début du déclassement?

    A l’échelle du PSG, c’est un grand changement. Kylian Mbappé a été remplacé peu après l’heure de jeu ce dimanche contre Rennes (1-1). Le fait qu’il soit sur le banc contre Nantes le 17 février dernier était déjà surprenant. Trois jours auparavant, il avait annoncé à son président Nasser Al-Khelaïfi son départ en fin de saison, comme le révélait RMC Sport. Son remplacement dimanche, suivi par les propos de Luis Enrique, ont confirmé que Paris va commencer à se préparer pour l’après-Kylian Mbappé.

  • Les virements bancaires instantanés bientôt gratuits en France

    Le virement instantané va bientôt être proposé gratuitement par les banques françaises après le vote d’un règlement européen.

  • La Hongrie ratifie l'adhésion de la Suède à l'Otan

    Le Parlement hongrois a ratifié lundi l'accession de la Suède à l'Otan, ultime étape pour ce pays nordique désireux de rejoindre l'Alliance atlantique depuis l'invasion russe de l'Ukraine. La candidature de Stockholm a été approuvée à une écrasante majorité par les députés (188 sur 199). Les précisions de Florence la Bruyère, correspondante RFI pour France 24 à Budapest.Lire la suite sur FRANCE 24

  • IVG dans la Constitution : la droite sénatoriale joue-t-elle la montre ?

    A deux jours de l’examen du projet de loi, au Sénat, visant à inscrire l’IVG dans la Constitution, le suspense reste entier quant à l’issue du scrutin. Si une bonne partie de la droite sénatoriale ne s’oppose plus frontalement à la constitutionnalisation de l’IVG, elle conteste la rédaction proposée par le gouvernement. Deux amendements LR seront examinés en séance. Si l’un d’eux était adopté, la révision constitutionnelle serait retardée.

  • LIVRE. Un hymne à l’ours blanc, au-delà du symbole

    Après avoir sillonné l’Arctique et sa banquise depuis des décennies, le naturaliste et réalisateur Rémy Marion veut faire partager la vraie vie de l’ours polaire, mué aujourd’hui en totem du réchauffement climatique, ainsi que l’histoire des humains qui le côtoient depuis des millénaires. "L’ours polaire. Vagabond des glaces", d’une richesse unique, veut aller au-delà du mythe et des documentaires façon Disney, l’ouvrage évoquant aussi bien les chasseurs Inuit que le sculpteur François Pompon ou

  • Quels sont les signes astrologiques qui ne savent pas mentir ?

    Inutile d’essayer de les « démasquer », ils se trahiront tous seuls. Pire : plus ils essayent de mentir, moins ça marche. Voici les quatre signes du zodiaque les moins menteurs de tous.

  • Réunion à Paris des soutiens européens de Kiev à un moment critique pour l'Ukraine

    Une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement, essentiellement européens, se retrouvent lundi à Paris pour réaffirmer leur soutien à l'Ukraine, très fragilisée face aux troupes russes et en attente des armes occidentales nécessaires à sa survie. Les précisions de Clovis Casali, envoyé spécial au palais de l'Elysée.Lire la suite sur FRANCE 24

  • Conditions météo, réchauffement climatique... Pourquoi les avalanches sont-elles si difficiles à prévoir?

    Quatre alpinistes ont été emportés dimanche par une coulée de neige au-dessus de la station du Mont-Dore (Puy-de-Dôme). Si Météo-France alerte chaque jour sur les risques d'avalanche, il est presque impossible de prévoir le phénomène.

  • La Hongrie ratifie l'adhésion de la Suède, bientôt 32e membre de l'Otan

    Le Parlement hongrois a ratifié lundi l'accession de la Suède à l'Otan, ultime étape pour ce pays nordique désireux de rejoindre l'Alliance atlantique depuis l'invasion russe de l'Ukraine.Dans le cas de la Finlande par exemple, Ankara avait donné son feu vert le 30 mars 2023 et ce pays nordique avait remis le document le 4 avril, s'intégrant donc à l'Alliance cinq jours après le vote turc.

  • A Béziers, des uniformes "à la Harry Potter" pour la rentrée

    Avec leurs blazers à liserés rouges et leurs écussons sur la poitrine, les élèves de l'école élémentaire de La Chevalière, sur les hauteurs de Béziers (Hérault), avaient des airs d'Harry Potter en ce lundi de rentrée.Désireuse depuis 2014 d'adopter "l'uniforme scolaire", la ville du maire Robert Ménard, ex-proche de Marine Le Pen, est la première en France métropolitaine à tester la "tenue unique", projet porté par le Premier ministre, Gabriel Attal, et le président de la République, Emmanuel Macron.Complétée d'un pull gris, d'un polo blanc et d'un pantalon sombre, la tenue de La Chevalière a été choisie par les 147 élèves, et leurs familles, de la petite école publique d'un quartier plutôt coquet.En tout, quatre écoles et plus de 700 élèves sont concernés par l'expérimentation dans la ville de 78.000 habitants, l'une des plus pauvres de France."On a eu des demandes très classiques, qui rejoignent l'univers d'Harry Potter ou des mangas", a indiqué lors d'un point de presse dans la cour de l'école la députée divers droite et épouse du maire, Emmanuelle Ménard, qui s'attendait plutôt à un choix de tenues "jeans et T-shirt".Avant la sonnerie, les écoliers se réunissent sous le préau, blazer dissimulé par une grosse veste, qu'ils enlèveront en rentrant, un peu intimidés par les nombreuses caméras de télévision présentes."Il y en a des fois, ils disait : +Oh, t'es moche, t'es pas habillée pareil+. Moi ça me faisait un peu mal. Au moins on aura la même jupe, le même polo, les mêmes blazers et tout", dit sous le préau de l'école Alexia, fière ans, fière d'étrenner ses habits neufs."Ils sont très beaux. Et puis, avec le badge, si on se perd dans la rue, on nous ramènera", ajoute Marie, sa copine de CE1."Je ne vais pas bouder mon plaisir", s'est réjoui Robert Ménard. "Il ne s'agit pas de dire que cela va régler tous les problèmes. Simplement, on espère que sur un certain nombre de points, on va avancer"."Quand vous êtes riche ou pauvre, vous ne vous habillez pas exactement de la même façon. Ca se verra moins", assure le maire, souhaitant que cela fasse reculer les problèmes de "différenciation sociale", de "harcèlement" ou encore de communautarisme.- Gratuit pour les familles -A Béziers, les écoliers concernés ont été invités pendant les vacances à retirer gratuitement leurs "kits de vêtements" dont le coût, 200 euros, est réparti à égalité entre la ville et le ministère de l'Education nationale.A ce stade, 92 établissements en France "se sont portés candidats" à l'expérimentation, un peu moins que l'objectif gouvernemental de 100 établissements, a indiqué lundi matin la ministre de l'Education nationale, Nicole Belloubet. "Ce que nous voudrions voir, c'est si, oui ou non, le port de la tenue peut créer une sérénité dans la classe, peut apaiser le climat scolaire. On sait qu'on apprend bien quand le climat est apaisé", a-t-elle souligné. Les effets sur "le climat scolaire" feront l'objet d'une "évaluation indépendante par des laboratoires de recherche" et "si c'est positif, il pourra y avoir une extension du dispositif", a indiqué à Béziers la rectrice de l'Académie de Montpellier, Sophie Béjean.Côté syndicats, on ne partage pas l'enthousiasme des autorités. Pour Jean-François Guerrero, professeur des écoles et représentant Unsa-Education à Béziers, il s'agit d'une "mesure d'apparat"."On regarde aussi les dépenses: 200 euros par élève, aucun enseignant ne cracherait dessus en termes de voyages, de projets pédagogiques", dit-il. Pour lui, les enseignants "ne comprennent pas que d'un coup on puisse avoir d'énormes budgets pour une mesure qui en fait ne va sans doute pas fonctionner tant que ça".Selon Sophie Béjean, le coût, relativement modeste dans l'ensemble du budget, ne rognera pas d'autres projets pédagogiques sur l'académie de Montpellier.La "tenue unique" est un serpent de mer dans les débats sur l'éducation en France, où l'uniforme n'a jamais été obligatoire dans les écoles publiques. Le président Macron, qui y est favorable, envisage de la généraliser en 2026 si les résultats de l'expérimentation sont concluants.siu-asm/so/tes

  • « Pauvres créatures » : pour Emma Stone, les scènes de sexe n’étaient pas les plus difficiles à jouer

    L’actrice a dû faire preuve d’extravagance pour entrer dans la peau de Bella Baxter dans le film de Yórgos Lánthimos, nommé aux Oscars 2024.

  • 6 tendances que l’on pique à la Fashion Week de Milan

    La Fashion Week de Milan s'est conclue sur une note d'excellence avec des défilés événements et des collections solides. On en ressort évidemment 6 grandes tendances. Voir la suite sur ELLE.fr A lire aussi Baskets colorées : 5 idées de looks ultra-désirables à moins de 250 € pour adopter la tendance À la Fashion Week de Milan, Prada relance la tendance teddy Cette tendance des années 2010 est le must-have de 2024 7 tendances automne-hiver 2024/2025 qui ont enflammé la Fashion Week de Londres Consultez votre horoscope sur ELLE

  • À la Une: à Sao Paulo, manifestation de soutien à Jair Bolsonaro

    Ce dimanche, des milliers de Brésiliens sont descendus dans les rues de Sao Paulo pour soutenir l'ancien président d'extrême droite Jair Bolsonaro : O Globo et Folha de Sao Paulo présentent en Une des photos de l’avenue Paulista noire de monde. Noire, ou plutôt verte et jaune, couleurs du drapeau brésilien. L’ancien président, à l'origine de la manifestation, avait lui-même revêtu le maillot jaune de la sélection de football du Brésil – un symbole que se sont appropriés les bolsonaristes, on peu

  • Victoria et David Beckham : leur fils Roméo annonce se séparer de sa petite amie

    Une histoire d’amour vient de prendre fin. Ce dimanche 25 février, Roméo Beckham a annoncé ne plus être avec le mannequin Mia Regan avec qui il a partagé cinq ans de relation.

  • Gaza: l'ONU s'alarme pour les civils avant l'offensive attendue sur Rafah

    Le secrétaire général de l'ONU a averti lundi que les programmes d'aide humanitaire à la bande de Gaza prendraient fin en cas d'offensive sur la ville surpeuplée de Rafah, d'où Israël veut faire sortir les civils pour vaincre définitivement le Hamas.L'offensive "ne serait pas seulement terrifiante pour plus d'un million de civils palestiniens qui s'y abritent; elle sonnerait également le glas de nos programmes d'aide", a prévenu Antonio Guterres, à l'ouverture de la 55e session du Conseil des droits de l'homme à Genève.Adossée contre la frontière fermée avec l'Egypte, dans le sud de Gaza, Rafah est l'unique point d'entrée de l'aide humanitaire qui reste "totalement insuffisante", a-t-il souligné, pour le petit territoire palestinien, assiégé par Israël depuis le début de la guerre le 7 octobre contre le mouvement islamiste.En Cisjordanie, le gouvernement de l'Autorité palestinienne a remis sa démission lundi au président Mahmoud Abbas, qui exerce un pouvoir limité sur ce territoire occupé depuis 1967 par Israël.De nombreux pays tentent de dissuader le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de lancer une offensive à Rafah, où sont massés, selon l'ONU, près d'un million et demi de Palestiniens.Alors que des pourparlers en vue d'une trêve se poursuivent au Qatar, M. Netanyahu a annoncé une prochaine opération terrestre contre cette ville qu'il présente comme le "dernier bastion" du Hamas, quatre mois après le début de l'offensive au sol lancée le 27 octobre dans le nord de Gaza puis étendue progressivement vers le sud. M. Netanyahu a assuré dimanche que la "victoire totale" sur le Hamas ne serait alors qu'une question de "quelques semaines", soulignant qu'une trêve ne ferait que "retarder" cette offensive.- "De la place" au nord -L'armée a présenté lundi au cabinet de guerre "un plan pour l'évacuation des populations des zones de combat dans la bande de Gaza, ainsi que le plan d'opérations à venir", selon le bureau du Premier ministre.M. Netanyahu avait précisé dimanche qu'il y avait "de la place" pour les civils "au nord de Rafah, dans les zones où nous avons terminé le combat".Ces zones restent pourtant sous le feu israélien. Un correspondant de l'AFP a signalé plusieurs frappes aériennes nocturnes sur Rafah, sur Khan Younès, à quelques kilomètres plus au nord, et à Zeitoun, près de Gaza-ville, dans le nord.Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé lundi que 90 personnes avaient été tuées en 24 heures à travers le territoire, dont 15 membres d'une même famille à Gaza-ville.La guerre a éclaté le 7 octobre quand des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza ont lancé une attaque sans précédent sur le sud d'Israël, qui a entraîné la mort d'au moins 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.Durant l'attaque, quelque 250 personnes ont été enlevées et emmenées à Gaza. Selon Israël, 130 otages y sont encore retenus, dont 31 seraient morts.En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, qu'il considère, de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, comme une organisation terroriste.L'offensive israélienne a fait 29.782 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.- "Des gens affamés"  -Dans la bande de Gaza frappée par une catastrophe humanitaire majeure, 2,2 millions de personnes, selon l'ONU, soit l'immense majorité de la population, sont menacées d'une "famine de masse".L'aide internationale entre au compte-gouttes depuis l'Egypte, soumise au feu vert d'Israël, et son acheminement vers le nord est presque impossible en raison des destructions et des combats.Le bureau de Benjamin Netanyahu a aussi annoncé lundi que le cabinet de guerre avait approuvé un plan de fourniture d'aide humanitaire "qui empêchera les pillages", sans plus de détails.Des Palestiniens de Gaza ont raconté à l'AFP être forcés de manger des feuilles, du fourrage pour le bétail, voire d'abattre des animaux de trait pour se nourrir alors que les rares convois d'aide atteignant le nord sont pillés par la population."Nous mourrons de faim", a lancé à l'AFP Abdallah Al-Aqra, 40 ans, réfugié à Gaza-ville. Il a affirmé que l'armée avait tiré dimanche "sur les gens affamés qui tentaient d'avoir de la farine" apportée par un camion d'aide.- "Contours" d'un accord -Les pays médiateurs, Qatar, Egypte et Etats-Unis, tentent pendant ce temps de négocier avec les deux parties un compromis en vue d'une trêve. Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a évoqué dimanche un "terrain d'entente" sur les "contours" d'un possible accord portant sur la libération des otages et "un cessez-le-feu temporaire" lors d'une récente réunion à Paris entre des représentants d'Israël, des Etats-Unis, de l'Egypte et du Qatar.D'après une source du Hamas, les discussions portent sur la première phase d'un plan élaboré en janvier par les médiateurs, qui prévoit une trêve de six semaines associée à une libération d'otages et de prisonniers palestiniens détenus par Israël, ainsi que l'entrée à Gaza d'une importante quantité d'aide humanitaire.Mais Israël exige la libération de tous les otages lors de cette pause et a prévenu qu'une trêve ne signifierait pas la fin de la guerre. Le Hamas réclame de son côté un cessez-le-feu complet, le retrait des troupes israéliennes de la bande de Gaza et la levée du blocus imposé par Israël depuis 2007.La guerre à Gaza a aussi ravivé les tensions à la frontière entre Israël et le Liban, où les échanges de tirs sont quotidiens entre l'armée israélienne et le Hezbollah libanais, allié du Hamas.Lundi, des frappes israéliennes ont visé pour la première fois depuis le début de la guerre des objectifs du Hezbollah dans l'est du Liban, tuant deux combattants du mouvement pro-iranien. Le Hezbollah a annoncé avoir tiré en représailles 60 roquettes sur une base militaire israélienne dans le plateau du Golan occupé.bur-sg/feb

  • Santé des enfants, échantillon de Bennu et trésors du San José : l'actu des sciences en ultrabrèves

    Au sommaire des ultrabrèves du 26 février 2024 : 88 facteurs de risque classés par dangerosité sur la santé des enfants, l'échantillon prélevé sur l'astéroïde Bennu pèse 121,6 grammes, les trésors du San José vont bientôt refaire surface.