Infidélité : "Mon ex avait une femme et un gosse à 12 stations de métro de chez moi"

·8 min de lecture
Man using smartphone and ignoring sexy woman in bed at night. Looking at mobile phone. Husband giving no attention to wife. Disregarding marriage. Couple problem. Cellphone addiction. Obsessed addict. (Tero Vesalainen via Getty Images)

Depuis quelques jours, dans les salles obscures, les spectateurs peuvent découvrir le nouveau film d'Arnaud Desplechin, "Tromperies", mettant en scène Léa Seydoux. Mais pour de nombreuses personnes, les infidélités font partie du quotidien, et dans certains cas, leurs histoires sont dignes d'Hollywood. La preuve.

Difficile de faire le point sur le nombre de personnes qui trompent leur partenaire en France : les études à ce sujet sont rares, et il n'est pas forcément facile d'obtenir une réponse honnête de la part des interrogé·e·s. Pourtant, le business de l'infidélité est en plein boom, et les chiffres publiés par l'IFOP en association avec le site de rencontres extra-conjugales Gleeden en 2016, 18% des sondés affirmaient avoir déjà trompé leur partenaire actuel. Parfois, ces infidélités restent secrètes. Parfois, les personnes bafouées découvrent le pot-au-rose, dans la douleur et l'incompréhension la plus totale. Et ces histoires peuvent faire très mal. En particulier lorsqu'elles sont totalement rocambolesques.

"Mon ex a préféré faire croire à sa maîtresse virtuelle qu'il était mort pour ne pas la quitter"

Il y a quelques années de cela, Vivienne* a vécu une longue relation avec un compagnon ayant une réelle passion pour les jeux vidéo. "Son ordinateur était installé dans le salon, et il passait ses soirées et ses week-ends sur Twitch et sur les jeux vidéo, même quand son fils était là. À l'époque, nous avions pas mal de problèmes d'argent, car il était le seul à avoir un emploi. Mais j'ai découvert par hasard que si nous avions du mal à joindre les deux bouts, c'est aussi parce qu'il donnait de l'argent à une autre femme..."

Vidéo. "L’infidélité féminine est plus courant qu’on ne l’imagine. On en parle moins car c’est plus mal vu"

En octobre 2018, la jeune femme alors âgée de 23 ans apprend que son compagnon est sélectionné pour une compétition de jeux vidéo en Allemagne. Un voyage tous frais payés, avec une belle somme à la clé. Mais un soir, alors que son compagnon dort, elle voit une notification apparaître sur son téléphone : "Tu as réservé le Airbnb ?" avec un petit coeur. "J'ai décidé de mettre mes principes de côté, et j'ai fouillé dans son téléphone. J'y ai découvert des semaines entières de conversations avec une Cam Girl vivant en Colombie. Il lui a offert pour plusieurs centaines d'euros d'habits, un appareil photo hors de prix. Il a réservé un vol non pas pour l'Allemagne, mais pour Bogota, afin de la rencontrer. Il lui dit qu'il l'aime." Son interlocutrice a beau répondre chaleureusement, elle laisse entendre à plusieurs reprises qu'elle n'est pas amoureuse et qu'elle ne veut pas d'une relation, l'homme insiste.

Choquée, Vivienne réclame des comptes à son compagnon, et lui impose de couper les ponts avec celle qui est devenue sa maîtresse virtuelle. "J'aurais pu le quitter, mais j'étais amoureuse et très attachée à son enfant, et je n'avais malheureusement pas une situation stable qui me permettait de partir. J'ai donc décidé d'essayer de lui pardonner." Mais, deux semaines plus tard, elle reçoit un message sur Instagram de la part de la femme avec qui son compagnon échangeait. "Elle m'a envoyé un acte de décès ! Plutôt que de lui avouer, ou même la bloquer et la ghoster, ce grand monsieur de 26 ans a mis son propre frère dans la confidence, a réalisé un faux acte de décès à son nom, puis a demandé à son frère de l'envoyer à cette femme ; préférant se faire passer pour mort plutôt que d'assumer." Une histoire incroyable dont l'héroïne préfère aujourd'hui tirer des enseignements : "Je raconte mon histoire pour prouver aux autres que même une personne en apparence bien sous tous rapports peut cacher tout et n'importe quoi." Aujourd'hui, elle n'a qu'un seul souhait : "Qu'il reçoive de l'aide avec ce qui semble être de la mythomanie pathologique, ne serait-ce que pour le bien de son enfant."

"Mon amie a découvert que le mec que je fréquentais avait une femme et un enfant"

L'histoire de Marina* est quelque peu différente, mais également très révélatrice de la malhonnêteté de certaines personnes. Il y a près de 9 ans de cela, la jeune femme se lance dans une histoire d'amour avec un homme qui lui a affirmé avoir quitté plusieurs femmes avec qui il sortait pour être avec elle. Ils ne vivent pas ensemble, mais leur amour est fort, du moins, en apparence. Suffisamment pour qu'il lui propose d'avoir un enfant. "Quand j'ai évoqué la question avec mes amies, l'une d'elles a eu des doutes, compte tenu de ses infidélités passées. Elle a donc consulté les registres d'état civil, qui sont publics, et elle a fait une découverte qui m'a laissée pantoise : il avait eu un enfant moins de deux ans plus tôt, avec une autre femme."

Sous le choc, Marina commence à mener son enquête, interroge des connaissances de son compagnon, des anciens collègues à lui. "J'ai découvert que plusieurs personnes de son entourage avaient été traumatisées par son comportement toxique. Des hommes comme des femmes. Et qu'il m'avait menti sur toute la ligne." En effet, l'une des raisons pour lesquelles ils ne vivaient pas ensemble était la suivante : "Il m'avait dit qu'il était retourné vivre chez ses parents en Bourgogne. À chaque fois qu'il 'venait à Paris', il vivait donc chez moi. Alors qu'en réalité, il vivait avec une autre femme depuis quatre ans... À 12 stations de métro de chez moi." Face à la situation, Marina décide de rompre, même si son ex a tenté toutes sortes d'explications : "Il m'a dit que l'enfant n'était pas de lui, qu'il s'était pacsé avec cette femme juste pour pouvoir l'élever avec elle, qu'elle ne soit pas seule. Il a essayé de se donner le beau rôle. J'ai dû appeler son meilleur pote pour avoir finalement la vérité."

Quelques mois après les faits, la jeune femme a eu l'occasion de se rassurer, en échangeant avec ses proches, mais aussi avec une psy : "Aujourd'hui je dirais que c'est par certains aspects la rupture parfaite, celle qui te laisse pas très longtemps la blessure narcissique où tu te dis que c'est peut-être toi le problème... parce que le gars est effectivement juste une sombre merde sur laquelle il n'y a rien à sauver." Rien à sauver, à part peut-être d'autres potentielles victimes. Dans son enquête pour démêler le vrai du faux, Marina a en effet découvert que plusieurs autres femmes étaient dans la même situation qu'elle, persuadées d'avoir une relation exclusive avec cet homme.

Vidéo. Déclic - Hannah : "Mon déclic à moi c'est quand j'ai décidé d'arrêter les hommes"

"Il m'a sorti une explication abracadabrante pour expliquer pourquoi il couchait avec son ex"

Il n'y a pas d'âge pour tomber sur des infidèles, et Fanny* en est la preuve. Le premier homme qui a partagé sa vie lui a en effet laissé un goût amer. "J'avais une vingtaine d'années quand j'ai fait sa connaissance. J'étais mal dans ma peau, maladroite avec les mecs, encore vierge... Lui était beau, un peu plus âgé que moi, musicien dans le genre poète maudit. Je suis tombée sous le charme dès notre première rencontre. Il a été mon premier partenaire sexuel. Il était toujours attentionné, doux, gentil, mais se disait torturé par son ex, une fille avec qui il avait connu une passion destructrice."

Cette autre jeune femme, Fanny a fini par la rencontrer à l'anniversaire de son compagnon. Et elle s'attendait à tout sauf aux révélations qui ont suivi : "Pendant la soirée, on discute, on sympathise, et là, elle me dit qu'ils couchent toujours ensemble, parce que moi je ne voulais pas puisque j'étais vierge. Elle en est désolée, et préfère être honnête. Bizarrement, je ne lui en veux pas, mais je lui en veux à lui." Bien décidée à avoir des explications, elle met son compagnon face aux révélations qu'elle vient d'obtenir. "Il a avoué sans vergogne avant de me sortir une excuse tirée par les cheveux. 'Ce n'est pas le moi amoureux de toi qui couche avec elle, c'est le moi amoureux d'elle.' C'est le souvenir de leur relation qui couche avec elle. Texto. Pour lui, ce n'est donc pas de l'infidélité, puisque c'est un souvenir qui agit, pas lui-même."

Face à cette explication pour le moins rocambolesque, Fanny décide de rompre immédiatement avec son compagnon infidèle : "Il a osé me dire que je manquais d'ouverture d'esprit !", s'offusque-t-elle. Heureusement, aujourd'hui, elle préfère rire de cette histoire. "J'étais tellement estomaquée que je suis vite passée à autre chose."

* Dans un souci d'anonymat, tous les prénoms ont été changés

A LIRE AUSSI

>> Vivez-vous dans la ville la plus infidèle de France ?

>> Histoires de femmes infidèles : "J'ai avorté de mon amant et il en a été très blessé"

>> Et si on s’attaquait au grand tabou de l’adultère féminin : "Une femme peut avoir des relations sexuelles sans tomber amoureuse"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles