Infidélité : le 10 janvier 2022 est le jour où vous avez le plus de risques d'être trompé·e

·3 min de lecture
Glasshouse Images via Getty Images

Il n'y a pas de date pour être infidèle ou victime d'une infidélité. Mais visiblement, certaines périodes de l'année sont plus propices que d'autres à la tromperie. Et le début du mois de janvier est tout particulièrement concerné...

Êtes-vous sûr·e de la fidélité de votre partenaire ? Cette dernière pourrait être mise à l'épreuve bien plus tôt que vous ne le pensiez, ainsi que le laisse entendre la dernière étude menée par Gleenden. Le site, spécialisé dans le business de l'infidélité et les rencontres extraconjugales, a mené un sondage auprès de 18 782 membres européens du 15 au 30 décembre 2021. Et les chiffres sont sans équivoque : les infidélités risquent d'être nombreuses en ce début d'année 2022.

Vidéo. "L’infidélité féminine est plus courant qu’on ne l’imagine. On en parle moins car c’est plus mal vu" : Rita Perse, autrice d'Adulte Air, décrypte le phénomène

Le 10 janvier 2022, journée de l'infidélité ?

En interrogeant des utilisateurs et en utilisant les données de la plateforme, qui compte 9 millions d'abonnés à travers le monde, Gleeden a en effet déterminé que le second lundi suivant la rentrée des vacances de Noël est le moment privilégié des infidèles pour chercher activement un amant ou une maîtresse, et ce depuis déjà plusieurs années. En 2019, le lundi 9 janvier avait enregistré une hausse de 430% des inscriptions. Le score a atteint les + 480% en 2020 et a logiquement chuté en 2021, pandémie oblige : l'an dernier, le bon en avant des inscriptions n'était "que" de 220% supplémentaires.

Solène Paillet, la directrice de la communication de Gleeden, affirme s'attendre à un record du nombre d'inscriptions dans les jours à venir : "Nous nous préparons à un mois de janvier très actif, bien au-dessus des normes, sur notre plateforme. Nous constatons habituellement une forte hausse de la fréquentation en janvier mais cette tendance risque d’être bien plus forte cette année." La preuve ? Les résultats d'une étude menée en décembre sur la plateforme, dans laquelle 51% des sondés affirment avoir un besoin de "retrouver leur liberté", et 28% estiment être "plus ouvert·e·s aux nouvelles expériences".

Pourquoi y a-t-il plus de tromperies en janvier ?

Mais qu'est-ce qui pousse les personnes en couple à vouloir tromper leur compagne ou leur compagnon au mois de janvier, période habituellement propice aux bonnes résolutions ? Solène Paillet avance un début d'explication : "La fin d’année est une période particulièrement propice aux bilans personnels. 2021 a été éprouvante pour chacun, les désirs individuels ont souvent été mis de côté. Et la période de fêtes, généralement consacrée à la famille, n’a rien arrangé. En s’inscrivant sur Gleeden, ou en passant plus de temps sur la plateforme, les membres cherchent un moyen de mettre un peu d'extraordinaire dans leur quotidien. Un quotidien qui peut s'avérer pesant, voire oppressant après de longs moments consacrés au cercle familial. C'est le résultat d'un besoin humain et légitime : celui de se faire plaisir et de penser à soi." Le tout avant de préciser : "Contrairement à l’année précédente où la situation sanitaire était encore très incertaine, avec un faible taux de personnes vaccinées, nos membres semblent beaucoup plus enclins à faire des rencontres en ce début d’année et à rattraper le temps perdu." Voilà qui promet.

A LIRE AUSSI

>> Infidélité : "Mon ex avait une femme et un gosse à 12 stations de métro de chez moi"

>> Vivez-vous dans la ville la plus infidèle de France ?

>> Histoires de femmes infidèles : "J'ai avorté de mon amant et il en a été très blessé"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles