Le porno aurait une influence directe sur le cerveau… Et sur le comportement

Katia Rimbert
Journaliste

Plusieurs études ont démontré que consommer de la pornographie auraient une réelle répercussion neurologique. Et cela a de graves conséquences sur la santé mais aussi sur leur comportement en couple, tout particulièrement chez les addicts aux films pour adultes.

La pornographie n’est pas une vision réaliste de la sexualité. Elle peut générer des comportements violents envers sa.son partenaire pendant les rapports sexuels, comme le révélait une récente étude. Mais elle présente aussi un risque pour la santé comme des troubles de l’érection, une dépression ainsi qu’un changement dans le comportement. Un premier indice : lorsque vous regardez une vidéo X, les zones qui s’activent dans votre cerveau sont les mêmes que lorsque vous êtes en plein ébat sexuel.

Mate-moi ça

Plusieurs études - reprises par le site The Conversation - a révélé qu’une trop grosse consommation de films porno modifie “le câblage neuronal” du cerveau. Autrement dit, le processus qui vous permet d’apprendre des notions et de mémoriser des choses est chamboulé. Donc quand les adeptes du porno vont avoir envie de faire l’amour ou éprouver du désir sexuel, leur premier réflexe sera de dégainer leur ordinateur ou leur téléphone pour mater une vidéo de hard. Ce qui renforce encore plus leur accoutumance mais aussi aux pratiques extrêmes. Donc plus une personne va être accro, plus elle sera “tolérante” aux images.

Téléguidé par le X ?

Selon les scientifiques, la pornographie agit sur notre cerveau comme une drogue. À l’image des substances addictives, c’est ce que l’on appelle un “déclencheur hyperstimulant”, qui va sécréter un taux de la dopamine bien plus élevé que la normale. Késako ? La dopamine, c’est un neurotransmetteur qui influe sur le comportement. Et qui est produite en réponse à une stimulation sexuelle. Vous suivez toujours ?

En gros, lorsque vous avez envie de sexe, vous allez combler cette envie - logiquement - en vous masturbant ou en vous envoyant en l’air avec votre partenaire. Sauf qu’en chamboulant la transmission de la dopamine dans le corps, une trop grosse consommation de contenus pornographiques peut générer de l’anxiété ou entraîner une dépression mais aussi vous rendre insensible à tout plaisir sexuel dit classique. Résultat, vous ne serez plus satisfait sexuellement par un rapport avec votre partenaire.

Et pour combler vos besoins, vous reviendrez inéluctablement… Au porno. Même si vous n’en ont pas envie de façon concrète. Comme un toxicomane qui a besoin de sa dose plus que du plaisir de prendre de la drogue. Et si on appuyait sur pause ?

A LIRE AUSSI

Pornophonie ou porno sonore : et si le porno qui s’écoute était plus jouissif qu’un film X ?

Le porno n'est pas le modèle de notre sexualité

L’anorexie sexuelle ou anaphrodisie, quand il n’y a plus de désir sexuel