Publicité

Lindsay Lohan "très blessée et déçue" par un commentaire grossier à son égard dans le remake de "Lolita malgré moi"

Alors qu'une nouvelle version de "Lolita malgré moi" est sortie au États-Unis ce vendredi 12 janvier, Lindsay Lohan, qui y fait une brève apparition, s'est dite "blessée" par une blague qui figurait dans le film, faisant référence à un moment humiliant de sa jeunesse.

US actress Lindsay Lohan arrives for the premiere of Paramount Pictures'
Lindsay Lohan "très blessée et déçue" par un commentaire grossier à son égard dans le remake de "Lolita malgré moi". (Photo by KENA BETANCUR / AFP) (Photo by KENA BETANCUR/AFP via Getty Images)

Révélée dans des comédies comme "Freaky Friday", Lindsay Lohan a accepté de faire une brève apparition dans le remake de "Lolita malgré moi", qui a fait son succès. Elle fait ainsi une brève intervention dans ce film adapté de la comédie musicale, elle-même adapté du film originel, sorti en 2004. Depuis le 12 janvier 2024, jour de son lancement aux États-Unis, le remake musical de cette comédie pour adolescentes culte des années 2000 s'est placé en tête du box-office national.

Vidéo. Lindsay Lohan : qui est son mari Bader Shammas ?

"Entrejambe en feu"

Mais, pour Lindsay Lohan, il y a quand même une ombre au tableau. Une "blague" à son égard, glissée dans le film, à son insu. L'actrice a en effet fait savoir qu'elle n'avait pas apprécié une réplique, qui semble faire référence à un commentaire grossier à son propos. Il y a près de vingt ans, il l'avait hissée en Une des journaux.

Dans une scène du Megan Thee Stallion joue son propre rôle et apporter son soutien à Cady Heron (Angourie Rice), l'héroïne du film, en disant : "Y2K fire crotch is back" (l'entrejambe en feu de l'an 2000 est de retour). Un surnom entendu notamment en 2006, dans une vidéo de TMZ. Dans l'extrait, on entendait les commentaires insultants de Brandon Davis, héritier d'un empire pétrolier, à l'égard de Lindsay Lohan, qu'il qualifiait d'"entrejambe de feu". Une remarque des plus sexistes et dégradantes, qui dévoile la sexualité supposée de l'actrice tout en visant à la rabaisser. Un bel exemple de slut-shaming, en somme.

"Lindsay a été très blessée et déçue par la référence faite dans le film", a déclaré Leslie Sloane, l'attachée de presse de Lindsay Lohan, dans un communiqué transmis à People et à d'autres médias.

"On ne blague plus de la même manière qu'avant"

Une maladresses, sans doute, de la part de Tina Fey, qui a partagé l'affiche avec Lindsay Lohan à l'époque et a participé à l'écriture du remake. Elle a ainsi expliqué au New York Times, le 10 janvier 2024, avoir éliminé certaines blagues du nouveau film originel. "J'ai écrit au début des années 2000 en me basant sur mon expérience d'adolescente à la fin des années 80. Personne n'a été surpris de voir que les blagues ont changé", a-t-elle déclaré. Et d'ajouter : "On ne blague plus de la même manière qu'avant. Même si votre intention a toujours été la même, vous ne le faites plus de la même manière, et c'est très bien ainsi. (...) Je crois fermement qu'il est possible de trouver de nouvelles façons de faire des blagues avec moins d'éclats accidentels sur les côtés".

À lire aussi :

>> Mean Girls : que sont devenues Lindsay Lohan et les actrices du film culte des années 2000 ?

>> Mean Girls : qui est Renée Rapp, l'interprète de la queen Regina George ?

>> "Tu as grandi et si magnifiquement" : Jamie Lee Curtis retrouve Lindsay Lohan 20 ans après "Freaky Friday" et tease une possible suite