"Le magot" sur Planète+ Crime : cet improbable lien entre Michel Fourniret et un gang de braqueurs

JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Il était surnommé l'Ogre des Ardennes. Michel Fourniret, l'un des plus immondes tueurs en série de France, est mort à 79 ans en mai 2021 des suites de problèmes cardiaques et de la maladie d'Alzheimer. Condamné à la perpétuité pour sept meurtres de jeunes filles en 2008, le violeur a également été reconnu coupable, dix ans plus tard, de la mort en 1988 de Farida Hammiche, la femme d'un ancien compagnon de cellule. Cet assassinat, seul crime crapuleux imputé à ce jour à Michel Fourniret, intervient dans une plus large et rocambolesque affaire dite du "gang des postiches", une équipe de braqueurs mêlée à une vingtaine d'attaques de banques parisiennes dans les années 1980. En révélant comment le prédateur avait mis la main sur le magot de la bande de braquos, Patricia Tourancheau a signé pour Libération le scoop de sa carrière, des révélations dignes d'un polar adaptées en livre en 2004 et 2019, puis en série-documentaire de quatre épisodes rediffusée ce vendredi 13 janvier 2023 sur Planète+ Crime. Pour Femme Actuelle, la spécialiste du grand banditisme est revenue sur cette histoire improbable, qui a permis à Michel Fourniret de rafler la fortune ayant financé sa monstrueuse carrière pédocriminelle.

Remontons en arrière. Au mitan des années 1980, Michel Fourniret est derrière les barreaux de Fleury-Mérogis (Essonne) pour viols sur mineurs. Le natif de Sedan rencontre alors un certain Jean-Pierre Hellegouarch, un Breton braqueur et trafiquant de cannabis. Comme l'a relaté Patricia (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite