Mandibules : Adèle Exarchopoulos nous fait mourir de rire

·1 min de lecture

La nouvelle comédie drôle et décalée « Mandibules » est enfin au cinéma après de nombreux reports de date de sortie. À cette occasion, Adèle Exarchopoulos nous parle de son personnage Agnès mais aussi d’amitié.  

Initialement prévu le 18 novembre dans les salles obscures, puis repoussé au 15 décembre dernier, le nouveau film de Quentin Dupieux sort enfin au cinéma. Un an après « Le Daim », le réalisateur renoue avec un univers fantaisiste et absurde. Sélectionné au Grand Prix cinéma ELLE, « Mandibules » raconte les aventures de deux amis simples d’esprit, embarqués dans une mission. Manu (Grégoire Ludig) doit récupérer une valise chez un certain Michel Michel et la livrer à quelqu’un pour la somme de 500 euros.  

Adèle Exarchopoulos dans la peau d’Agnès 

Il vole une vieille voiture et embarque avec lui son meilleur ami Jean-Gab (David Marsais), mais rien ne se passe comme prévu lorsqu’ils découvrent une mouche géante dans le coffre du véhicule. Les deux compères se mettent alors en tête de domestiquer l’insecte pour gagner de l’argent. Tout bascule lorsque les deux amis croisent le chemin d’un groupe de filles. L’une d’entre elle, Cécile (India Hair) pense reconnaître un ancien camarade lorsqu’elle voit Manu. La jeune femme invite les deux hommes chez elle, et ils vont devoir ruser pour cacher leur étrange animal domestique. Agnès - une jeune femme à la voix criarde suite à un accident de ski -, interprétée par Adèle Exarchopoulos commence alors à mener une enquête un peu folle.  

À l’occasion de la sortie du long-métrage, en salles, le 19 mai, nous avons rencontré Adèle Exarchopoulos pour parler de la manière dont elle...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

 A lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles