1 / 7

Le mythique canapé Togo en 20 inspirations

Ultra-confortable, indémodable mais surtout...inclassable ! Après un succès mitigé lors de son lancement lors Salon des Arts Ménagers à Paris en 1973, le Togo né de l’esprit d’un jeune designer français de l’époque, Michel Ducaroy, reçoit pourtant la même année, le prix René-Gabriel. Cette éminente récompense distingue depuis 1950 le « mobilier innovant et démocrate ». Et de l’innovation, le Togo en a revendre ! Entièrement en mousse et affichant une décontraction très post-soixante huitarde, il lui a fallu se faire une place dans le monde décoratif bien plus traditionnel de l'époque. Plus de 45 ans d’histoireL’année du lancement du Togo est aussi celle de la création du lancement de la marque Ligne Roset. Jean Roset, petit-fils du fondateur de l’affaire familiale alors spécialisée dans la fabrication de mobilier pour les collectivités, flaire que le moment est venu de se lancer dans le mobilier pour les particuliers. Son coup de génie ? S’entourer de designers et devenir un acteur majeur de la création et du design, proposer des créations exclusives empreintes du savoir-faire de l’entreprise. C’est alors que le designer Michel Ducaroy entre en scène. Formé à l'Ecole Nationale des Beaux-Arts de Lyon, spécialisé en sculpture, il a intégré l’entreprise dans les années 60. Fort de sa passion pour les volumes, doté d’un sens aigu du design et d’un féroce appétit pour l’innovation, il devient le fer de lance de la branche créative de Ligne Roset. Il dessine alors des modèles qui deviendront emblématiques mais son succès le plus retentissant est évidemment le Togo. Il comprend avant tout le monde que la clientèle plus jeune vit autrement et veut affirmer sa rupture avec les codes bourgeois traditionnels. Qu’un canapé ne sert pas uniquement à s'asseoir selon les conventions mais aussi qu’il sert à refaire le monde, se détendre, sans rien lâcher sur le style. A star is born !Depuis cette époque, les canapés, fauteuils et chauffeuse Togo continuent d’être fabriqués à la main par des artisans dans le Jura, qui possèdent le secret de ses fameux plis. Plus de six heures de travail sont nécessaires pour réaliser un canapé en cuir !L’objet de toutes les convoitisesDepuis sa création, le Togo voit les années défiler avec le calme insolent des pièces qui se savent iconiques, planant bien au-dessus des tendances. De génération en génération, il surfe sur son succès, attisant toutes les convoitises, des férus de design pointus aux amateurs de vintage car sa côte n’a jamais chuté. Plus d’un million et demi d’exemplaires vendus plus tard, il se décline désormais en plus de 800 coloris de tissus et de cuir !En 2007, Ligne Roset lance la version « mini » de son célèbre canapé pour les enfants afin de perpétuer une saga qui n’est pas prête de décliner. Un canapé qui ne s’est jamais pris au sérieux et qui trône désormais dans les lieux branchés… et si c'était là, le secret du chic à la française ?

Le mythique canapé Togo en 20 inspirations

Le canapé cultissime et le best-seller de la maison Ligne Roset ? Le canapé Togo ! Fier étendard d’une décoration anticonformiste, sa ligne au ras du sol, ses plis caractéristiques et son allure moelleuse font de lui la madeleine de Proust de notre enfance bercée par la tendance « baba-cool ». Retour sur un succès qui démarre sur fond de controverse en 1973.Ultra-confortable, indémodable mais surtout...inclassable ! Après un succès mitigé lors de son lancement lors Salon des Arts Ménagers à Paris en 1973, le Togo né de l’esprit d’un jeune designer français de l’époque, Michel Ducaroy, reçoit pourtant la même année, le prix René-Gabriel. Cette éminente récompense distingue depuis 1950 le « mobilier innovant et démocrate ». Et de l’innovation, le Togo en a revendre ! Entièrement en mousse et affichant une décontraction très post-soixante huitarde, il lui a fallu se faire une place dans le monde décoratif bien plus traditionnel de l'époque. Plus de 45 ans d’histoireL’année du lancement du Togo est aussi celle de la création du lancement de la marque Ligne Roset. Jean Roset, petit-fils du fondateur de l’affaire familiale alors spécialisée dans la fabrication de mobilier pour les collectivités, flaire que le moment est venu de se lancer dans le mobilier pour les particuliers. Son coup de génie ? S’entourer de designers et devenir un acteur majeur de la création et du design, proposer des créations exclusives empreintes du savoir-faire de l’entreprise. C’est alors que le designer Michel Ducaroy entre en scène. Formé à l'Ecole Nationale des Beaux-Arts de Lyon, spécialisé en sculpture, il a intégré l’entreprise dans les années 60. Fort de sa passion pour les volumes, doté d’un sens aigu du design et d’un féroce appétit pour l’innovation, il devient le fer de lance de la branche créative de Ligne Roset. Il dessine alors des modèles qui deviendront emblématiques mais son succès le plus retentissant est évidemment le Togo. Il comprend avant tout le monde que la clientèle plus jeune vit autrement et veut affirmer sa rupture avec les codes bourgeois traditionnels. Qu’un canapé ne sert pas uniquement à s'asseoir selon les conventions mais aussi qu’il sert à refaire le monde, se détendre, sans rien lâcher sur le style. A star is born !Depuis cette époque, les canapés, fauteuils et chauffeuse Togo continuent d’être fabriqués à la main par des artisans dans le Jura, qui possèdent le secret de ses fameux plis. Plus de six heures de travail sont nécessaires pour réaliser un canapé en cuir !L’objet de toutes les convoitisesDepuis sa création, le Togo voit les années défiler avec le calme insolent des pièces qui se savent iconiques, planant bien au-dessus des tendances. De génération en génération, il surfe sur son succès, attisant toutes les convoitises, des férus de design pointus aux amateurs de vintage car sa côte n’a jamais chuté. Plus d’un million et demi d’exemplaires vendus plus tard, il se décline désormais en plus de 800 coloris de tissus et de cuir !En 2007, Ligne Roset lance la version « mini » de son célèbre canapé pour les enfants afin de perpétuer une saga qui n’est pas prête de décliner. Un canapé qui ne s’est jamais pris au sérieux et qui trône désormais dans les lieux branchés… et si c'était là, le secret du chic à la française ?