Un nouveau frenchie à Manhattan, le Fouquet's New York

© DR

Les points forts 9/10 : L’emplacement et la « french touch »

Niché dans un immeuble en briques sienne brûlé, majestueux mais de faible hauteur, seule une petite plaque extérieure affiche son nom. Le Fouquet's Paris a donc choisi TribeCa, le triangle situé sous Canal Street, pour lancer son aventure américaine. Jadis quartier industriel, c’est aujourd’hui un secteur de Lower Manhattan très branché. C’est ici que vivent les nouveaux loups de Wall Street mais surtout les stars comme Leonardo di Caprio, Meryl Streep, Beyoncé et Jay-Z, Justin Timberlake, Mariah Carey ou Robert de Niro. A TriBeCa, le studio de 31 m2 se vend 1,4 millions d’euros ! C’est aussi le district, ou le revenu par habitant est le plus élevé des Etats-Unis, tous états confondus. Pour sa première incursion en Amérique le groupe Barrière (Fouquet's Paris, Le Majestic Cannes, Normandy à Deauville) a pris son temps : sept ans pour concevoir et construire ce petit bijou art déco qui se positionne d’emblée tout en haut de la galaxie des cinq étoiles (le terme palace n’existe pas à New York) avec un premier prix à 1100 euros la nuit. C’est le designer suédois Martin Brudnizki, l’une des stars mondiales du design de lieux (hôtels, restaurants, boîtes de nuit) qui a inventé ce Fouquet's version américaine qui mêle l'industrialisme moderne de TriBeCa et le classisme élégant de Paris. La critique new-yorkaise est déjà enthousiaste, comparant l’arrivée du Fouquets « made in USA »comme une signe supplémentaire de ré...


Lire la suite sur ParisMatch