Qu’est-ce que le scarabée japonais qui pourrait ravager les cultures en France ?

© YinYang/iStock

Identifié en Suisse en 2017, cet insecte venu d’Asie est un danger pour plus de 400 espèces de plantes, dont une centaine présente en France. La menace est telle que l’Agence nationale de sécurité alimentaire (Anses) lance l’alerte.

Ne vous fiez pas à sa carapace aux reflets cuivrés et métalliques, ni à son nom exotique : le scarabée japonais, ou Popillia japonica, est un redoutable nuisible qui pourrait bien ravager les cultures françaises dans les années à venir.

Lire aussi >> Insectes, aliments de synthèse : que mangerons-nous dans le futur ?

400 espèces alimentaires menacées

Dans un communiqué publié ce lundi 13 juin, l’Agence nationale de sécurité alimentaire (Anses) met en garde contre l’arrivée imminente sur le territoire français du scarabée ou hanneton japonais. Apparu en Italie en 2014 et en Suisse en 2017, ce petit coléoptère n’a pas encore été repéré en France, mais cela ne saurait tarder. « C’est un insecte qui se déplace facilement, les conditions de température et de précipitation lui sont favorables et comme il peut consommer de nombreuses espèces de plantes présentes sur le territoire français, il n’aura pas de difficulté à trouver des sources de nourriture », prévient l’agence sanitaire.

Et sa présence pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur les cultures. Tandis que l’adulte se nourrit de feuilles, les larves s’alimentent des racines des plantes, ce qui menace directement plus de 400 espèces, dont plus d’une centaine présente sur le territoire français. « Parmi elles, des plantes cultivées à des fins alimentaires : prunier, pommier, vigne, maïs, soja, haricot, asperges, etc. ; des espèces forestières, comme...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles