L’anneau Andro-switch : enfin un contraceptif masculin naturel, écolo et accessible ?

Katia Rimbert
Journaliste
L’anneau Andro-Switch : enfin une contraception masculine efficace et accessible ? (c) Biserka Stojanovic via Getty Images

En matière de contraceptifs pour hommes, on est (très) en retard. Mais un petit objet en forme de bague pourrait bien révolutionner le contrôle de la fertilité de la gent masculine… Et de leurs partenaires. Il faudra juste faire preuve de patience.

La contraception masculine est encore trop peu accessible en France. Pourtant, hormis le préservatif, il existe d’autres contraceptifs pour hommes comme la vasectomie (méthode pour le moins radicale), le retrait pendant le coït (loin d’être fiable), le gel spermicide, le slip chauffant, et même une pilule masculine actuellement en phase de test. Sauf qu’ils ne sont pas toujours très connus du grand public ni très pratiques.

Mais alors, lorsque sa partenaire ne souhaite pas être sous contraception ou ne peut pas l’être pour des raisons de santé (effets secondaires de la pilule, intolérance à l’implant, contre-indications, etc.), qu’est-ce qu’on fait ? Comme bien souvent, c’est aux femmes de trouver une solution. Et le fait que le contrôle de la fertilité repose uniquement sur elles participe à leur charge mentale. Cela a même un nom, ça s’appelle la charge contraceptive.

La chaleur comme contraceptif

Une nouvelle méthode de contraception masculine pourrait résoudre ce problème : la méthode thermique. Enfin, nouvelle, pas tant que ça. En réalité, elle existe depuis les années 1990. Mais cela ne fait que quelques mois qu’elle a été remise sur le devant de la scène. Concrètement, à l’image des slips contraceptifs, elle consiste à remonter les testicules au niveau de l’abdomen afin d’augmenter leur température. Le conséquence ? La production de spermatozoïdes est stoppée. C’est donc une méthode naturelle, efficace à 99,6%, réversible et garantie sans effet secondaire. Une petite révolution.

Une bague pour hommes pas comme les autres

Pourquoi vous en parle-t-on aujourd’hui ? Parce que l’entrepreneur Maxime Labrit - infirmier libéral de formation - a créé l’anneau Andro-Switch qui repose sur cette méthode de contraception. Ce “cockring” made in France n’est pas un sextoy mais bien un contraceptif masculin disponible depuis le mois de mai 2019 sur le site de la société Thoreme. Et voilà à quoi cela ressemble :

C’est un anneau en silicone souple, dont l’entrepreneur a déposé le brevet, qui permet de maintenir les testicules en position haute à la base de la verge (de façon indolore, précision importante). Et donc d’interrompre la production de spermatozoïdes. Le tout pour (seulement) 37 euros, sachant que le produit est utilisable pendant quatre ans - les essais médicaux n’ayant pas été faits sur une durée plus longue.

Au-delà du coût très abordable, c’est aussi un objet écolo, qui ne produit ni déchets plastiques ni déchets toxiques dus aux hormones puisqu’il ne contient ni l’un ni l’autre. Et si vous vous demandez comment cela se met, le site vous propose des tutos et vidéos.

Pas si simple ?

Comme ça, ça a l’air tout simple. Mais pour que l’objet soit efficace, il faut tout de même le porter tous les jours, pendant au moins quinze heures. Pour ne pas vous décourager tout de suite, sachez qu’il n’empêche ni d’uriner ni d’avoir une érection. Concernant le retrait, il se fait très simplement, sans douleur ni nécessité d’utiliser un lubrifiant. Il suffit juste de le nettoyer avec un savon doux et un peu d’eau quotidiennement. Autre élément important à prendre en compte : l’Andro-switch n’est pas efficace immédiatement, ni au bout de quelques jours. Pour que la fertilité masculine soit bloquée, la concentration en spermatozoïdes doit être inférieure à 1 million/ml. Ce qui équivaut à environ trois mois de port de l’anneau. Pendant ce laps de temps, il est donc recommandé d’utiliser un deuxième moyen de contraception.

Avant de le tester pour la première fois, il est nécessaire de prendre rendez-vous chez un médecin. Déjà pour vérifier que rien ne vous empêche de le faire - comme un cancer des testicules, une anomalie au niveau de la verge, une infection cutanée au niveau de l’aine ou encore de l’obésité - mais aussi pour qu’il vous prescrive un examen indispensable : un spermogramme, qui va calculer le fameux taux à atteindre. Examen, qu’il faudra effectuer plusieurs fois par an afin de contrôler l’efficacité de la bague. Alors ok, ce n’est pas instantané mais c’est déjà une belle avancée non ?

A LIRE AUSSI

> Des scientifiques sont sur le point de créer une pilule contraceptive orale à prendre tous les mois

> Elles sont passées à la contraception naturelle

> Une contraception sans effets secondaires et pour tous.tes, c'est le combat de ces féministes