Tatiana Silva dans Convictions : "Je me disais : "Est-ce que je vais tenir ?". Vraiment, j’aurais pu flancher".

·Journaliste
·4 min de lecture

"Tout commence par soi", c’est le titre qu’a choisi Tatiana Silva pour résumer son chemin vers la résilience. La présentatrice météo de TF1 a surmonté les adversités de la vie en cherchant au plus profond d’elle les clés pour rebondir. Dans son "guide", elle livre avec transparence les démons qui l’ont hantée durant de nombreuses années et livre les clés qui l’ont aidée à rebondir.

"Ma mère est morte et j’ai perdu le contrôle", écrit Tatiana Silva dans son livre "Tout commence par soi", aux éditions Albin Michel. La jeune femme de 36 ans qui fait la pluie et le beau temps sur les chaînes du groupe TF1 dévoile avec transparence, mais pudeur, les épreuves malheureuses qui ont jalonné sa vie.

"Il y a ce grand moment de solitude"

À 14 ans, Tatiana Silva perd "son premier amour" : sa mère est emportée à l’âge de 57 ans par un cancer du sein. À cette époque, le père de Tatiana a refait sa vie au Cap-Vert. L’adolescente se retrouve seule, livrée à elle-même à Bruxelles, sa ville de naissance. Elle obtient sa majorité anticipée à l’âge de 16 ans. "Du jour au lendemain, il faut s’occuper de choses aussi simples qu’aller faire ses courses, cuisiner… Il a fallu tout réapprendre." La jeune femme évoque ce sentiment qui l’assaillit alors : "Il y a ce grand moment de solitude parce qu’il y a un vide". Quelques années plus tard, c'est son papa qui meurt d'une crise cardiaque. À 23 ans, Tatiana Silva se retrouve orpheline

VIDÉO - "Ma mère meurt en 2001. Mon père en 2008"

"Mon père était un intellectuel. Il était contre ma participation à Miss Belgique"

La jeune femme décide d’avancer tête baissée en étouffant son sentiment de solitude. Elle se présente au concours Miss Belgique, dans le seul but de "gagner de l’argent". "Je vivais avec des très petits budgets. Quand on analyse, c’était très modeste." Tatiana Silva est élue Miss Belgique en 2005, à l’âge de 19 ans. Un pari qui s’est révélé gagnant, au regard de la carrière qu’on lui connaît.

VIDÉO - "J'ai avorté. On s'en fout des raisons pour lesquelles les femmes avortent"

"C’est une traversée du désert à passer seule"

Dans "Tout commence par soi", la présentatrice météo revient également sur autre événement : l’IVG. "J’ai avorté à un moment de ma vie où j’avais beaucoup de certitudes et surtout beaucoup de peurs, où toutes les planètes n’étaient pas assez bien alignées pour que je puisse accueillir avec force et conviction cette nouvelle vie", écrit-elle dans son livre.

Avec la transparence la plus complète, Tatiana évoque un tabou "pas anodin", dont "on parle peu" et que vit pourtant 1 Française sur 3 au moins une fois dans sa vie.

Un événement qu’elle a vécu "seule". "On a pas envie de vivre ça. Et pour celles qui y sont passées, elles savent ce que c’est. Elles savent que c’est un moment très intérieur. On ne peut pas vivre ce moment en communauté. C’est une traversée du désert à passer seule et on ne peut pas expliquer ce que ça nous fait." 

VIDÉO - Tatiana Silva : "Il y avait ce sentiment de culpabilité. Maintenant, je suis en paix"

"Ma seule chance d’enfanter un jour peut-être"

Cette "traversée du désert" s’est accompagnée d’un sentiment de culpabilité qui, longtemps, a rongé l’ancienne Miss Belgique. "Cette expérience douloureuse a fait naître et planer un sentiment de culpabilité durant de nombreuses années ainsi que le poids de la responsabilité d’avoir refusé ma seule chance d’enfanter un jour peut-être", relate-t-elle dans son ouvrage.

Une mise à nu nécessaire qui traduit un sentiment qu’éprouvent de nombreuses femmes : le poids de la culpabilité. Une culpabilité qui s'accompagne d'une crainte : celle de ne plus pouvoir enfanter par la suite. "Même si on veut déconstruire, ça plane, confie-t-elle. Il n’y a personne qui a une boule de cristal. Votre médecin vous dirait : "Biologiquement, il n’y a pas de raison que…"."  

"Aujourd’hui, je suis en paix"

Si elle relate ses démons consécutifs à son avortement, c’est avant tout pour expliquer comment elle a réussi à surmonter "les fantômes qui planent". Le déclic survient après une série de déceptions amoureuses et amicales. Tatiana Silva comprend alors qu’elle est la seule détentrice des clés qui vont la mener vers le chemin de la résilience. "Ce qui m’a aidée pourrait vous aider aussi", titre-t-elle sur la couverture de son ouvrage. 

Vidéo. Le témoignage complet de Tatiana Silva

A LIRE AUSSI : 

>> Avortement en Pologne : Des dizaines de milliers de personnes dans la rue après la mort d'une femme enceinte

>> IVG : la Pologne dans la rue après la mort d’une femme enceinte à l’hôpital

>> Journée mondiale du droit à l’avortement : "L’IVG n’est pas un droit inaliénable. Soyons attentives et attentifs"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles