9 femmes sur 10 préfèrent que l'homme fasse le premier pas : elles n'ont pas attendu et elles témoignent

·6 min de lecture
Young couple kissing in the city in backlight.

Faire le premier pas dans une relation amoureuse est-il toujours l'apanage des hommes ? Si on en croit une récente étude qui affirme que 9 femmes sur 10 préfèrent que ces messieurs prennent les devants, cela semble évident. Pourtant, certaines femmes ne regrettent absolument pas d'avoir tenté leur chance : leurs premiers pas leur ont valu de magnifiques histoires d'amour.

Si le féminisme permet de faire évoluer les mentalités et les rapports de force entre les hommes et les femmes, il y a certains domaines de la séduction qui ne bougent pas vraiment, comme celui du premier pas dans les rencontres amoureuses hétérosexuelles. Selon une étude menée par l'Ifop pour Love Advisor, 9 Françaises sur 10 préfèrent que l'homme fasse le premier pas, dont 84% chez les moins de 30 ans. Preuve que ce n'est pas une question de génération ! Les freins sont plutôt situés au niveau d'un manque de confiance en soi, de la peur d'être rejetée ou encore de la triste crainte d'être perçue comme une "fille facile". Mais malgré tout, 77% des femmes trouvent également normal qu'une femme puisse faire le premier pas lors d'un rendez-vous. Et celles qui ont osé ne l'ont jamais regretté.

Vidéo. Façon Sexe - Caroline Michel : "Le travail des femmes pour la sexualité est invisibilisé"

"Il y a 58 ans, j'ai sauté au cou de celui qui allait devenir mon mari"

L'étude Ifop pour Love Advisor précise que 93% des femmes de plus de 50 estiment que c'est aux hommes de faire le premier pas lorsqu'une femme leur plaît. Seules 74% de ces dernières estiment qu'il est "normal" ou "acceptable" pour femme de se lancer en premier. Mais Adélaïde, 74 ans, n'a jamais eu froid aux yeux. "J'avais 16 ans quand j'ai rencontré l'homme qui allait devenir mon mari, dans une soirée dansante de mon village", se remémore-t-elle avec émotion. "C'était de loin le plus bel homme de la soirée. Il avait 19 ans, et toutes mes amies le regardaient avec des étoiles dans les yeux. Il était donc hors de question de passer à côté de ma chance."

Après lui avoir adressé plusieurs regards, l'adolescente finit par trouver le courage de l'aborder, et elle l'invite à danser. "15 minutes plus tard, je lui sautais au cou et je l'embrassais !", rit-elle. "Je me souviens encore des regards outragés de certaines dames dans la foule, mais je me moquais bien de passer pour une gourgandine, il me plaisait beaucoup trop." 58 ans plus tard, Adélaïde ne regrette absolument pas d'avoir fait ce premier pas. "3 ans après ce premier baiser sur la piste de danse, nous étions mariés. Nous avons eu deux beaux enfants, et nous ne nous sommes jamais quittés. Il m'appelle toujours "ma douce" ou "ma belle" et trouve que je suis la personne la plus courageuse qu'il connaisse. Et moi, je le trouve toujours aussi beau." Une douce histoire d'amour qui fait rêver.

"Je compte demander en mariage mon mec très bientôt"

Isabelle ne fait pas partie de la même génération qu'Adélaïde, qui a l'âge d'être sa grand-mère. Mais à 28 ans, la jeune femme ne s'imagine pas dans le rôle de la soupirante qui attend qu'un homme fasse le premier pas. "Déjà, je trouve ça un peu arriéré de devoir réfréner mes envies sous prétexte d'un rôle sociétal imposé par le patriarcat. Mais en prime, vu comme certains mecs ne sont pas dégourdis, j'aurais trop peur de finir vieille fille !" Pourtant, les femmes de moins de 30 ans sont plus nombreuses à estimer que le premier pas est plus acceptable pour les hommes que pour les femmes (28% contre 24% pour les plus de 50 ans, et 17% des 30-49 ans).

"Dans chacune de mes relations précédentes, c'est moi qui ai fait le premier pas"

Cette féministe dans l'âme a toujours préféré faire le premier pas. "On me dit toujours que je ne suis pas patiente, et c'est bien vrai. Résultat, je crois bien que dans chacune de mes relations précédentes, c'est moi qui ai fait le premier pas, y compris avec mon compagnon actuel. Franchement, si j'avais dû attendre qu'il se décide à m'embrasser, je serais encore célibataire ! Ce grand timide n'avait même pas réalisé que je lui plaisais et que je lui faisais du rentre dedans de façon assez peu subtile. Au final, aujourd'hui, ça fait plus de 5 ans qu'on est amoureux avec ce beau blond qui partage ma vie. D'ailleurs, il ne le sait pas encore, mais je compte le demander en mariage très bientôt. Vu notre histoire, ça me paraît logique que ce soit moi qui prenne l'initiative, j'espère juste qu'il ne va pas me couper l'herbe sous le pied !"

"J'ai rencontré mon mec dans un contexte improbable, et je lui ai couru après"

L'histoire d'amour d'Eugénie, très amoureuse de son compagnon, tient également d'un premier pas plutôt osé. Il faut dire qu'à l'époque, ils se sont rencontrés dans un contexte très improbable. "Pour être tout à fait honnête, on s'est rencontrés dans une orgie", raconte la jeune femme de 24 ans. "On s'est croisés plusieurs fois dans la soirée, on a fini par coucher ensemble, et il me paraissait impossible de ne pas le revoir. Du coup, quand je l'ai vu prendre son vélo pour partir, je lui ai couru après !" Face à la surprise du jeune homme, Eugénie prend les choses en main. "Je lui ai demandé son numéro, et lui ai annoncé que le dimanche suivant, j'allais venir lui faire des crêpes. Il était super gêné et ne savait pas quoi répondre, et puis il a accepté."

Vidéo. Premier Acte - Océane : "J'ai été très gênée la première fois que j'ai expérimenté le squirt"

Deux ans plus tard, elle est folle amoureuse, s'est installée avec son compagnon. "Il a fini par me confier qu'il avait eu un coup de foudre pour moi, mais qu'il aurait été incapable de faire le premier pas et de me demander mon numéro de téléphone. Résultat, si je ne lui avais pas couru après alors qu'il s'apprêtait à pédaler vers chez lui, ma vie ne serait pas pareille. Et puis de toutes façons, j'ai toujours adoré les mecs timides. Je me suis toujours dit que je n'avais rien à perdre. Au pire, je me prends un stop, et je passe à autre chose." C'est aussi simple que ça.

A LIRE AUSSI

>> La soumission féminine en recul : "Je pensais être soumise, mais c'est simplement ce que mes partenaires attendaient de moi"

>> Sexistes, homophobes et accusés de viols : les invités de Kanye West sur son prochain album font polémique

>> Journée mondiale du topless : "Je n'assume pas assez le regard des autres pour oser être seins nus à la plage"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles