Après leur accouchement, elles ont refusé les visites à la maternité

Wassila Djellouli
Journaliste lifestyle
Crédit Getty

Ces jeunes mamans ont préféré ne pas recevoir de visites à la maternité. Elles nous expliquent pourquoi, et comment elles ont annoncé à leurs proches qu'elles préféraient attendre un peu avant de leur présenter leur bébé.

Il n'existe pas de plus grand saut dans l'inconnu que celui de devenir maman. Surtout pour la première fois. Après un accouchement parfois long, douloureux et toujours épuisant, les jeunes mères ont en général trois jours pour se reposer à la maternité et bénéficier des conseils du personnel. Trois jours pour créer un lien avec leur bébé, apprendre à le porter, le rassurer, lui donner le bain, parfois à l'allaiter. Tout en récupérant des forces, gérant la chute d'hormones et épongeant les gouttes de sang qui continuent à tomber de leur vagin.

“La maternité, c’est un hôpital, et pas un salon de thé !”

“J'ai tâtonné”, admet Marine qui a ressenti le besoin de prendre du temps pour intégrer toutes ces nouveautés, à la naissance de son petit garçon. Souffrant de plus des suites d'une épisiotomie, il lui semblait impossible de gérer les visites de proches, bien qu'enthousiastes et bienveillantes. Alors la jeune Bordelaise a décidé de s'écouter : elle n'accepterait dans sa chambre personne d'autre que ses parents et ses frères et sœurs.

Crédit Getty

Nadia, 35 ans, en a décidé de même, estimant le moment davantage propice à la mise en place de la petite bulle familiale, qu'aux grands rassemblements. “La maternité, c’est un hôpital, et pas un salon de thé ! C’est un moment de rencontre, on découvre son enfant, on se découvre en tant que maman et en tant que parents”, explique celle qui n'a accueilli à son chevet que sa maman et sa sœur. Une façon pour elle d'assurer également le confort de son bébé, en lui évitant le “passage de bras en bras et les interruptions de sommeil répétées”. “Un enfant n'est pas une poupée !”, lâche-t-elle.

Éviter les commentaires et les gens trop intrusifs

Manon, elle, a fait un choix plus étonnant. Celui de ne pas accepter sa propre famille à la maternité. En cause : leur tendance à l'intrusion. “Ils se seraient permis trop de commentaires, même auprès des infirmiers et des sage femmes. Et mon père aurait fait des blagues pas drôles !”, se justifie la trentenaire. Elle a aussi blacklisté une de ses amies, infirmière de métier et assez “mêle-tout”, qui lui aurait “trop dit comment faire”.

Crédit Getty

Nombreuses sont d'ailleurs les mamans qui, comme elle, ont souffert de conseils non sollicités - voire franchement déplacés - sur leur façon de s'occuper de leur nourrisson. Elles ont parfois même eu des remarques sur leur poids et leurs traits tirés. “À la maternité, tu n'es pas à ton avantage, tu es épuisée, pas maquillée, tu saignes parfois encore, etc. En terme de glamour, il y a plus sympa !”, se souvient Manon, soulagée de ne pas avoir à recevoir dans ces conditions.

“Malgré l'insistance de certains, je n'ai pas craqué”

Pour préserver sa tranquillité, elle a expliqué à son amie être trop fatiguée pour la voir et à ses parents qu'il n'était pas nécessaire de faire le déplacement pour une courte visite, sachant qu’ils habitent à plusieurs centaines de kilomètres. Et tout le monde a respecté sa décision. Marine, elle, a fait passer le message tout en douceur. “Dans les réponses aux messages de félicitations, j’ai glissé subtilement que nous serons heureux de leur présenter notre bout de chou une fois de retour à la maison”. Ce que son entourage a bien compris, à part l'une de ses cousines, qui a insisté en appelant l'accueil de la maternité. “Je n'ai pas craqué”, affirme celle qui conseille à toutes les mamans de ne surtout pas culpabiliser.

Crédit Getty

Sur son blog Best of D, Danielle raconte elle, avoir provoqué la surprise avec ce choix, avant d'inspirer d'autres femmes autour d'elle : “Mes amies, qui la première fois trouvaient ce choix radical, ont ensuite fait de même ! Cela n’a jamais altéré nos relations. Bien au contraire, lorsque nous en discutons aujourd’hui, elles me disent à quel point j’avais raison”.

À la maternité, pas besoin de servir le café

Si ce choix semble séduire de plus en plus de mamans, certaines trouvent cependant beaucoup de bénéfices à recevoir des visites à la maternité. Outre le sentiment d'être entourée, et la fierté de présenter leur nouveau-né, certaines y voient des avantages pratiques non négligeables. “À la maternité, les gens ne restent pas longtemps, alors que lorsqu'ils viennent chez toi, il faut les accueillir plusieurs heures, leur offrir le café, tout en t'occupant du bébé”, se souvient Evelyne, maman de 4 enfants.

La jeune femme est consciente que les visites à la maison peuvent être éprouvantes, que Lisa, enceinte de 7 mois, compte respecter la tradition. “Chez toi, les personnes se permettent plus de prendre le bébé dans les bras, et c'est ensuite aux parents de gérer le soir tout le stress qu'il a accumulé. Alors qu'à la maternité, le personnel met des limites et peut éventuellement aider à gérer les crises”... A chaque maman d’écouter son désir profond donc, et de le faire respecter.

A LIRE AUSSI

> Le nombre de jeunes mères et femmes enceintes SDF n’a jamais été aussi élevé

> Le manque de sexe serait l’une des causes de rupture des jeunes parents après l’arrivée de bébé

> Une grand-mère qui pensait être ménopausée vient d’accoucher à 50 ans