Ça commence aujourd’hui - "Le plus dur est de ne pas savoir", "J’imagine la douleur de cette fille", "L’horreur du quotidien" : des témoignages sur des disparitions volontaires bouleversent les internautes

·5 min de lecture
Faustine Bollaert a présenté en direct un nouveau numéro de "Ça commence aujourd'hui", ce vendredi 11 mars. Au cours de cette émission centrée sur des disparitions volontaires, les témoignages des invités ont bouleversé les internautes. Capture écran France 2 (Capture écran France 2)

Faustine Bollaert a présenté en direct un nouveau numéro de "Ça commence aujourd'hui", ce vendredi 11 mars. Au cours de cette émission centrée sur des disparitions volontaires, les témoignages des invités ont bouleversé les internautes.

Ce vendredi 11 mars, l'émotion était une fois de plus au rendez-vous sur le plateau de "Ça commence aujourd'hui". Pour clôturer cette semaine spéciale "justice", Faustine Bollaert a consacré son émission à un sujet particulièrement poignant, celui des disparitions volontaires. D'après les chiffres du ministère de l'Intérieur, chaque année en France, environ 13 000 personnes disparaissent volontairement. Un chiffre alarmant témoignant d'un fait qui reste malgré tout un droit. Comme l'a souligné la présentatrice de France 2, les individus majeurs ont le droit de disparaître. On a tous le droit à l'oubli si on le désire, ce qui peut parfois être un frein à des enquêtes.

Pour illustrer ce thème douloureux, une jeune femme, prénommée Loren, a fait le déplacement dans les studios de France Télévisions pour livrer un témoignage bouleversant. Accompagnée de sa grand-mère Christiane, cette jeune convive a expliqué que sa mère s'était évaporée depuis le mois d'octobre 2021... Une simple lettre faisant office d'adieux. Depuis ce terrible jour où sa vie a basculé, cette famille n'a plus eu aucune nouvelle de la part de Nathalie.

"J'imagine la douleur de cette fille"

Cette mère de famille était très proche de ses enfants, et pourtant, elle a disparu sans laisser de traces. Dans sa lettre d'adieu, elle a demandé "pardon". "Pardon d'avoir été une mauvaise mère", aurait-elle écrit. Des mots incompris par Loren et qui résonnent encore dans son esprit. Alors que l'enquête est toujours ouverte, la police n'a aucune piste... Et comme Nathalie est une personne majeure, qui a décidé de partir de son plein gré, il est plus difficile d'obtenir des résultats. Cette disparue aurait-elle fait une mauvaise rencontre ? Est-elle toujours en vie ? Les mots de Loren, qui n'espère qu'une chose, retrouver sa mère, ont touché de plein fouet les internautes. Si certains n'arrivent pas à comprendre la décision de cette femme d'abandonner sa famille, d'autres pensent aux "victimes" collatérales. Pour des Twittos, le témoignage de cette invitée est bouleversant et ils ont voulu apporter leur soutien à cette jeune femme si malheureuse, ainsi qu'à ses proches.

"Ne pas savoir, quelle angoisse"

Si les opinions divergent parfois sur le réseau social, les internautes ont été unanimes sur un point : la douleur ressentie par les familles est terrible. Comme ils le soulignent si bien, le pire dans les disparitions est sans conteste le doute et l'incertitude de la situation. "Ne pas savoir" est un crève coeur. À cause de cela, le deuil est bien souvent impossible. C'est ce qu'ont expliqué Betty et sa fille Claire. Depuis huit ans et demi, elles sont à la recherche de Julie, respectivement la fille et la soeur des deux invitées. La jeune femme n'a plus donné signe de vie depuis presque une décennie. Après tant d'efforts et d'énergie déployés pour retrouver la jeune femme, sa famille n'a plus trop d'espoir. Néanmoins, elles ne parviennent pas à se reconstruire et préféreraient savoir ce qui lui est véritablement arrivé, quitte à apprendre une mauvaise nouvelle. Un sentiment partagé par les twittos.

Comme à son habitude, Faustine Bollaert a tenté d'apporter un peu de réconfort, mais surtout une lueur d'espoir, à ses invitées. Pour clôturer ce numéro inédit de "Ça commence aujourd'hui", la compagne de Maxime Chattam a laissé la parole à Betty, une mère de famille qui a disparu volontairement... Et qui finalement, est revenue auprès des siens.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles