Cucul, ringard et sexiste : Love Actually ne plaît pas à tout le monde

Laetitia Reboulleau
·4 min de lecture
© StudioCanal
© StudioCanal

Chaque année, c'est la même chose. Qui dit fêtes de fin d'année dit grand étalage de films de Noël sur TF1 et M6. Et ce jeudi 10 décembre, les téléspectateurs de cette dernière pourront retrouver l'un des films cultes de cette période : Love Actually. Pendant longtemps, on a cru que le long-métrage faisait l'unanimité, mais en réalité, ceux qui n'aiment pas Love Actually existent, même s'ils n'osent pas toujours afficher leur désamour.

"Y a-t-il des gens qui n'aiment pas Love Actually ?" Ce simple appel à témoin lancé sur les réseaux sociaux a suffi à lancer un sacré débat. Et pourtant, entre ceux qui ont répondu un "Non" catégorique et ceux qui affirment qu'ils ne veulent "même pas entendre parler" de ces gens qui n'apprécient pas le long-métrage, quelques voix s'élèvent pour l'affirmer : le film n'est pas leur tasse de thé.

Love Actually a pourtant tout du film "feel good". De belles histoires qui finissent bien, l'ambiance de Noël qui fait du bien au moral en cette période compliquée, un casting de folie – Hugh Grant, Andrew Lincoln, Keira Knightley, Emma Thompson, Colin Firth, parmi tant d'autres – sans oublier la reprise de la chanson culte de Mariah Carey : All I want for christmas is you.

Vidéo. Noël : les achats sur Internet plébiscités

Un film sexiste qui romantise les relations toxiques

Parmi les critiques qui reviennent le plus souvent contre Love Actually, certaines proviennent directement d'une ancienne membre du casting. Lulu Popplewell, qui incarnait Daisy, la fille d'Alan Rickman et Emma Thomson, a notamment affirmé dans le podcast Almost Famous With Barbary Slater : "Je ne regrette pas d’avoir joué dans Love Actually. Mais en le revoyant, je trouve que c’est quand même vraiment un film pourri." Cette dernière considère en effet le long-métrage comme "ringard et dépassé", et dénonce le traitement sexiste des personnages féminins : "Toutes les femmes sont présentées comme des objets, totalement passives."

Vidéo. Le monde musical doit se réveiller aussi face au sexisme

Son avis est partagé par la psychosociologue Joul, qui développe : "Je trouve que la plupart des relations sont toxiques et qu’elles sont très romantisées." Elle pointe du doigt différents schémas : le patron et son employé, un homme plus âgé qui poursuit une femme plus jeune, l'homme qui drague la femme de son meilleur ami... "Même le petit garçon à qui on apprend à poursuivre une fille dans un aéroport comme si c’était romantique", regrette-t-elle. "Je trouve que toutes les relations sont problématiques dans certaines proportions, et le problème c’est qu’elles sont toutes traitées de manière lisse et romantique comme si c’était ok et même mignon."

Cette analyse a été faite par de nombreuses personnes, qui considèrent que Love Actually a, comme bien des œuvres, très mal vieilli. Mais elle ne plaît pas nécessairement à tout le monde, et notamment à Sophie, qui affirme : "Ça m'a fait prendre pas mal de recul, mais j'ai fait le choix délibéré de rester dans le déni parce que j'ai besoin de films réconfort et que celui-là remplit bien sa mission."

Un film "cucul, opportuniste et mal joué"

Il n'y a pas que le traitement des personnages qui fait débat dans Love Actually. Clara, elle, pointe du doigt "l'opportunisme" du long-métrage : "un film choral (qui met en scène une multitude de personnages principaux), que des stars, romantique et qui se passe à Noël", qui remplit donc toutes les cases du film à succès sans pour autant "aller très loin dans le développement des persos et des intrigues."

Cécile est du même avis, et n'hésite pas à attaquer en force en qualifiant le film de "cucul et mal joué". "Le scénario est naze. Je trouve les pseudos histoires d'amour vraiment nunuches. On m'avait vendu ce film comme LE film romantique de Noël par excellence, je trouve ça affligeant. Dialogues sans saveur, bande originale et chansons mielleuses... Pour moi c'est un gros chamallow cheap très sucré mais écœurant dès la première bouchée." Des critiques qui ne risquent pas de faire l'unanimité. Lors de sa sortie, Love Actually a été un énorme succès commercial, rapportant 246 942 017 dollars, et chaque rediffusion est un succès.

A LIRE AUSSI

> En télétravail, votre patron se masturbe plus que vous

> Célicouple : "Depuis qu'on ne vit plus ensemble, notre couple se porte beaucoup mieux"

> Le reconfinement, boosteur de libido chez les Français ?