Publicité

Peau brûlée après une épilation au laser : voici les précautions à prendre

Très demandée depuis quelques années, l'épilation au laser est une des méthodes les plus utilisées et radicales contre les poils, y compris incarnés. Différente des autres, cette façon de s'épiler nécessite de prendre en compte certains facteurs afin d'écarter tous risques de brûlure.

Peau brûlée après une épilation au laser : voici les précautions à prendre. (Photo : Getty Images)
Peau brûlée après une épilation au laser : voici les précautions à prendre. (Photo : Getty Images)

Selon une étude réalisée par l'IFOP en 2021, 72% des femmes (contre 85% en 2013) s'épilent tous les mois. 81% d'entre elles s'épilent les aisselles, 80% se focalisent sur les jambes, 75% sur le maillot, 33% sur le SIF (sillon inter-fessier) et 22% sur les bras. Parmi toutes les méthodes d'épilation disponibles en France, le laser est la technique la plus onéreuse mais la plus efficace pour se débarrasser définitivement des poils. C'est aussi l'une des méthodes les plus recommandées pour dire adieu aux poils incarnés.

Toujours selon la même étude réalisée par l'IFOP, 45% des femmes qui optent pour une épilation intégrale du maillot sont adeptes du laser. Mais en quoi consiste le laser ? Selon le Dr. Joanna Nasr, dermatologue et responsable du pôle médecine esthétique de sa clinique, "l’épilation laser repose sur l’élimination du poil à sa racine, par destruction du follicule pileux. C’est la chaleur produite par le laser qui va détruire les follicules". Pour venir à bout de votre pilosité, il faut compter en moyenne entre 6 à 8 séances. Quid de la douleur ? Cette dernière varie en fonction des personnes et de leur tolérance. Néanmoins, notre experte précise qu'il s'agit "d'une douleur très supportable, un peu comme un coup d'élastique. Les appareils utilisés sont pourvus d’un système qui envoie un jet d’air froid sous pression. Ainsi, les sensations de chaleur se réduisent tout de suite."

Cependant, peu importe la zone du corps épilée et de la résistance à la douleur, cette technique demande une vraie préparation de la peau. En plus de représenter un véritable investissement financier (en moyenne 100€ par séance), le laser peut causer de graves brûlures si l'épiderme n'est pas bien préparé et qu'il ne respecte pas les consignes de base.

"Il existe un risque de brûlures si les paramètres ne sont pas bons ou si la peau est bronzée"

L'épilation au laser est considérée par beaucoup de personnes comme un remède miracle contre les poils incarnés et les repousses trop rapides. Comme annoncé plus haut, cette méthode définitive n'est, en revanche, pas à prendre à la légère. Elle peut en effet avoir de graves conséquences sur l'épiderme. En effet, le Dr. Nasr le rappelle, "il existe un risque de brûlure si les paramètres de la machine ne sont pas bons ou si la peau est bronzée. Cela peut même aller jusqu'à l'hyper ou d’hypopigmentation post-brûlure". Si après une séance votre peau a subi des brûlures, notre dermatologue recommande "d'arrêter les séances jusqu’à cicatrisation complète, appliquer un dermocorticoïde pendant quelques jours et une crème cicatrisante de type Biafine plusieurs fois par jour."

Mais comment écarter tous les risques de brûlures ? Tout d'abord, il faut impérativement éviter de s'exposer au soleil un mois avant la première séance et pendant le "traitement". Idem pour l'autobronzant et les compléments alimentaires. Si la couleur de votre peau n'est pas naturelle, la machine risque de mal doser l'intensité du flash. L'épilation au laser est aussi fortement déconseillée aux personnes enceintes et atteintes de maladies comme le psoriasis et le vitiligo. Certains médicaments sont aussi en contradiction avec le laser, il est donc nécessaire de prendre un rendez-vous avec votre médecin avant toute prise de décision. Il est fortement recommandé de débuter vos sessions en automne/hiver. La veille ou l'avant-veille de la séance, il est aussi demandé de raser la zone à épiler. La raison ? La chaleur produite par le laser s'attaque au bulbe (sous la peau), les longs poils risquent donc de brûler et l'épilation sera tout sauf agréable. Dernier point, le Dr. Nasr précise que "le laser n’est pas efficace sur les poils clairs (blonds, blancs, roux) mais il fonctionne sur toutes les carnations grâce à sa double longueur d’onde."

Y a-t-il une alternative au laser ?

Beaucoup parlent de la lumière pulsée. Pendant longtemps réservée aux instituts, cette méthode est aujourd'hui accessible à toutes et à tous grâce aux petits appareils à utiliser chez soi. Le principe est similaire au laser, mais le résultat diffère puisque l'épilation est semi-définitive. Il faudra donc plusieurs séances par an, à raison d'une tous les deux à trois mois, pour voir un réel changement dès la première année. Autre différence, "la lumière pulsée n’est pas efficace sur les peaux à phototype élevé. Elle est aussi beaucoup moins puissante et donc moins efficace que le laser" explique notre experte. Dernier point de divergence, le coût. En effet, un épilateur à lumière pulsée est vendu entre 300 et 600€ alors que les prix pour une épilation au laser peuvent atteindre des sommes astronomiques :

  • 400€ pour le maillot (les 5 séances)

  • 200€ pour les aisselles (les 5 séances)

  • 1000€ pour les jambes complètes (les 5 séances)

  • 600€ pour les demi-jambes (les 5 séances)

On rappelle que l'épilation au laser doit être réalisée dans des centres spécialisés par des personnes accréditées.

VIDEO - Laura : "Je trouvais que les poils de ma petite amie étaient beaux"

À lire aussi :

>> Hyperpilosité et hirsutisme chez les femmes : "Je passe mes soirées à épiler mon menton"

>> Axelle Red en guerre contre l'épilation, ses propos cash : "Les ados ne savent plus si on a le droit d'avoir un poil, c'est le résultat d'une société pédophile"

>> Une nouvelle rallonge de rasoir astucieuse aide les femmes enceintes à se raser