Publicité

40 ans, sûrement pas pucelle : "J’ai réalisé mon fantasme de faire l’amour dehors. Ça a été très intense"

Viviane, 46 ans, appréhendait beaucoup le passage à la quarantaine. Grâce à son mari, elle a vécu une soirée d'anniversaire inoubliable. Une soirée qui l'a confortée dans sa vie de quadragénaire. Viviane profite pleinement de sa vie sexuelle et pour rien au monde, ne reviendrait à ses 20 ou 30 ans.

40 ans, sûrement pas pucelle :
40 ans, sûrement pas pucelle : "J’ai réalisé mon fantasme de faire l’amour dehors. Ça a été très intense"

Crédit : Getty

Viviane a 46 ans et elle se souvient précisément de son 40ème anniversaire : "À 38 et 39 ans, je pensais que le passage à la quarantaine allait être très difficile. Ce n’est pas quelque chose de très valorisé chez les femmes, bien au contraire. On est déjà en train de vous dire que votre vie est finie, que vous êtes en pré-monopause et que votre compagnon va vous quitter pour une femme plus jeune. Alors j’ai un peu mis la tête dans le sable. Je n’ai pas organisé de fête, j’ai tout fait pour que ce soit un jour normal et pour que mes proches n’aient pas l’idée de me faire des surprises. Mais, mon mari a réussi à me faire une belle surprise. Il s’était rappelé de quelque chose que je lui avais raconté quelques années auparavant et qu’on avait jamais eu l’intention de faire. En faisant ça, il m’a prouvé que ma vie n’était pas finie du tout et qu’on pouvait toujours se faire plaisir à 40 ans."

Viviane a toujours partagé ses fantasmes avec son mari : "C’est la base de notre relation et quelque chose qui nourrit notre vie sexuelle depuis le départ. Je ne dis pas qu’on fait tout ce qu’on dit mais ça crée une excitation qui nous donne tout de suite envie de faire l’amour. On se raconte des histoires, on se raconte les pornos qu’on a pu regarder et ça met un peu de piment dans l’instant. Un jour, je partage le fait que j’ai toujours eu envie de faire l’amour dehors et que je n’ai jamais eu l’occasion, avec lui mais avant aussi. Je dis que ça m’excite grave mais que c’est un peu compliqué à mettre en place sans se faire attraper et que je trouve ça un peu moins excitant que de le faire dans l’instant."

Vidéo. "La pornographie peut être une forme d'infidélité dans le couple"

Le soir de son quarantième anniversaire, le mari de Viviane l’emmène au restaurant : "Comme je ne voulais pas de grosse fête, il a juste fait garder les enfants et il m’a emmenée dans un bon restaurant. J’ai eu un cadeau et c’était déjà très bien comme ça. Mais, quand on se dirigeait vers la voiture, il m’a embrassée et m’a collée contre un mur. Il y avait une petite allée toute sombre à côté et la rue n’était elle-même pas très passante. Il était tard en plus. Il m’a retourné pour que je sois face au mur et m’a demandée si j’avais envie qu’il me fasse l’amour tout de suite. J’ai répondu 'oui'. C’était les conditions parfaites et j’en avais très envie. Ça a été un moment très intense dont je pense que je me souviendrais toute la vie."

Le mari de Viviane lui raconte ensuite qu’il a, évidemment, tout prévu : "Il m’a raconté qu’il était venu en repérage. Il a choisi le meilleur endroit selon lui et avait prévu une capote dans sa poche. J’ai trouvé que c’était un très beau cadeau. J’ai été touchée qu’il se rappelle de mon fantasme. J’aurais eu envie tôt ou tard qu’on le fasse, mais symboliquement c’était parfait que ce soit à mon anniversaire. Depuis, c’est un peu une blague entre nous. Quand c’est bientôt mon anniversaire, je lui demande si je vais avoir le même cadeau que pour mes quarante ans. Par hasard, parce qu’on a jamais eu l’occasion de recommencer, on ne l’a jamais refait. Je ne sais pas si je préfère ça pour préserver ce souvenir intact ou si ça me frustre un peu. Je sais en tout cas que je ne veux pas que ça devienne une habitude. Je n’ai pas besoin de ça pour être comblée."

Pour Viviane, le passage aux quarante ans a été décisif pour sa vie sexuelle : "Je me sens plus épanouie sexuellement en tant que quadragénaire que j’ai pu l’être à mes 20 ou à mes 30 ans. Je sais ce que je veux, j’ose le demander, je me connais par coeur et je connais aussi par coeur le corps et les sensations de mon partenaire. On s’amuse plus en composant autour de ça. Depuis, j’ai réalisé d’autres fantasmes. Je voulais me faire attacher au moins une fois, je voulais qu’il me touche pendant une séance de cinéma. Tout ça, c’est fait, c’est coché de ma liste. Parfois, les expériences sont très excitantes et parfois c’est moins un succès. Ce n’est pas grave. On a appris à rire de ce qui marche moins bien. Si on me proposait de rajeunir pour profiter à nouveau de mes années de jeune femme, je pense que je pourrais dire non, juste pour ces moments que je passe maintenant et qui me font encore plus aimer la vie."

À 40 ans, certaines femmes décident de faire des expériences qui vont enrichir et changer leurs vies. Alec le sentiment que c’est maintenant ou jamais, elles réalisent leurs fantasmes. Comment ces femmes vivent la découverte ? Comment arrivent-elles à organiser ces moments ? Elles racontent. Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

À LIRE AUSSI

>> Histoires de femmes infidèles : "Arrivée à la chambre d’hôtel, c’est mon mari qui m’attendait"

>> Histoires de femmes infidèles : "Je suis tombée sur le boulanger dans mon club libertin"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?