Luna Skye victime d'une septicémie : un médecin urgentiste nous éclaire sur les complications liées à la chirurgie esthétique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·Journaliste lifestyle
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Grosse frayeur dans l'univers de la télé-réalité. Comme nombre de ses camarades, Luna Skye, célèbre candidate des Marseillais, a eu recours à la chirurgie esthétique. Mais les suites opératoires ont été catastrophiques, au point de la conduire tout droit en réanimation. Comment expliquer la septicémie dont elle a été victime ? Un médecin urgentiste et un chirurgien esthétique nous éclairent...

Getty images
Getty images

Depuis fin octobre, la star de la télé-réalité Luna Skye inquiète ses fans, après une hospitalisation d'urgence à Los Angeles. Il y a quelques mois, l'ancienne candidate des Princes et princesses de l'amour et des Marseillais voyait sa vie basculer suite à une opération de chirurgie esthétique. Après sa rupture avec l'autre star de télé-réalité Paga, la jeune femme de 27 ans a perdu 10kg et n'arrivait plus à accepter ses "fesses tombantes". Elle a alors décidé de passer sur le billard, sans se douter une seconde des complications qui l'attendaient. Dès le printemps 2021, son état de santé s'est détérioré : "J'ai eu un staphylocoque de type MRS1 qui est très résistant à tous les antibiotiques. Je me suis retrouvée avec ce virus à l'intérieur de moi. Ça vient dans ton sang et il y a 10 à 30% des gens qui en meurent !", avait-elle expliqué sur les réseaux sociaux.

Vidéo. Ces stars qui ont fait recours à la chirurgie esthétique

Son séjour à l'hôpital n'aura pas suffi à la remettre sur pied. À la fin du mois d'octobre, Luna Skye se fait de nouveau quelques frayeurs : faiblesse, fièvre, évanouissement etc, le verdict tombe : l'infection s'est propagée dans tout son corps. La jeune influenceuse souffre d'une septicémie, potentiellement mortelle. Sur son compte Snapchat, elle a raconté plus tard : "Je suis restée allongée par terre en train de hurler de douleur sous Xanax ! Après les analyses, ils ont trouvé une infection dans le sang. Les médecins m'ont demandé de rester à l'hôpital pendant trois ou quatre jours". Très vite, elle doit se faire poser "un cathéter dans une grosse veine directement reliée au cœur pour [avoir] son médicament par intraveineuse tout le temps pendant plusieurs semaines". Si l'opération s'est bien passée à en croire son dernier post Instagram, la jeune femme ne s'estime pas tirée d'affaires : "On a juste hyper peur que ça revienne".

Comment expliquer une telle complication ? Le médecin urgentiste Samir Benchefra donne sa lecture de la situation. S'il souligne d'abord que la "septicémie est une complication potentielle a tout type de chirurgie", le docteur qui exerce à Dubaï donne les causes les plus souvent observées dans le domaine de la chirurgie esthétique : "On s'accorde à dire que l'infection a lieu pendant l'acte chirurgical, soit parce qu'il y a eu contact avec un site opératoire pas bien stérilisé (peau, muqueuse etc), soit parce qu'il y a eu contamination par l'environnement de la salle, comme des outils mal stérilisés ou le personnel mal désinfecté. La troisième hypothèse est la contamination liée au matériel implanté : dans le cas de Luna Skye, ce qui a été placé à l'intérieur pour donner du volume aux fesses a pu en effet être contaminé ou contenir des germes. Il peut s'infecter et infecter le site opératoire et le germe peut passer dans le sang. Quand il affecte le corps entier on parle de septicémie". 

Jonathan Haddad, chirurgien esthétique exerçant à Paris, soulève une particularité liée aux opérations des fesses, rendant certaines précautions nécessaires : "la zone est très proche de l'anus et plus susceptible d'être contaminée et de s'infecter. C'est opération qui nécessite une hygiène assez stricte".

Vidéo. Injection d'acide hyaluronique dans le vagin

D'autres risques liés aux opérations esthétiques existent. Peu de temps après la naissance de son fils Milann, Nabilla a elle aussi connu une mésaventure, avec ses prothèses mammaires : “J’ai eu ma montée de lait, une très grosse", expliquait-elle à l'été 2020. "Ma poitrine était énorme. Et cette montée de lait a provoqué un problème dans l’une de mes prothèses. Elle est un peu abîmée, défectueuse...". Un risque de fuite qui semble rare mais peut être dangereux, surtout s'il s'agit de prothèses en silicone. Sur son site internet, le docteur Benjamin Sarfati explique : "Lorsqu’une quantité importante de gel quitte la prothèse […] Le sein devient ensuite douloureux, d’abord de façon très localisée puis globalement douloureux. Si les prothèses ne sont pas changées, des ganglions axillaires (au niveau de l’aisselle) apparaissent : en effet le corps capte le silicone qui quitte la prothèse mammaire et la cantonne dans ces ganglions...".

Le médecin urgentiste Samir Benchefra cite d'autres complications rencontrées suite à des opérations esthétiques : "L’hématome, c'est à dire l’accumulation de sang au niveau de la plaie opératoire, la nécrose liée à un manque d’oxygénation des tissus par compression soit par une hématome soit par un matériel. Mais aussi la cicatrice qui peut être très discrète ou très marquée, ainsi que les lésions nerveuses". Des risques majorés lorsque les personnes opérées ont opté pour une prestation "low cost" à l'étranger, dans des cliniques ne respectant pas toujours les normes sanitaires en vigueur en France. "À l'étranger ils n'ont pas de limites, ils vont faire des chirurgies combinées qui vont durer 6h/8h voire plus. On vient pour les seins, et au final on fait aussi les fesses et le ventre... Sauf que plus une opération est longue plus elle est risquée", ajoute le docteur Jonathan Haddad.

Une étude britannique publiée en 2018 dans l’Aesthetic Surgery Journal, ne laisse aucun doute à ce sujet. Elle rapporte que 24 patients ayant consulté pour une complication post-opératoire (dont 22 femmes âgées de 25 à 58 ans) s’étaient rendues en Turquie, en Colombie, Pologne, Roumanie, Dubaï ou encore en Belgique. La majorité avait subi une intervention visant à obtenir des fesses plus rebondies, par implants siliconés. Potentiellement la même opération que celle pour laquelle a opté Luna Skye.

Comment réduire les risques de rencontrer les mêmes problèmes que cette dernière, si l'on souhaite tout de même augmenter la taille de ses fesses ? "Pendant plusieurs semaines après l'intervention, on évite de fumer et on évite la position assise pour ne pas mettre en tension les sutures", explique le dr Haddad qui signale aussi l'importance d'être raisonnable dans ses demandes. "Plus on met gros et plus on a un risque de mise en tension et d'exposition de la prothèse".

Soucieuse de mettre en garde ceux qui auraient envie de se tourner à leur tour vers la chirurgie esthétique, Luna Skye a déclaré à ses abonnés : "La chirurgie, même minime, peut laisser entrer des bactéries comme on ouvre la peau ! Mes fesses, ça peut partir en nécrose. C'est hyper grave ! Ne jouez pas avec ça ! (...) Ne faites pas de chirurgie pour plaire aux autres". Un conseil corroboré par le docteur Samir Benchefra : "Mieux vaut bien réfléchir avant de se décider, car une intervention chirurgicale n’est jamais un acte anodin ni exempt de risques. Je conseille aussi de bien se renseigner sur l’établissement et l’équipe chirurgicale [...] Attention aussi à l’excès de chirurgie esthétique qui est un phénomène de plus en plus fréquent : Certains n’ont pas tout à fait tort quand ils parlent d’addiction...".

À lire également :

>>Qu'est-ce que le pré-couple, concept popularisé par la téléréalité qui inspire les jeunes ?

>>Greffes de cheveux, liposuccions, pénoplasties : ces hommes qui ont franchi le cap de la chirurgie esthétique

>>"J'ai fait rétrécir mes petites lèvres" : ces femmes qui ont eu recours à la nymphoplastie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles