Ne vous laissez pas tenter par le peegasm, cette pratique à risques

De plus en plus de pratiques voient le jour, certaines dans le but d’augmenter les performances, d’autres pour obtenir une plus grande jouissance. C’est le cas du “peegasm”. Explications.

Crédit : Getty

C’est le cas du peegasm qui pourrait se traduire par “pipi- orgasme”. Cette pratique concerne uniquement les femmes et consiste à se retenir d’uriner pour aller se soulager après un rapport sexuel afin de découvrir une jouissance non seulement plus forte mais aussi plus longue ; le temps d’évacuer toute l’urine emmagasinée.

Chez la femme, les sphères génitale et urinaire sont extrêmement liées et le fait d’avoir la vessie pleine ou vide ne procure pas les mêmes sensations.

Dans le cas du peegasm, si la vessie est très pleine, l’urètre stimule le clitoris et au moment où le col de la vessie s’ouvre pour laisser s’écouler le flot urinaire, il peut avoir une sensation orgasmique. De toute façon, aller uriner fait partie des sensations voluptueuses. Malheureusement, il y a un vrai tabou pour le reconnaître. Dans le cas de cette pratique, la jouissance est provoquée par le soulagement de s’être retenue très longtemps.

En général, les femmes préfèrent se vider la vessie avant un rapport sexuel. C’est notamment vrai en ce qui concerne les femmes fontaine. Il est bien connu que la vessie pleine provoquera une plus forte densié de liquide expulsé.

Si, la plupart du temps la femme préfère prendre ses précautions avant le rapport, le peegasm va totalement à l’encontre.

Une pratique inintéressante

Cela ne me semble guère intéressant. D’abord parce que je doute que cela provoque un orgasme systématique pour toutes les femmes. Méfiez-vous des messages sur Internet car cela ne représente jamais la réalité. Ce n’est pas quelques témoignages exaltés qui reflètent la norme.

Enfin et surtout, les complications urinaires chez les femmes sont déjà assez fréquentes inutile d’en rajouter. Se retenir trop et trop souvent a de nombreux désavantages. Tout d’abord cela brouille les réflexes : mieux vaut aller vider la vessie dans les vingt minutes qui suivent la sensation d’en avoir besoin. Ensuite cela a tendance à affaiblir les muscles de la zone et bien trop de femmes subissent des fuites urinaires en vieillissant. Enfin, les médecins mettent en garde à juste titre car le peegasm risque d’augmenter considérablement les risques d’infection urinaire.

Alors pourquoi pas lors d’une prochaine miction de vous concentrer sur ce plaisir simple d’uriner plutôt que de chercher des sensations fortes. Ce qui compte n’est pas le plus mais le mieux. Alors apprenez à ressentir plus voluptueusement et laissez cette pratique à d’autres…

Brigitte Lahaie

En savoir plus :