Publicité

Un premier test sanguin pour détecter les troubles bipolaires, comment ça marche ?

Ce sont des troubles psychiatriques qui touchent près de 2,5% de la population, mais dont les chiffres pourraient être sous-estimés du fait de la difficulté de les repérer : les troubles bipolaires. En effet, ces troubles, caractérisés par l’alternance de phases maniaques ou hypomaniaques et de phases dépressives, sont diagnostiqués en moyenne 8 à 10 ans après l’apparition des premiers symptômes. Mais un test sanguin, disponible à partir du 1er avril, pourrait aider à détecter les troubles bipolaires.

Développé par les laboratoires de biologie médicale SYNLAB, en partenariat avec ALCEDIAG, ce test, baptisé “myEDIT-B”, pourrait aider à repérer la maladie dès ses premiers signes et la différencier d’une dépression. D’une fiabilité "de plus de 80%", ce test sanguin, dont le tarif se situe entre 800 et 900 euros, n’est pas pris en charge par la Sécurité sociale.

À l’heure actuelle, le diagnostic des troubles bipolaires repose sur un examen clinique basé notamment sur le suivi des symptômes des patients en interrogeant entre autres sa famille ou ses proches, mais aussi “en retraçant l'historique des épisodes maniaques et dépressifs déjà survenus (type, fréquence, circonstances déclenchantes, etc.)”, comme le précise l’Assurance maladie. Mais malgré ce processus, le diagnostic pourrait dans certains cas être inexact du fait de la ressemblance avec un épisode dépressif caractérisé aussi appelé dépression. En effet, les symptômes sont similaires avec ceux des phases dépressives des troubles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite