Réduction mammaire et sexisme : "On m'a reproché de le faire même si mon mec était contre"

·5 min de lecture
Breast augmentation. Close up of young woman wearing white bandages on her body and having lines before the breast augmentation

Si les augmentations mammaires sont devenues une opération de chirurgie esthétique de routine, ou presque, les réductions mammaires, elles, sont parfois mal vues. Lorsqu'elles ont fait part de leur volonté de réduire le volume de leur poitrine, de nombreuses femmes ont subi des commentaires de leur entourage : des critiques bien souvent sexistes, et majoritairement formulées par des hommes.

La poitrine des femmes est décidément un sujet qui fait couler beaucoup d'encre. Il ne faut surtout pas la montrer lorsque l'on allaite un enfant, dissimuler ses tétons pour ne pas se faire censurer sur Instagram, mais aussi avoir une belle poitrine bien ronde pour correspondre aux standards de la beauté... Ça en fait des injonctions ! Ces dernières trouvent bien souvent leur origine dans le sexisme. Si les seins sont des attributs majoritairement féminins, les hommes sont tellement habitués à donner leur opinion sur l'apparence des femmes qu'ils n'hésitent pas à commenter leurs choix, et à les critiquer quand ils ne correspondent pas à leur désir, notamment dans le cadre de réductions mammaires.

Vidéo. "Laissez nos seins tranquilles" implore Elodie Gossuin

En effet, si les augmentations mammaires sont parfaitement entrées dans les mœurs puisqu'elles visent à atteindre un "idéal de beauté", les raisons derrière les réductions vont généralement au-delà de la dimension esthétique : regard des autres trop marqué, dysphorie, douleurs dans le dos ou le cou... Autant d'arguments qui peuvent largement justifier une opération. Mais pas aux yeux de ces messieurs, qui ne voient que ce qu'ils considèrent comme un "gâchis".

"On m'a tellement demandé l'avis de mon mec... À croire que ma poitrine lui appartenait"

Justine*, 28 ans, a décidé d'opter pour une réduction mammaire il y a quelques années. Mais plutôt que de simplement accepter son choix ou de vouloir comprendre ses motivations, son entourage s'est intéressé... À l'avis de son compagnon. "On m'a demandé régulièrement : "Et ton mec, il en pense quoi ?", "C'est dommage pour lui, il va être triste." À croire que ma poitrine lui appartenait et qu'il avait son mot à dire sur ce que je pouvais faire ou pas." Le tout alors que la jeune femme était pourtant célibataire, à l'époque de son opération ! "J'ai rompu avec mon copain avant de lui parler de ma réduction mammaire, et quand il a su que j'allais passer sur le billard, il m'a répondu que c'était du gâchis."

Quelques mois après son opération, Justine a recroisé son ex, qui a tout de suite réclamé de voir sa nouvelle poitrine : "Il m'a dit : "Le résultat est bof, c'est pas aussi bien qu'avant" ! Ça m'énerve encore aujourd'hui, surtout qu'il a fait la réflexion devant des gens qui ne savaient pas que j'avais été opérée, c'était vraiment gênant. J'avais l'impression que ma poitrine était devenue un objet public."

"Mes copines m'ont dit que j'allais galérer à trouver un mec"

En 2012 et à l'âge de 22 ans, Marie* a décidé de passer sur le billard. À l'époque, la jeune femme mesure 1m74, pèse 60 kilos, mais sa poitrine affiche un généreux bonnet F qui la complexe énormément. "Outre le poids de mes obus, qui me causait des douleurs dans le dos, et la galère à trouver des soutifs à ma taille, c'est ma silhouette qui m'a poussée à me faire opérer", raconte cette esthéticienne. "Je ne suis pas bien grosse, mais j'avais des seins énormes, pas du tout proportionnels à ma silhouette. Je ressemblais à Betty Boop, et je me trouvais ridicule."

Célibataire à l'époque, elle n'a pas eu droit à des commentaires désagréables de la part des hommes de son entourage : ce sont des femmes qui lui ont fait des reproches. "Mes copines me disaient : "Tu te rends compte du nombre de nanas qui rêvent d'avoir des gros seins ? Te faire retirer les tiens, c'est injuste." Ou encore des choses de l'ordre du : "Tu vas galérer à trouver un mec. Tes seins, c'est quand même ton atout numéro 1 !" Sympa, non ?" Qu'à cela ne tienne : Marie n'a écouté personne et foncé chez le chirurgien, et elle ne regrette rien. "Aujourd'hui, j'ai dit adieu aux pastèques et bonjour aux petites pommes. J'ai un bonnet C qui convient à ma silhouette et qui me plaît parfaitement. Et si ça ne plaît pas aux autres, c'est tant pis pour eux."

Vidéo. La chirurgie esthétique est devenue une nouvelle tendance chez les jeunes

"Beaucoup de conjoints essaient de décourager mes patientes"

Interrogé à ce sujet, un chirurgien esthétique officiant à Paris et désirant rester anonyme confirme que les conjoints des patientes qui le consultent pour obtenir une réduction mammaire tentent d'apporter leur grain de sel. "Pour les augmentations mammaires, je remarque vite que certaines patientes viennent sous l'impulsion de leur partenaire. D'ailleurs, j'ai souvent des cas où ce sont les mecs ou les amants des patientes qui payent parce que c'est leur volonté à eux. Pour les réductions, c'est le contraire. Ils râlent, ils essayent de me pousser à convaincre leur compagne qu'elle n'a pas besoin de ça, ils s'appuient sur les risques médicaux pour tenter de les faire changer d'avis."

Pour ce spécialiste de la chirurgie mammaire, ce comportement démontre un sexisme flagrant associé à un manque d'empathie. "Quand une femme veut se faire réduire la poitrine, c'est généralement parce que cela lui cause des problèmes : douleurs, dysphorie... Mais les hommes rejettent en bloc tout cela pour ne voir que l'aspect esthétique. Leur femme aura des plus petits seins, ils ne pourront pas les toucher pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines, et ça les emmerde. C'est égoïste : ils se comportent comme si la poitrine de leur femme était leur propriété."

A LIRE AUSSI

>> J’ai testé… Les sextoys qui promettent un orgasme en moins de trois minutes

>> Votre compagnon ne pense probablement pas à vous quand il se masturbe

>> Masturbateur, plug, gode... Les hommes aussi aiment les sextoys en solo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles