Rupture et confinement : "Cette situation de mer*e aurait pu sauver mon couple"

Rupture et confinement : "Cette situation de mer*e aurait pu sauver mon couple"

Parce que la case "chagrin d'amour" n'existe pas sur les attestations de déplacement dérogatoires, les personnes fraîchement célibataires sont nombreuses à ruminer leur rupture. En pleine période de confinement, impossible de confronter physiquement son ex, de pleurer sur l'épaule d'un proche ou simplement de sortir se changer les idées. Ce qui rend d'autant plus compliqué le processus de deuil.

Depuis plusieurs jours, ils se retrouvent seuls face à leurs pensées moroses. Si le confinement n'est facile à vivre pour personne – et si tout le monde a conscience que la situation est bien pire pour les personnes contraintes de continuer à travailler – les personnes qui viennent de subir une rupture amoureuse ont la vie dure. Quelques semaines, quelques jours, quelques heures même, parfois, avant le début du confinement, celui ou celle qui partageait leur vie a fait tomber le couperet. Un "Nous deux, c'est fini" d'autant plus difficile à vivre quand on ne peut voir personne. 

Confinés à plusieurs, la volonté de ne pas peser sur le moral des autres l'emporte

Juliette fait partie de ceux qui ont "de la chance". Elle n'est pas confinée seule, et a donc à sa disposition des oreilles attentives pour surmonter sa rupture. "Après deux ans de relation, je me suis fait larguer juste avant le début du confinement lié au Coronavirus. Autant dire que je le vis mal, puisqu'en plus de la tristesse, je n'ai aucun moyen de sortir pour me changer les idées. Elle sait néanmoins qu'elle peut compter sur son entourage... Avec parcimonie, du moins. "Je ne suis pas confinée en solo, donc je peux me reposer sur mes proches. Mais j'essaye de prendre sur moi, de ne pas trop montrer ma tristesse pour que ce moment difficile ne le soit pas d'avantage pour tout le monde."

Toutefois, selon Clémentine Daligault, conseillère conjugale et familiale, garder les choses pour soi n'est pas forcément la meilleure idée : "Tout dépend bien sûr du contexte dans lequel la personne concernée est confinée. J'aurais tendance à dire que ça n'est pas bon du tout d'enfouir ses émotions, car elles ressortiront plus tard de manière puissante." Toutefois, si votre entourage n'est pas à même de vous soutenir, mieux vaut garder le silence : "Si l'on est en compagnie de personnes malveillantes, ou dans une famille toxique ou violente, garder ses émotions pour soi peut être un moyen de se protéger, et dans ce cas-là, la meilleure réponse est celle de la survie." Dans tous les cas, elle conseille de prendre contact avec des gens de confiance, même s'ils sont confinés ailleurs. Une oreille attentive est toujours bonne à prendre. 

"Il m'a dit qu'il avait peut-être fait une erreur" 

La situation de Narcisse est quelque peu différente. "Cela faisait presque un an qu'on était ensemble, et dernièrement, cela n'allait pas trop. Son comportement était négligeant, et les comportements pour arranger la situation venaient toujours de mon côté." Son compagnon l'a quittée juste avant que les annonces de confinement ne tombent. "J'ai préparé mes affaires en précipitation, et je suis rentrée chez mes parents", pas question de prendre le risque d'être confinée avec lui ! Aujourd'hui, toutefois, les deux exs sont toujours en contact : "Il me dit que je lui manque, qu'il a peut-être fait une erreur", soupire la jeune femme, qui de son côté n'envisage absolument pas de retomber dans ses bras. 

Si elle comprend l'envie de rester en contact avec son ex, Clémentine Daligault ne la recommande pas forcément. "Le confinement favorise une coupure nette, où l'on peut prendre le temps de prendre soin de soi, et de prendre du recul sur ce qu'il s'est passé. Et, dans un premier temps, il est mieux de faire ce chemin-là seul. Ça n'empêche pas de reprendre contact plus tard mais faire une vraie pause juste après est important et le confinement s'y prête donc autant en profiter."

"Le confinement aurait pu sauver mon couple"

André, lui, ne regrette qu'une chose : que le confinement ne soit pas tombé un peu plus tôt. "Ma compagne et moi avons rompu deux semaines avant le confinement, et depuis, je n'arrête pas de me dire que de rester confinés ensemble aurait été bénéfique pour nous : "Que chacun puisse se libérer de ses poids, dire des vérités... Qu'on les accepte ou qu'on les rejette, il n'y a aucune possibilité de fuite, que du dialogue. Cette situation de merde aurait pu sauver mon couple.

Un avis très tranché, à prendre avec des pincettes, car si le dialogue est essentiel dans un couple, il faut aussi que chacun soit prêt à faire des efforts face à la situation. "Être confiné ensemble peut être l'occasion d'ouvrir à nouveau la communication et dans ce cas là oui, peut-être, mais je ne crois pas que ça soit une recette miracle. Les couples ne se relancent pas spontanément comme ça s'ils font face à une crise, ou alors le fond du problème est certainement reporté à plus tard." Alors, dialoguer, oui, mais à condition de se donner les moyens de mieux repartir derrière. Ensemble. 

A LIRE AUSSI

> "À cause du Coronavirus, je ne peux pas divorcer" : le témoignage d'un père de famille battu par son épouse

> Coronavirus et masturbation : il n'y a pas de mal à se faire du bien !

> Le Coronavirus a un effet imprévu... Sur les ventes de sextoys !