Publicité

Télé, sexe et travail : "Je me touche en visio pour lui"

Charline a 32 ans et a trouvé son compagnon sur un application de rencontre. C'est aussi comme ça, pendant sa journée de télé-travail, qu'elle a rencontré son amant virtuel, avec qui elle partage des messages, photos et vidéos torrides.

Télé, sexe et travail : "Je me touche en visio pour lui". Photo : Getty Image
Télé, sexe et travail : "Je me touche en visio pour lui". Photo : Getty Image

Charline a 32 ans et elle est en couple avec son compagnon depuis un peu plus de trois ans : "C’est une histoire qui a commencé pendant le confinement. Je me sentais seule, je me suis inscrite sur une application de rencontre pour m’occuper. Je ne pensais pas y trouver autre chose que des hommes qui veulent avoir des conversations de cul. Mais celui qui est devenu mon amoureux ensuite n’avait pas envie de ça, lui. On a très vite commencé à parler comme si on avait envie de tout se raconter. J’ai partagé des choses que je n’avais jamais racontées à personne. Je ne savais pas si ça allait se concrétiser dans une relation amoureuse sérieuse mais j’avais de plus en plus besoin qu’on se parle. Et quand il a été question de se rencontrer vraiment, j’ai essayé de me convaincre que ça n’irait pas plus loin. Parce que j’avais peur de ne pas lui plaire assez et que j’avais peur aussi qu’il n’attende pas exactement les mêmes choses que moi. Mais finalement, on était sur la même longueur d’onde et ça a collé tout de suite."

Charline a un nouveau travail depuis dix-huit mois et a négocié le droit de télétravailler 1 jour par semaine : "En ce qui me concerne, je suis plus productive à la maison. Et c’est plus pratique pour aller chercher des colis ou aller chez le médecin si besoin. J’ai commencé à télétravailler le mardi, parce que le lundi et le vendredi ce n’était pas autorisé. Et c’est là que j’ai commencé à discuter avec un homme sur une application de rencontre. Je n’ai jamais vu ça comme une tromperie mais plus comme une façon de passer le temps. Comme une pause café ou une pause clope. Comme quelque chose de pas grave du tout. Je n’ai jamais pensé que ça pourrait faire du mal à mon mec. Mais je me suis trompée sur ça."

Vidéo. Rita Perse : "L’infidélité féminine est plus courant qu’on ne l’imagine"

Pendant un an, Charline discute avec le même homme via WhatsApp pendant sa journée de télétravail : "On ne se parlait pas de trucs sérieux, d’ailleurs je n’ai jamais su si il avait une copine. On se parlait de sexe, de ce qu’on aimerait se faire, même s'il était clair qu’on n'allait jamais se voir en vrai. À la fin, je me masturbe en visio pour lui. Il le fait aussi. C’est très excitant. C’est le max qu’on a fait ensemble. Je n’avais jamais fait ça avant et on n’a pas ce genre de relation avec mon copain. Je pense que ça pourrait le choquer que je demande qu’on fasse ça ensemble. Il est du genre timide. Si je lui envoie une photo un peu sexy, ça le braque. Alors, même si ça me fait fantasmer, je ne l’embête jamais avec ça. J’ai donc trouvé quelqu’un qui aime ça et qui est généreux en photos et en vidéos. C’est ce qui m’a plu chez lui aussi : il n’a jamais demandé plus de moi que ce qu’il donnait lui."

Si Charline arrête, il y a deux mois, ses conversations avec cet homme, c’est que son conjoint se rend compte de leur relation : "Je n’ai pas été prudente et c’est sorti du cadre de mon télétravail. J’ai répondu à quelques messages en soirée et mon mec s’est rendu compte qu’il y avait un truc louche. J’avais du rougir ou sourire à mon portable de façon bizarre. Il a commencé à me cuisiner et j’ai tout avoué. J’ai bien cru qu’il allait me quitter mais il a accepté de me pardonner. Je pense que c'est parce qu’il n’y avait pas eu de rendez-vous dans la vraie vie. Et aussi parce que j’avais vraiment envie de me faire pardonner et de rester avec lui. Mais pour lui, c’était quand même une vraie tromperie et j’ai promis de ne plus faire ce genre de choses avec qui que ce soit. Je ne sais pas si ça me manquera un jour mais là, je suis sage pour lui. Je le vois comme un sacrifice nécessaire. J’ai arrêté de communiquer avec cet homme sans lui dire pourquoi. Je me dis que ça l’a peut-être blessé mais ce n’est pas si important. Nous avions une relation qui n’avait pas une grande valeur à part celle de l’habitude et de nos excitations réciproques. Ça ne vaut pas la relation que j’ai avec mon mec et ce qu’on essaye de construire ensemble."

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

À LIRE AUSSI

>> Histoires de femmes infidèles : "Arrivée à la chambre d’hôtel, c’est mon mari qui m’attendait"

>> Histoires de femmes infidèles : "Je suis tombée sur le boulanger dans mon club libertin"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?