Publicité

Qu’est-ce que le syndrome paranéoplasique, ce trouble rare qui peut précéder la détection d’une tumeur cancéreuse

Les cancers les plus fréquemment associés au syndrome paranéoplasique sont : le cancer du poumon, du rein, du foie, du sein, du cerveau, de l’ovaire, de l’estomac ou du pancréas. Ces signes se manifestent dans des zones éloignées de la tumeur ou de ses métastases. Ces signes peuvent précéder de plusieurs mois la détection du cancer. Explication et détails.

Le syndrome paranéoplasique désigne des signes très divers, qui surviennent dans une zone distante d’une tumeur ou de métastases. Il précède même parfois de plusieurs mois la découverte des tumeurs cancéreuses qui le provoquent. Savoir reconnaître ces signes est essentiel et permet de poser un diagnostic oncologique précoce (premier cancer ou rechute), précise la Revue médicale suisse. Toujours selon cette même source, si tous les types de cancers peuvent occasionner un syndrome paranéoplasique, le cancer des poumons en est le premier responsable. Les symptômes peuvent être cliniques, radiologiques ou biologiques. Ils sont provoqués par la mise en circulation d’hormones sécrétées par la tumeur ou d’auto-anticorps fabriqués par le système immunitaire, selon l’Association Arcagy-Gineco (Association de Recherche sur les Cancers notamment Gynécologiques). Ces substances vont affecter le fonctionnement des organes et tissus distants de la tumeur.

Le syndrome paranéoplasique cutané se manifeste essentiellement par des démangeaisons (prurit) et des bouffées de chaleur. Des lésions cutanées colorées, voire un zona, peuvent aussi apparaitre. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite