Publicité

"Retourne à la cuisine" : les joueuses de ce jeu vidéo en ligne gardent le silence par peur d'être harcelées

Insultées à l'oral dès qu'elle prennent la parole pendant une partie, victimes de drague lourde ou sans arrêt ramenées à leur genre, les femmes passionnées de jeux vidéo en ligne se plaignent régulièrement de cette situation sur TikTok. Certaines en viennent même à ne plus parler du tout, ou à modifier leur voix pour éviter d'être violemment attaquées. Le jeu vidéo de tir multijoueur Valorant est particulièrement pointé du doigt.

@twltchtv
"Tu ne mérites aucun droit" : les joueuses de ce jeu vidéo en ligne gardent le silence par peur d'être harcelées. Capture d'écran @twltchtv / TikTok

"Retourne à la cuisine." Voici comment est reçue une femme la plupart du temps sur le jeu vidéo à succès Valorant, si elle décide de parler dans son micro. Sorti en 2020, ce jeu de tir est multijoueur. Dans le mode de jeu principal, deux équipes de cinq joueurs s'affrontent au cours de plusieurs rounds. La première équipe qui obtient treize points gagne la partie, hors prolongations. Comme n'importe quel jeu d'équipe, il nécessite de la coordination et de la communication entre les participants.

Un tchat est mis à la disposition des joueurs pour qu'ils puissent s'organiser, mais parler dans le micro de son casque permet une plus grande réactivité. C'est là que les choses se gâtent pour les joueuses : parler à l'oral, c'est prendre le risque de se faire reconnaître en tant que femme par les autres joueurs, qui sont en majorité des hommes, malheureusement souvent loin d'être bienveillants.

"Va me faire un sandwich"

Lorsque les joueuses sont identifiées en tant que femmes, elles sont très rapidement victimes de remarques sexistes, voire insultées par les autres joueurs. L'une d'entre elles a partagé sur son compte TikTok, @rolease, une conversation lunaire à laquelle elle a été confrontée sur Valorant.

"Sage (le nom de son personnage dans le jeu ; ndlr), est-ce que je peux te poser une question ?" demande un des joueurs dans son micro. La joueuse ne répond pas. "Sage ? Sage ? Sage ? Tu es encore là ?" la relance-t-il. "Ouais ?" finit-elle par répondre. "Est-ce que je peux te poser une question ?" enchaîne le joueur. Elle l'y autorise : "Bien sûr, vas-y." "Si tu passes par la cuisine, est-ce que tu pourrais me faire un sandwich s'il-te-plaît ?" La jeune femme répond, agacée : "Non". L'extrait partagé, nommé "Voici ce à quoi les femmes doivent faire face dans le milieu du jeu vidéo", a été liké près de 150 000 fois. Une autre joueuse a partagé un extrait similaire, où, agacée, elle finit par prendre la parole pour critiquer le jeu de ses camarades. Les autres joueurs, ayant reconnu une voix féminine, l'attaquent directement : "T'es en train de me dire que t'as rien à faire ? La vaisselle doit être faite, le linge étendu."

Vidéo. Rachel-Flore Pardo : "Les conséquences de ces violences peuvent être dramatiques et conduire à des dépressions très graves"

"Tu as une ch*tte, tu n'as pas le droit de parler"

D'autres joueuses ont eu des échanges plus musclés. Ainsi, lorsqu'une jeune femme tente de faire une remarque lors d'une partie, elle se fait hurler dessus : "Brim, ça ne te dérangerait pas de jouer sur le site avec nous la prochaine fois, tu as vraiment besoin de...""Ferme ta g*eule !" lui crie un homme, comme on peut le voir dans un extrait relayé sur le réseau social chinois.

Une autre joueuse a elle aussi publié une conversation violente, où un joueur s'acharne sur elle après qu'elle ait fait une remarque : "Ferme ta gu*ule, tu as une ch*tte, tu n'as pas le droit de parler, tu ne mérites de toute façon aucun droit, c'est pour ça que tu n'as pas eu de droits avant il y a une centaine d'années. Pourquoi je changerais les faits ? C'est juste l'Histoire."

D'autres joueurs n'hésitent pas à faire référence à des figures masculinistes. L'un d'eux estime ainsi qu'"un peu d'Andrew Tate (mis en examen pour trafic d'êtres humains et viols ; ndlr) aiderait vraiment (une joueuse) à s'en sortir."

"Je ne parle que si je joue bien"

Lorsqu'elles ont un bon niveau, où qu'elles affichent un bon classement dans le jeu et que leur genre est découvert par les autres joueurs, les compétences de certaines femmes sont d'office remises en cause. "Attends, qui t'as donné ce compte ?", demande ainsi un joueur, dans un extrait partagé par le compte TikTok @skwengi. "Ouais quel est le site sur lequel tu l'as acheté ?" renchérit un autre. "J'ai réussi à bien me classer seule, mais merci de demander" finit par répondre la jeune femme en question. Pendant le reste de la partie, les autres joueurs continuent de l'humilier et de se moquer de son intonation de voix féminine, en l'imitant à l'oral.

Dans un autre extrait, une jeune femme ne prend la parole qu'au bout du round 5 de la partie. Un joueur s'en étonne : "Attends, on est au round 5 et c'est la première fois que tu parles ?" "Je ne parle que si je joue bien", répond-elle. Les joueuses en sont réduites à garder le silence au maximum pour se protéger.

Mais cela ne les empêche pas d'être confrontées au flot de remarques sexistes, parfois plus nombreuses quand les joueurs pensent être uniquement entre hommes, ou au racisme et à l'homophobie, également très présents et décomplexés dans ce jeu. Mais impossible de couper le son pendant les parties. C'est pourquoi une jeune femme, sous le pseudo de @clocracy, demande : "Si je coupe le son, je perds la moitié des commentaires dans le jeu. (...) Si vous êtes un homme et que vous voyez ce genre de comportement pendant les parties, s'il vous plaît, parlez. Parce que la plupart du temps, ils ne nous écoutent pas."

À lire aussi :

>> "À part Squeezie, elle n'a rien pour elle" : Chloë Gervais répond au compte "Abrège frère" et reçoit une pluie de commentaires misogynes

>> DignifAI : à l'opposé des deep fakes porn, cette intelligence artificielle rhabille les femmes sur Internet, et c'est tout aussi sexiste

>> Harcèlement, propositions déplacées, tentatives d'agression... Leurs ventes Vinted ont tourné au cauchemar