Affaire conclue - "C'est une honte !", "Faut se méfier des expertises de Patricia !" : un meuble expertisé 3000 euros vendu deux fois moins cher, les internautes scandalisés

La célèbre commissaire-priseur d'
La célèbre commissaire-priseur d'"Affaire conclue" a souligné le caractère "exceptionnel" de ce meuble. (Capture d'écran France 2)

Ce jeudi 30 juin, au sommaire du nouveau numéro d'"Affaire conclue", des analyses et des expertises très pointues ! Aux côtés de Sophie Davant, Enora Alix, Patricia Casini-Vitalis et Harold Hessel, les différents commissaires-priseurs, ont ainsi pu évaluer et expertiser une coupe aux motifs fleuris, un très ancien moulin à café ou encore une table basse très moderne. Et si parfois les vendeurs font de très belles affaires conclues qui vont bien au-delà des montants évoqués aux expertises, il arrive que des objets soient vendus pour une somme bien en-deçà de l'expertise. C'est ce qui est arrivé à Alice, pour son magnifique meuble asiatique estimé 3000 euros par Patricia Casini-Vitalis. La vendeuse a finalement fait une affaire conclue pour 1700 euros, ce qui a scandalisé les internautes !

Pour le nouveau numéro d'"Affaire conclue" diffusé ce jeudi 30 juin sur France 2, aux côtés de Sophie Davant, les experts ont proposé des analyses toujours plus poussées et passionnantes aux vendeurs ! Sans doute grâce à l'ancienneté et à l'originalité des objets que l'on a vus aujourd'hui. Dominique, 65 ans, est la première vendeuse aujourd'hui. Habituée du programme, cette amoureuse des animaux (elle est propriétaire de 16 chats !), ancienne photographe de courses hippiques, est venue avec une coupe aux motifs fleuris, héritée de sa grand-mère maternelle, aujourd'hui décédée. La coupe provient de la manufacture des Émaux de Longwy, société lorraine dont le savoir-faire est inscrit au patrimoine immatériel en France. Estimée 150 euros, cette coupe a comblé Glorian Kabongo, l'un des acheteurs, pour 300 euros. Bruno, lui, est originaire de Chitry-les-Mines, dans la Nièvre. Grand pêcheur, il est venu avec un objet très ancien d'origine familiale : son père, disparu, était un passionné d'objets qui collectionnait absolument tout. C'est sur les conseils de sa mère que Bruno est donc venu avec un moulin à café. D'emblée, Harold Hessel a salué la qualité et la rareté de ce modèle : "Ce modèle existe depuis la fin du 17e siècle !" a-t-il confié au moment d'entamer son expertise. Le commissaire-priseur poursuit en expliquant que les moulins à café peuvent se collectionner ! Cette émission aura même été l'occasion de découvrir un mot : mylokaphéphilie, un terme qui désigne précisément l'activité consistant à collectionner des moulins à café ! Estimée 200 euros, cette très belle et très ancienne pièce a finalement été vendue pour la somme de 460 euros. C'est Damien Tison qui a fait une affaire conclue avec Bruno, visiblement très ému par cette vente. Mais si parfois les vendeurs ont la surprise de faire une affaire conclue allant bien au-delà du montant évoqué en expertise, d'autres n'ont pas toujours cette chance.

VIDEO - Découvrez la Minute de Sophie Davant

"C'est bien trop bas pour ce meuble !"

Pièce maîtresse de ce numéro d'"Affaire conclue", un superbe meuble asiatique datant de la fin du 19e siècle apporté par Alice. "J'hésite entre le Japon et le Vietnam. Je ne suis pas un grand expert mais je le ressens comme étant un meuble Indochine", commente Patricia Casini-Vitalis en introduction de son expertise. L'ancienneté, le traitement particulier du bois, le travail de laque, les motifs, les couleurs, le raffinement et la finesse assez "exceptionnels" du meuble ont séduit la commissaire-priseur. "C'est un meuble qui peut faire très, très cher dans une vente aux enchères avec des amateurs d'art asiatique, vraiment !" poursuit-elle avant de l'estimer 3000 euros. Alice, très surprise par cette expertise, a vite déchanté. En effet, la vendeuse a finalement péniblement réalisé une affaire conclue avec Glorian Kabongo pour... 1700 euros. L'expertise de Patricia Casini-Vitalis mais aussi la décision de la vendeuse ont fait l'objet de vives critiques sur Twitter...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles