Comment bien réussir son plan à trois ?

Laetitia Reboulleau
·4 min de lecture

Dans la catégorie "fantasmes les plus répandus", le célèbre plan à trois revient souvent en tête de liste. Quelle que soit la configuration, le fait d'avoir plus d'un·e partenaire a un petit côté interdit qui booste la libido. Mais pour qu'un plan à trois soit réussi, encore faut-il en connaître les codes et les bonnes pratiques.

Faire l'amour à plusieurs est un fantasme somme toute assez classique, qui revient régulièrement dans les préférences des Français. En 2018, selon un sondage Harris Interactive, 28% des sondés rêvaient de s'offrir un plan à trois (ou à plus). Un fantasme particulièrement répandu chez les hommes (34%) et chez les 18-34 ans (40%). Mais le triolisme, ce n'est pas quelque chose qui s'improvise à 100%, n'en déplaise aux rêveurs.

L'art de se protéger pendant un plan à trois

Avoir un·e partenaire de plus, c'est augmenter le risque de contracter une infection sexuellement transmissible, alors l'idéal avant de réaliser votre fantasme est évidemment de se faire dépister quelques jours avant le grand jour... Si ce dernier est programmé, bien sûr ! Sinon, les protections seront de rigueur : préservatifs, digues dentaires... Prévoyez-en un certain nombre, puisque vous allez devoir en changer régulièrement.

Eh oui ! A chaque fois que vous switchez de partenaire pendant la pénétration, ou tout simplement que vous changez d'orifice, il vous faudra changer de préservatif pour éviter les risques de contaminations. Cela peut sembler compliqué, mais c'est essentiel pour garantir la sécurité des différentes protagonistes. Petite astuce : utilisez également des préservatifs pour protéger les sextoys que vous souhaiteriez utiliser, cela vous évitera de devoir les laver et les désinfecter à chaque changement de partenaire.

Le consentement, c'est essentiel !

Passons maintenant à l'aspect pratico-pratique. Un plan à trois, cela se décide avant tout à deux, si vous êtes en couple. Isabelle, dernière invitée en date de notre rubrique Premier Acte, le rappelle : "Vous n'avez pas à vous obliger à faire quelque chose pour faire plaisir à l'autre." Si le triolisme est le fantasme de votre compagnon ou de votre compagne, mais pas le vôtre, vous avez tout à fait le droit de dire non : l'essentiel est de se sentir à l'aise et en confiance. "Je vous incite à faire attention si votre partenaire vous presse beaucoup, vous demande régulièrement et insiste alors que vous n'avez pas envie", précise Isabelle. "Si vous sentez que la personne qui vous propose a ce genre de mentalité-là, je ne peux que vous enjoindre à vous protéger, et à refuser, parce que vous n'êtes pas un objet sexuel, et que c'est à vous que ça doit faire plaisir d'abord. Ne faites ça qu'avec des gens en qui vous avez vraiment confiance."

Une fois que vous serez décidé·e à vous lancer dans la réalisation de ce fantasme, une discussion s'impose également avec tous les partenaires, puisque tout le monde n'a pas les mêmes goûts, les mêmes envies et les mêmes blocages. Assurez-vous d'avoir le consentement de chaque membre du trio sur les différentes pratiques, cela évitera les impairs lors de l'acte sexuel en lui-même... Et cela permettra également de faire monter la température ! C'est aussi le moment d'établir des règles, de façon à ce que personne ne se sente laissé sur le carreau, ni ne se retrouve confronté à de la jalousie. Ainsi, si vous ne voulez pas que votre partenaire fasse ou reçoive certaines choses de la part de votre invité·e, c'est le moment de le signaler. Et n'oubliez pas : ces refus ne sont pas ouverts à la négociation. Quand c'est non, c'est non.

Cette communication doit évidemment se poursuivre avant, pendant et après le rapport, de manière à être sûr·e que chacun en profite au maximum... Et ait éventuellement envie de recommencer.

Article : Laetitia Reboulleau

Interview vidéo : Carmen Barba

A LIRE AUSSI

>> Journée mondiale de l'orgasme : stop aux injonctions liées à l'orgasme

>> En télétravail, votre patron se masturbe plus que vous

>> Célicouple : "Depuis qu'on ne vit plus ensemble, notre couple se porte beaucoup mieux"