Publicité

33% des femmes ont recours à la "pilule de la honte"

Un récent sondage Ifop pour Biogaran éclaire un peu plus sur la perception qu’ont les Françaises sur "la contraception d’urgence" également appelée "la pilule du lendemain". 33% des femmes qui en ont recours ressentent un sentiment de honte. Plus alertant encore, 66% d’entre elles ignorent que depuis le 1er janvier 2023, la contraception d’urgence est gratuite pour toutes.

33% des femmes ont recours à la
33% des femmes ont recours à la "pilule de la honte"

Crédit : Getty

En 2023, plus d’une femme sur trois a eu recours à la contraception d’urgence au cours de sa vie, soit 4 fois plus qu’il y a 20 ans souligne l’Ifop. La contraception d’urgence fait plus largement référence à la pilule du lendemain demain que les femmes peuvent obtenir en pharmacie. Malgré l’accessibilité complète à la contraception d’urgence, 33% des femmes qui en ont eu recours considèrent la contraception d’urgence comme "une pilule que l’on a honte de prendre". Une perception encore plus marquée chez les 25-34 ans car, 38% d’entre elles ont répondu être gênées de la prendre.

La donnée la plus inquiétante du sondage est le manque d’information quant au recours à la contraception d’urgence. Car, depuis le 1er janvier 2023, la contraception d’urgence est gratuite et sans avance de frais, pour toutes les femmes, mineures comme majeures. Pourtant, 66% d’entre elles l’ignorent. Pour les personnes mineures, une simple déclaration sur l’honneur suffit à justifier l'âge, sans avoir besoin à présenter la carte Vitale ou le justificatif d’AME.

Vidéo. "La honte liée aux menstruations contaminent même les hommes"

Serait-ce ce sentiment de honte qui fait que 27% des femmes interrogées déclarent se rendre seules en pharmacie pour obtenir la contraception du lendemain, sans en informer leur partenaire ? Une autre donnée de l’étude souligne que la charge contraceptive incombe une fois de plus à la femme puisque parmi les hommes informés (71%), 36% laissent les femmes se procurer seules la contraception d’urgence. Une charge qui semble mieux répartie chez les moins de 25 ans. Les hommes de moins de 25 ans sont plus majoritairement informés de la démarche (89%). 39% d’entre eux accompagnent leur partenaire à la pharmacie et 20% vont chercher eux-mêmes le médicament. Ils ne sont que 9% à le faire parmi les 25-49 ans.

Comme son nom l'indique, la contraception d'urgence se prend après le rapport sexuel à risque pour prévenir les grossesses indésirées. Pour une efficacité presque totale, il est recommandé de la prendre dans les 24 heures qui suivent le rapport sexuel. Mais pas que. La pilule du lendemain est efficace jusqu'à 5 jours après le rapport sexuel mal ou non protégé. Et c'est là un autre enseignement du sondage : 70% des femmes ignorent qu’il existe une contraception d’urgence efficace jusqu’à 5 jours.

*Etude Ifop pour Biogaran "LES FEMMES ET LA CONTRACEPTION D’URGENCE" réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 20 au 24 juillet 2023, auprès d’un échantillon de 1 050 femmes, représentatif de la population féminine française âgée de 15 ans et plus.

À LIRE AUSSI :

>> Christophe Garnier a choisi la vasectomie : "Ça libère vraiment, notamment sur le plan sexuel"

>> Journée mondiale de la contraception : se faire stériliser quand on ne veut pas d'enfants, le parcours du combattant