Publicité

40 ans, sûrement pas pucelle : "J’ai toujours eu envie d’être filmée pendant le sexe. on l'a fait. Je me sens fière"

Pour ses 40 ans, Tina rêvait d'accomplir à un fantasme qu'elle nourrit depuis de nombreuses années : se filmer pendant ses ébats sexuels. Son compagnon a accepté de lui offrir ce cadeau. Elle raconte leur expérience.

40 ans, sûrement pas pucelle :
40 ans, sûrement pas pucelle : "J’ai toujours eu envie d’être filmée pendant le sexe. on l'a fait. Je me sens fière"

Crédit : Getty

Tina a 39 ans quand elle décide de partager avec son compagnon depuis 10 ans le fantasme qu’elle nourrit depuis de nombreuses années : J’ai toujours eu envie d’être filmée pendant le sexe mais je ne me sentais jamais assez en sécurité pour le faire. Et avec tout ce qu’on voit, je pense que c’est normal d’avoir peur. J’ai imaginé que si je le faisais avec un homme et qu’on se quitte, il pourrait mettre la vidéo sur internet et des proches, ou des collègues, auraient pu tomber dessus. C’est ça qui m’a bloqué. Mais avec mon homme, je n’ai pas peur de ça. Je lui fais confiance. J’ai attendu aussi longtemps pour lui en parler déjà être sûre que ça soit sérieux entre nous, que je sache qu’au fond il en aurait un peu envie et parce que je voulais faire ça pour mes quarante ans. C’est maintenant chose faite."

Sur le coup, le compagnon de Tina est étonné : "Je ne lui en avais jamais parlé donc il a été un peu pris de court. Il a eu besoin de plusieurs jours pour y réfléchir avant de me dire qu’il était partant. Mais, il a demandé une chose très importante pour lui : il ne voulait pas qu’on puisse voir son visage sur la vidéo. Ça m’a rassurée qu’il fasse aussi attention de se protéger. Ça m’a montré que lui aussi avait besoin de me faire confiance. Ensuite, c’est lui qui a tout organisé. Pour lui comme pour moi, c’était comme un cadeau d’anniversaire. Même si j’en ai eu d’autres. Comme une sorte de cadeau d’anniversaire qu’on ne partage que tous les deux. Mon anniversaire n’a pas été très loin de nos 10 ans ensemble donc c’est vite devenu un projet de couple."

Vidéo. "Ma première expérience sur OnlyFans, c'était du nude"

Le compagnon de Tina trouve le matériel et organise le tournage : "Il n’était pas question de demander à quelqu’un de faire des cadrages. Il a demandé à un ami qui est bien équipé en matériel photo et caméra de nous prêter ce qu’il fallait, sans lui dire ce qu’on allait en faire. Le but c’était d’avoir quand même une bonne image, au cas où on veuille se faire des séances de visionnage après. D’ailleurs, pour ça, je n’avais pas vraiment d’opinion. Pour moi le plus important était de se filmer. Je n’imaginais pas qu’on allait regarder cette vidéo tant que ça. Finalement, on la ressort de temps en temps pour s’exciter. On la met en fond quand on fait l’amour. Ça donne un peu de piment. Bref, mon mec a cherché quel angle serait le meilleur pour avoir une bonne image. Et sur le coup, il a aussi pris l’appareil pour me filmer de près, par en haut. Ensuite, il a fait un peu de montage et on avait notre film."

Tina avoue que le moment l’a beaucoup excité : "Je savais que ça allait m’exciter. J’en avais envie depuis très longtemps. Je pense que beaucoup de femmes en ont envie sans forcément se lancer dans le porno. Mais elles sont, comme moi, bloquées par des questions de confiance. Au final, mon mec, qui a tout à fait compris ça, m’a donné tous les pouvoirs sur cette vidéo. Techniquement, il n’y a que moi qui l’a. Elle est sur mon ordinateur et uniquement là. Même si je l’aime et que je lui fais confiance, je me sens plus en sécurité comme ça. Sur le coup, je n’ai même pas pensé à ça. Je lui ai fait confiance en matière de technique et même de point de vue "artistique". Et le film était encore meilleur que ce que j’avais fantasmé. On me voit beaucoup et je me trouve belle dessus. Je crois que c’est aussi quelque chose qui m’excite : me voir à travers son regard. Je n’y avais jamais réfléchi comme ça mais je crois que c’était un peu le but. Je voulais me voir et me trouver excitante comme il me voit et me trouve excitante. Et ça a marché. Je pense même que je me suis plus lâchée que d’habitude tellement j’avais envie de faire du spectacle. J’ai fait quelques trucs que je fais pas souvent du tout, comme une sodomie et une gorge profonde."

La quadragénaire n’envisage pas de faire d’autre vidéos : "C’est beau parce que c’est une vidéo unique. Je n’ai pas envie de devenir actrice porno pour mon mec et de commencer une sélection. C’est la seule vidéo et c’est bien comme ça. Évidemment, que si je pouvais changer des petites choses, je le ferais. Ou alors j’aimerais qu’on puisse voir tel truc et tel truc. Mais même si ce n’est parfaitement parfait, c’est une vidéo qui nous ressemble. C’est pour ça que pour moi, c’est une réussite. Je suis heureuse d’avoir pu réaliser un de mes fantasmes."

À 40 ans, certaines femmes décident de faire des expériences qui vont enrichir et changer leurs vies. Alec le sentiment que c’est maintenant ou jamais, elles réalisent leurs fantasmes. Comment ces femmes vivent la découverte ? Comment arrivent-elles à organiser ces moments ? Elles racontent.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

À LIRE AUSSI

>> Histoires de femmes infidèles : "Arrivée à la chambre d’hôtel, c’est mon mari qui m’attendait"

>> Histoires de femmes infidèles : "Je suis tombée sur le boulanger dans mon club libertin"

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes ?