Syndrome du raton laveur : éclairage sur une "maladie moderne" et dangereuse

Avoir le syndrome du raton laveur, c'est grignoter toute la journée. © Getty Images
Avoir le syndrome du raton laveur, c'est grignoter toute la journée. © Getty Images

Vous avez pour habitude de grignoter tout au long de la journée ? Une sucrerie par-ci, un soda par-là, un morceau de fromage, un gâteau... Pas grand-chose en apparence, mais de façon (très) récurrente ? Attention, vous souffrez peut-être du syndrome du raton laveur, une "maladie récente" qui peut avoir de nombreux impacts sur la santé.

En matière d'alimentation, tout le monde connaît les maximes habituelles : le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée, il faut manger cinq fruits et légumes par jour, avoir une alimentation équilibrée... Mais avec nos modes de vie qui évoluent, de nouvelles habitudes ont tendance à s'installer, et ces dernières ne sont pas toujours bonnes pour la santé. C'est le cas notamment du syndrome du raton laveur, une mauvaise habitude nutritionnelle dans laquelle bon nombre de personnes risquent de se reconnaître tant elle peut paraître anodine.

Grignoter à toute heure, ce n'est pas normal

Interrogé par Yahoo!, le Dr Christian Recchia présente le syndrome du raton laveur comme "une maladie récente, moderne, qu'il faut contenir." "Depuis une petite vingtaine d'années, nous avons des humains qui, dès l'âge de 15 ans environ, grignotent en permanence." Forcément, ce genre d'habitude n'est pas sans conséquences pour la santé : "Cela a un effet absolument désastreux, parce qu'il y a une sécrétion d'insuline permanente, qui provoque des hypoglycémies réactionnelles, et qui font que la personne, en l'espace de deux ans, peut prendre entre 5 et 15 kilos."

Les conséquences ne s'arrêtent pas à une prise de poids non-souhaitée : "Qui dit syndrome du raton laveur, dit possiblement diabète, infarctus dès l'âge de 30, 35 ans, hypertension, grande surcharge pondérale avec tous les problèmes biomécaniques que cela comporte, dépression, Alzheimer..." Autant de choses qui peuvent impacter votre santé à court, moyen et long terme, donc.

Comment lutter contre cette mauvaise habitude ?

Mais à quoi est due cette habitude ? Selon le médecin, il existe plusieurs origines. "Ce qui provoque ces consommations itératives, ce sont les bonbons, les sucreries, le chewing-gum, le tabac, le stress, la capacité à avoir à vos côtés des pervers polymorphes narcissiques qui vous assassinent sur le plan psychologique, et qui font que vous compensez par une hyper alimentation." Il évoque également des causes telles que "les grosses fatigues, l'angoisse professionnelle ou encore l'angoisse sociologique" et précise : "Il faut se remettre en harmonie."

Arrêter de grignoter, c'est bien beau, mais cela demande un véritable effort de volonté, et souvent de l'aide : d'où l'intérêt de demander de l'aide à un spécialiste de la nutrition. Ensuite, il faudra reprendre de bonnes habitudes, ainsi que l'explique le Dr Christian Recchia : "Tout d'abord, réapprendre à dormir, à se lever tôt, à prendre un petit-déjeuner avec des protéines, et rien avant le déjeuner, qui sera un déjeuner structurant avec du poisson. Et se dire que la seule chose que l'on va consommer entre le repas et le dîner, c'est de l'eau, peut-être un yaourt pour gérer une fringale, mais jamais de consommation itérative toutes les deux heures." Bref, reprendre un rythme d'alimentation plus sain, tout en essayant de naviguer contre les frustrations qui génèrent des craquages.

A LIRE AUSSI

>> "Perdez 5kg avant l'été !" : arrêtez de vous faire berner par les régimes express, c'est de l'arnaque

>> Enfants au régime : "J'avais 8 ou 9 ans quand ma mère a décrété que j'étais trop grosse et devais manger moins"

>> Trop grosse, trop grande, racisée... Un homme sur deux refuse d'être en couple avec une femme qui ne correspond pas aux normes de la société

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles