Yahoo may receive revenue from links on this page.

Balance

23 SEPTEMBRE - 22 OCTOBRE

Amour : Vous vous posez beaucoup de questions. Vous remettez en cause vos sentiments sans raison. Ne vous mettez pas martel en tête ! Les choses sont plus simples qu'elles n'y paraissent.

Travail-Argent : Vous ne pensez qu'à vos futures vacances ! Ce n'est pas une raison pour négliger votre travail ou le bâcler. Votre manque de motivation peut vous attirer des ennuis.

Santé : Vous avez besoin d'une activité physique régulière pour garder la forme.

24 september
Illustrations de Jo Ratcliffe
  • Côte d'Ivoire: 164 réfugiés burkinabè refoulés à la frontière

    Les autorités burkinabè déplorent le refoulement de 164 de leurs ressortissants, qui étaient arrivés en Côte d’Ivoire ces derniers jours. Depuis 2021, 60 000 Burkinabè, fuyant l’instabilité dans leur pays, ont trouvé refuge en Côte d’Ivoire. La plupart sont hébergés dans des familles. Les autres, dans deux sites d’accueil mis en place par le gouvernement ivoirien. Avec notre correspondante à Abidjan, Bineta DiagneSamedi 13 juillet 2024, un groupe de 173 Burkinabè arrive à Ouangolodougou en Côte

  • Niger: une forte délégation ministérielle turque en visite pour renforcer la coopération

    Le Niger et la Turquie veulent renforcer leur coopération. Une importante délégation turque était à Niamey mercredi 17 juillet 2024. Selon les médias nationaux, les échanges ont par exemple concerné les domaines de la défense, du pétrole, de l'éducation, de la santé. Une visite alors que le CNSP continue de reconfigurer ses partenariats, près d'un an après la prise du pouvoir par les militaires le 26 juillet 2023. Ministre des Affaires étrangères, de la Défense, de l'Énergie et chef du renseigne

  • Présidentielle américaine : Joe Biden n'exclurait plus de se désister

    Lâché par les ténors démocrates, isolé par le Covid, Biden tangue. Selon les médias américains, il pourrait renoncer à sa candidature et l’annoncer dès ce week-end.

  • Rwanda: le président Paul Kagame réélu avec 99,18% des voix, selon des résultats provisoires

    Au Rwanda, après les premières tendances du double scrutin législatif et présidentiel qui s’est tenu lundi 15 juillet, la commission électorale a annoncé ce jeudi après-midi les résultats provisoires des élections. Des résultats dans la continuité de ceux publiés quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, créditant le chef d’État Paul Kagame de 99,18% des suffrages. Avec notre correspondante à Kigali, Lucie MouillaudAprès l’annonce des résultats provisoires, Oda Gasinzigwa, présiden

  • Tchad: l'opposant Succès Masra sort de son silence deux mois après la présidentielle

    L’ancien Premier ministre tchadien redevenu opposant, Succès Masra, s’était fait particulièrement discret depuis l’annonce des résultats de l’élection présidentielle il y a deux mois qui ont donné Mahamat Deby vainqueur, mais qu’il conteste toujours. Il s’est adressé à ses militants jeudi 19 juillet dans la soirée via un live sur les réseaux sociaux. Avec notre correspondant à Ndjamena, Carol ValadeEn cette journée internationale Nelson Mandela, l'ancien Premier ministre Succès Masra compare le

  • Bassines: nouvelles manifestations à risque pour la "défense de l'eau"

    "Faire bassine arrière": quinze mois après les affrontements à Sainte-Soline, plusieurs milliers d'opposants aux réserves d'irrigation, rassemblés depuis mardi dans les Deux-Sèvres, doivent manifester vendredi dans la Vienne voisine malgré l'interdiction des autorités.Cette "grande marche" destinée à "arracher un moratoire" sur la construction des retenues d'eau leur fait craindre "des actes d'une grande violence": plus de 3.000 gendarmes ont ainsi été mobilisés pour "protéger" exploitations et installations agricoles.Entre 5.000 et 7.000 personnes, venues de France et de l'étranger, ont rejoint depuis mardi le "Village de l'eau", rassemblement organisé jusqu'à dimanche par le collectif Bassines Non Merci (BNM), les mouvements écologistes Les Soulèvements de la Terre et Extinction Rébellion, l'union syndicale Solidaires et l'association altermondialiste Attac, avec la participation de 120 structures militantes.Selon les autorités, 450 "black blocs", dont plus d'une centaine d'individus "fichés S" rattachés à l'ultragauche ou à l'écologie radicale, sont présents. L'AFP a croisé aussi jeudi la militante écologiste suédoise Greta Thunberg parmi les participants aux ateliers et débats programmés au Village de l'eau.Le rassemblement est accueilli par la commune de Melle, proche de la "bassine" de Sainte-Soline et d'une autre en projet à Saint-Sauvant (Vienne), où la manifestation est prévue vendredi. Une autre est annoncée samedi au terminal agro-industriel du port de La Rochelle (Charente-Maritime).Un syndicat agricole, la Coordination rurale, a de son côté appelé ses troupes de la Vienne, mais aussi de Dordogne et du Lot-et-Garonne, à venir défendre les fermes du territoire contre les "groupuscules écologistes".- "Enjeu vital" -Les autorités ont interdit ces différents rassemblements en appelant opposants aux "bassines" à rester au Village de l'eau; riverains et agriculteurs "à rester calme" sans "chercher à intervenir" en cas de dégradations.Des milliers de contrôles d'identité ont été effectués cette semaine, avec des fouilles systématiques de véhicules et de nombreuses saisies de "matériels" jugés dangereux, parfois très loin du rassemblement."On est vraiment sur une logique d'intimidation, de répression, de criminalisation de notre mouvement, alors qu'on se bat pour un enjeu vital qui est celui de la défense et d'un juste partage de l'eau, et qu'on souhaite juste exercer notre liberté de manifestation qui est un droit fondamental", estime Johanne Rabier, membre du collectif BNM dans la Vienne.Comme à Sainte-Soline, où elle avait mis en cause l'action des gendarmes, la Ligue des droits de l'Homme déploiera une cinquantaine d'observateurs sur les lieux.Les organisateurs du rassemblement assurent ne pas vouloir "prendre pour cible les agriculteurs et leurs fermes", accusant les autorités "d'attiser les peurs et les tensions" et qualifiant la Coordination rurale "d'apprentis miliciens".Le "cadre d'action" des manifestations annonce cependant des "formes de désobéissance de masse" destinées à "impacter concrètement leurs cibles": "bassines" vendredi, "complexe agro-industriel" samedi.Le dispositif policier des autorités couvre les quatre départements (Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime et Vendée) potentiellement concernés par ces actions.- Deux camps irréconciliables -Les "bassines" ou "réserves de substitution" visent à stocker des millions de mètres cubes d'eau, puisée dans les nappes phréatiques en hiver afin d'irriguer des cultures en été.Leurs partisans en font une condition de survie des exploitations face aux sécheresses récurrentes, là où leurs détracteurs dénoncent un "accaparement" de l'eau par l'agro-industrie.Deux camps irréconciliables entre lesquels la lutte s'est intensifiée depuis deux ans, sur le terrain et devant la justice administrative, qui a récemment apporté de l'eau au moulin des opposants en jugeant que les volumes des prélèvements pour l'irrigation étaient excessifs dans le Marais poitevin.La mobilisation de cette semaine attise encore les tensions. "Une fois de plus, nous sommes très en colère", fustige la Coop' de l'eau, groupement de 450 agriculteurs qui portent le projet des 16 retenues en dénonçant des "appels à la violence et aux dégradations explicites".Le sujet divise aussi les syndicats agricoles. La Confédération paysanne, qui participe au Village de l'eau, dénonce les "méga-bassines" comme une source d'inégalités dans l'accès à l'eau, tout en appelant au dialogue pour "sortir de l'impasse et de la confrontation destructrice".Le Mouvement de défense des exploitants familiaux (Modef) a la même position, alors que la Coordination rurale soutient "tous les projets de retenues d'eau agricole pour faire face au changement climatique" — certains de ses membres ont été condamnés pour avoir construit une réserve sans autorisation dans le Lot-et-Garonne.La FNSEA/JA, premier syndicat, défend aussi l'outil mais appelle "au calme et à la responsabilité" de chacun, refusant "d'aboyer" à quelques mois des élections professionnelles.jed-tsq-abo-ppy/kal/rr

  • Assemblée: après la bataille du perchoir s'ouvre celle des postes-clés, la place du RN en question

    Après l'élection très disputée de Yaël Braun-Pivet à la présidence de l'Assemblée, d'emblée contestée par la gauche, les députés s'attaquent vendredi à la répartition des autres postes-clés. Avec des visions divergentes qui laissent augurer de vives tensions autour des places laissées au RN.Les présidents des groupes ont rendez-vous vendredi matin à 10 heures pour tenter de s'accorder sur une répartition des postes de six vice-présidents, trois questeurs et douze secrétaires, qui forment avec la présidente de l'Assemblée le Bureau de la chambre basse, sa plus haute instance exécutive.Méconnu du grand public, le Bureau apprécie par exemple la recevabilité financière des propositions de loi des députés, fait évoluer le règlement intérieur de l'Assemblée ou l'interprète en proposant parfois des sanctions contre certains élus.Sa composition est donc autant un enjeu de prestige que d'influence pour les groupes politiques qui se sont retrouvés jeudi après-midi, pour l'ouverture de la 17e législature et l'élection serrée de Yaël Braun-Pivet. La présidente sortante de l'Assemblée a devancé le candidat de gauche André Chassaigne de 13 petites voix, avec le renfort de la droite.De quoi laisser la gauche amère, alors que le Nouveau Front populaire, enlisé dans d’infructueuses négociations entre partenaires pour former un gouvernement, espérait retrouver de l'élan avec cette élection au perchoir.Dans ce climat tendu et incertain, difficile d'imaginer une entente vendredi entre une gauche qui souhaite exclure le RN des postes clés de l'Assemblée au nom du "Front républicain", une extrême droite qui veut faire valoir son statut, et une macronie divisée sur la question.En cas de désaccord, et s'il y a plus de candidats que de postes, l'Assemblée se préparerait alors à partir de 15 heures à une longue série de scrutins, potentiellement à plusieurs tours."Le mandat qui nous a été donné, c'est faire barrage au RN, si on croit sincèrement que leur projet est antirépublicain on ne leur donne pas des postes", a insisté jeudi auprès de l'AFP Cyrielle Chatelain, présidente du groupe Ecologiste et Social."Les députés du RN doivent être respectés parce que derrière eux ce sont 11 millions d'électeurs qui se sont exprimés", a rétorqué le cadre du groupe RN Sébastien Chenu.- "Sale boulot" -Pour le camp présidentiel, l'équation s'annonce plus complexe. Car il lui faudra tenter de faire respecter un accord passé avec La Droite républicaine de Laurent Wauquiez, qui a permis jeudi la réélection de Yaël Braun-Pivet.Et la droite attend un retour sur investissement.Selon des sources parlementaires, le camp de Laurent Wauquiez a posé comme mise de départ une voire deux vice-présidences - la première étant fléchée vers Annie Genevard -  un poste prestigieux de questeur, deux postes de secrétaires, et la présidence de la commission des Finances, qui se jouera samedi, et pour laquelle pourrait concourir Véronique Louwagie.Mais quelle attitude adopter face au RN? Le groupe Ensemble pour la République (EPR, ex-Renaissance), désormais présidé par Gabriel Attal, a fait savoir qu'il ne comptait voter ni pour les candidats RN, ni pour ceux de LFI dans ces élections pour le Bureau.Une position que ne partagent pas les alliés du MoDem et Horizons, favorables à une répartition des postes proportionnelle au poids de chaque groupe."Pas d'exclusion. Dans la maison du peuple qu'est l'Assemblée nationale chaque Français doit être représenté", a estimé jeudi le président du groupe Horizons Laurent Marcangeli, prévenant que ses troupes "agiront" vendredi "afin de faire en sorte que dans les institutions représentatives de l'Assemblée (...) chacun y trouve sa place"."Ils vont faire le sale boulot", prévient une source Renaissance, plaidant pour laisser ces groupes "sauver le RN", puis "aller s'expliquer" devant les électeurs qui ont voté pour eux au second tour des législatives au nom d'un "barrage républicain".Toutefois, la consigne ne fait pas l'unanimité. "Je militerai pour qu'il n'y ait AUCUN blocage politicien dans l'élection des six vice-présidents, quelle que soit leur sensibilité, du RN à LFI", a prévenu sur X le député macroniste Karl Olive.Jeudi, Yaël Braun-Pivet a rappelé la consigne de son groupe tout en rappelant sa propre position: "Il est sain que chaque groupe politique, quel qu'il soit, puisse être représenté au Bureau" de l'Assemblée.sac/jmt/rr

  • Biden à l'isolement, fébrilité chez les démocrates

    Est-ce que ce sera le coup de grâce?

  • Israël: explosion dans un immeuble à Tel-Aviv, l'armée évoque une attaque «aérienne»

    Une explosion d'origine encore inconnue survenue aux alentours de 3H15 (0H15 TU) ce vendredi 19 juillet 2024 a fait sept blessés légers dans le centre de Tel-Aviv selon la police israélienne, l'armée disant de son côté enquêter sur une possible attaque « aérienne ». « Des forces de police sont arrivées sur place et inspectent la zone pour chercher des objets suspects [...]. Sept personnes blessées légèrement ont été traitées », écrit la police dans un communiqué, appelant « les habitants à respe

  • États-Unis: un homme de 64 ans condamné pour le meurtre d'un conducteur a été exécuté en Alabama

    Keith Edmund Gavin, 64 ans, est mort ce jeudi 18 juillet après avoir été exécuté, ont indiqué les autorités locales. Il avait été condamné pour un meurtre commis en 1998 et clamait son innocence.

  • Migrants : Macron et Starmer veulent « renforcer » les coopérations entre la France et le Royaume-Uni

    amitié outre-manche - Macron et Starmer vont renforcer la coopération sur l’immigration et la défense, soutenir l’Ukraine, et respecter les accords post-Brexit. Le prochain sommet franco-britannique se tiendra en 2025 au Royaume-Uni

  • Présidentielle américaine: si Joe Biden se retire, la campagne de Donald Trump "ne changera pas"

    L'ex-locataire de la Maison Blanche, qui entend bien redevenir président des États-Unis, considère un potentiel retrait de la candidature de son rival démocrate, plus que jamais sous pression dans son camp.

  • Burkina Faso: nouvelle attaque à Djibo avec de lourds dégâts matériels

    Nouvelle attaque contre la ville de Djibo dans la province du Soum au Burkina Faso. Elle s’est déroulée au petit matin du mercredi 17 juillet. Des hommes armés s’en sont pris à plusieurs sites importants de la ville. « Le bureau de Médecin sans frontières a été la cible de tirs répétitifs pendant une attaque de la ville de Djibo », indique l’organisation dans un communiqué sur leur compte X. « Le bâtiment porte des impacts de balles visibles, des structures médicales du ministère de la Santé sou

  • Gaza : Le virus de la polio détecté dans les eaux usées

    santé publique - Le virus de la polio a été détecté dans les eaux usées stagnantes de Gaza, a annoncé le Ministre de la santé du Hamas. Israël confirme la présence du virus ce qui laisse craindre une crise sanitaire d’ampleur

  • Streaming : Netflix annonce des résultats au-delà des attentes pour le second trimestre 2024

    binge watching - La plateforme a interdit le partage de comptes et proposé des abonnements avec publicités, cette stratégie semble payante aux vues des résultats financiers de la plateforme. Netflix s’intéresse aussi aux sports et aux diffusions en direct

  • Chili: une vague de violences meurtrières choque la population

    En l’espace de 72 heures, au moins 16 personnes ont été tuées par balles à différents endroits de la capitale chilienne et ses alentours. Dans deux cas, il s’agit même d’homicides avec plusieurs victimes, dont des mineurs. Le plus jeune avait 13 ans. Les autorités et des experts estiment que ces affaires sont indépendantes les unes des autres mais liées au crime organisé qui gagne du terrain dans le pays. Avec notre correspondante à Santiago du Chili, Naïla DerroisnéLe président chilien, Gabriel

  • Inde: un train de passagers déraille, au moins deux morts et 35 blessés

    Au moins quatre voitures du Chandigarh-Dibrugarh Express se sont renversées quand celui-ci a déraillé dans le district de Gonda, non loin de la ville sainte hindouiste d'Ayodhya ce jeudi 18 juillet, ont annoncé les médias indiens.

  • Un opposant saoudien en grève de la faim dans un centre de rétention en Bulgarie

    Depuis deux semaines, un demandeur d'asile et opposant saoudien est en grève de la fin en Bulgarie. En détention depuis trois ans, il risque d'être expulsé à tout moment vers Ryad. Il accuse les autorités bulgares de violer la convention européenne des droits de l'Homme et demande sa libération immédiate. « J'ai entamé une grève de la faim illimitée le 5 juillet pour protester contre la violation par les autorités bulgares de mes droits, des lois européennes et des traités internationaux », a dé

  • Netflix concentré sur la fidélisation de ses 277 millions d'abonnés

    Netflix continue de gagner des millions d'abonnés mais le géant du streaming est désormais concentré sur la rétention et l'engagement d'utilisateurs noyés sous une offre de divertissement pléthorique.L'engagement "est la clé du succès de Netflix.

  • Braun-Pivet réélue présidente de l’Assemblée, un « déni démocratique », selon Faure

    La députée des Yvelines a été réélue au 3e tour de scrutin, jeudi, avec 220 voix contre 207 au candidat de la gauche André Chassaigne. Le NFP dénonce « le vote illicite de ministres ».