Sagittaire

23 NOVEMBRE - 21 DÉCEMBRE

Amour : Vous saurez éviter qu'une discussion ne dégénère en dispute, avec intelligence et tact. La vie amoureuse sera passablement bien influencée ; mais l'entente pourrait être bien meilleure si vous y mettiez davantage du vôtre. Célibataire, voilà une période qui s'annonce prometteuse sur le plan amoureux.

Travail-Argent : Vos activités seront ralenties par des impondérables. Il vous faudra donc prendre votre mal en patience. Vous serez efficace, mais aussi un peu trop autoritaire au goût de vos partenaires professionnels. Une rentrée d'argent inattendue est possible.

Santé : Ne faites pas d'excès, prenez soin de votre corps. Les soirées alcoolisées et enfumées ou les repas gargantuesques doivent rester une exception, il y a bien d'autre façon d'évacuer le stress et la tension nerveuse. Offrez-vous des moments de pure détente.

09 july
Illustrations de Jo Ratcliffe
  • Ni condamnation, ni déclaration à l’ONU après les frappes iraniennes sur Israël

    Session à l’ONU et réunion du G7 en attendant l’UE, la diplomatie cherche à éviter l’embrasement au Moyen-Orient après l’attaque de l’Iran sur Israël.

  • Israël déterminé à poursuivre son offensive à Gaza après l'attaque iranienne

    L'armée israélienne poursuit lundi ses opérations dans la bande de Gaza, affirmant que l'attaque iranienne sans précédent du weekend ne la fera pas dévier de ses objectifs face au Hamas."Même quand nous étions attaqués par l'Iran, nous n'avons pas perdu de vue, pas un seul instant, notre mission essentielle à Gaza, qui consiste à sauver nos otages des mains du Hamas, mandataire de l'Iran", a déclaré dimanche soir le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne.Il a annoncé l'envoi dans les prochains jours de deux brigades de réserve supplémentaires pour combattre dans le territoire palestinien assiégé.Selon l'armée, les otages enlevés par le Hamas lors de son attaque contre Israël le 7 octobre sont détenus à Rafah, dans l'extrême sud de la bande de Gaza.Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est dit déterminé à lancer une offensive terrestre contre cette ville qu'il présente comme le dernier grand bastion du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza. Et ce malgré les mises en garde de Washington et d'autres capitales internationales, qui redoutent un bain de sang parmi les Palestiniens déplacés.Selon l'ONU, environ 1,5 million de Gazaouis déplacés par les combats se massent en effet à Rafah, le plus souvent dans des camps de fortune.Dimanche, n'y tenant plus, des milliers d'entre eux se sont lancés sur le chemin bordant la mer, en direction du nord, à la suite d'une fausse rumeur selon laquelle l'armée israélienne autorisait les déplacés à retourner dans cette zone.- "On ne respire pas" -"Je ne pouvais plus rester dans le sud, il y a trop de monde. On ne respire pas là-bas. C'était terrible", raconte une d'entre elles, Basma Salman.Mais l'armée israélienne a démenti. "Le nord de la bande de Gaza reste une zone de combat", a insisté un porte-parole des forces armées. Et des Gazaouis interrogés par l'AFP ont affirmé avoir essuyé des tirs pendant leur pérégrination vers le nord.Nour, un homme d'une trentaine d'années, a préféré rebrousser chemin. "Ils tiraient sur les hommes, j'ai dû faire demi-tour. Nous ne voulons pas mourir".La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent menée le 7 octobre dans le sud d'Israël par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza, qui a entraîné la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir de données officielles israéliennes. Plus de 250 personnes ont été enlevées et 129 restent retenues à Gaza dont 34 sont mortes, d'après des responsables israéliens.La riposte israélienne a fait 33.729 morts, également une majorité de civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.- Réouverture des écoles -Le Hamas et Israël s'accusent mutuellement de saboter les pourparlers en vue d'une trêve. Pour autant, "la diplomatie n'est pas morte", a affirmé dimanche John Kirby, porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche.En Israël, l'armée a annoncé la réouverture lundi, dans la majeure partie du pays, des écoles qui avaient été fermées depuis samedi en raison de la menace d'attaque imminente de la part de l'Iran.Cette attaque sans précédent, baptisée "Promesse honnête", a été déclenchée dans la nuit de samedi à dimanche en riposte à une frappe imputée à Israël contre le consulat d'Iran à Damas le 1er avril.Israël a affirmé avoir "déjoué" cette opération nocturne en abattant, avec l'aide des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France et d'autres pays, 99% des plus de 350 projectiles -- drones, missiles balistiques et missiles de croisière -- qui se dirigeaient vers son territoire."L'attaque sans précédent de l'Iran a été contrée par une défense sans précédent", s'est félicité le contre-amiral Hagari.Selon lui, seuls quelques missiles balistiques sont entrés dans l'espace aérien israélien et ont "touché légèrement" une base militaire, qui reste en activité. Il a fait état de plusieurs blessés légers ainsi que d'une fillette de 7 ans placée en soins intensifs.L'Iran a pour sa part dit avoir "atteint tous ses objectifs" et causé de "sérieux dégâts dans la plus importante base aérienne du Néguev", dans le sud d'Israël.L'ONU "a failli à son devoir de maintenir la paix et la sécurité internationales" en ne condamnant pas la frappe contre le consulat iranien à Damas, a déclaré l'ambassadeur d'Iran aux Nations Unies, Amir Saeid Iravani, lors d'un Conseil de sécurité convoqué en urgence dimanche soir."Dans ces conditions, la République islamique d'Iran n'a pas eu d'autre choix que d'exercer son droit à l'autodéfense", a-t-il déclaré.Il a assuré que Téhéran ne voulait pas d'escalade, mais répondrait à "toute menace ou agression".L'ambassadeur israélien, Gilad Erdan, a pour sa part appelé le Conseil de sécurité à "imposer toutes les sanctions possibles contre l'Iran avant qu'il ne soit trop tard".- "Au bord du précipice" -S'exprimant lors du Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a averti que "le Moyen-Orient est au bord du précipice". Il a condamné à la fois l'attaque iranienne et la frappe contre le consulat iranien à Damas, soulignant le "principe d'inviolabilité" des établissements diplomatiques.Cette frappe a coûté la vie à sept membres des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de l'Iran. Téhéran a accusé Israël, qui n'a ni confirmé ni démenti.Israël est depuis la révolution iranienne de 1979 l'ennemi juré de l'Iran, qui appelle à sa destruction. Mais jusqu'à présent, Téhéran s'était gardé d'attaquer frontalement Israël, et les deux pays avaient l'habitude de s'affronter par tiers interposés, comme le Hezbollah.Plusieurs analystes jugent quasi inévitable une riposte d'Israël."La grande question n'est pas seulement de savoir si Israël va agir, mais aussi ce qu'il va choisir de faire", a déclaré à l'AFP un responsable américain, assurant que les Etats-Unis ne participeront "à aucune action potentielle de leur part".L'Iran de son côté semble avoir voulu éviter une escalade, a souligné Nick Heras, analyste du groupe de recherche américain New Lines Institute for Strategy and Policy. Cette attaque "était destinée à être vue dans le monde entier, mais pas à faire dégénérer la situation en une guerre régionale totale", a-t-il dit à l'AFP. burx-roc/tmt

  • Meghan Markle jalouse : la femme du prince Harry surprise en train de demander à une femme de s’éloigner de son mari

    Meghan Markle assiste au match de polo du prince Harry le 12 avril 2024. A la remise du trophée, la duchesse de Sussex a montré un geste trahissant sa jalousie.

  • "From Gaza With Love": le Palestinien Saint Levant réveille le festival Coachella

    Saint Levant, rappeur d'origine palestinienne, française, algérienne, serbe et qui a acquis sa notorité en ligne, a porté ce week-end sur la scène du festival américain de Coachella ses rythmes dansants et un message de solidarité avec les Palestiniens."Coachella, mon nom est Saint Levant, je suis né à Jérusalem et j'ai grandi à Gaza", a lancé l'artiste, sous les acclamations.

  • Attaque de l’Iran sur Israël : Joe Biden veut éviter un embrasement régional

    Les États-Unis ne veulent ni « escalade », ni « guerre » avec l’Iran, et Washington tente de convaincre Israël de s’en tenir à une réponse proportionnée.

  • Un an après le début de la guerre, une conférence à Paris pour remobiliser sur le Soudan

    Lundi, soit un an jour pour jour après le début du conflit, Paris accueille une conférence internationale pour le Soudan et les pays voisins. La guerre a fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de plus de 8,5 millions de personnes, selon l'ONU. Une conférence internationale s'ouvre lundi 15 avril à Paris sur le Soudan, un an après le début de la guerre, avec l'espoir de réveiller la mobilisation sur "une crise oubliée" aux conséquences humanitaires catastrophiques et aux risques gé

  • Attaque de l’Iran : Soutenir Israël tout en évitant un embrasement de la région, la difficile équation de Biden

    dilemme - Washington veut à tout prix éviter une riposte israélienne contre Téhéran car elle risquerait de provoquer une dangereuse spirale au Moyen-Orient

  • Mike Tindall : cette demande de la princesse Anne qu’il a refusée avant d’épouser Zara

    Mike Tindall épouse Zara Phillips, la fille de la princesse Anne, en 2011. Le rugbyman, rapporte express.co.uk le 14 avril 2024, a refusé une demande de changement majeur de la princesse.

  • A 100 jours des JO de Paris, Macron s'invite sur BFMTV avant une visite du chantier du Grand Palais

    J-100: Emmanuel Macron lance symboliquement lundi le compte à rebours des Jeux olympiques de Paris, d'abord avec une interview sur BFMTV et RMC à 08H20, avant une inspection de chantier du Grand Palais, à Paris, qui doit abriter plusieurs épreuves.- Démonstration d'escrime - Le président de la République doit ensuite se rendre à 09H00 sur le chantier du Grand Palais, objet d'une rénovation depuis 2021, qui doit accueillir les épreuves olympiques et paralympiques d'escrime et de taekwondo.

  • Cinq ans après l'incendie, Notre-Dame de Paris retrouve de sa splendeur

    Le 15 avril 2019, le monde entier assistait avec stupeur à l'incendie spectaculaire qui a ravagé Notre-Dame de Paris. Cinq ans plus tard, la cathédrale a retrouvé de sa splendeur et se prépare à rouvrir dans moins de huit mois.Sous les yeux des Parisiens et des touristes, la flèche de ce symbole de la chrétienté, conçue par l'architecte du XIXe siècle Eugène Viollet-le-Duc, s'était effondrée sur elle-même, ainsi qu'une partie de sa toiture."Nous avons tous vécu le choc de la cathédrale après l'incendie, avec ces visions de désolation: les brèches béantes dans les voûtes, les décombres qui jonchaient le sol", se souvient Philippe Jost, le nouveau responsable du chantier de Notre-Dame depuis septembre.L'incendie avait pris en fin d'après-midi dans les combles de la cathédrale, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco et monument le plus visité d'Europe avec 12 millions de visiteurs par an avant le drame. En début de soirée, d'immenses flammes dévoraient une partie de la toiture du bâtiment, dégageant une épaisse fumée aux teintes jaunâtres.Les images, diffusées en direct sur de nombreuses chaînes d'information à travers le monde, et sur les réseaux sociaux, avaient suscité une vive émotion planétaire.Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait réagi le soir même, tout comme l'ex-président américain Donald Trump, qui avait suggéré le largage d'eau par des bombardiers, sur le réseau social Twitter (renommé X depuis), manœuvre impossible selon la Sécurité civile française.Les quelque 400 pompiers mobilisés avaient lutté contre les flammes pendant presque 12 heures. Le feu, maîtrisé durant la nuit, s'est éteint peu avant 10H00 le lendemain.- 846 millions d'euros de dons-Lançant le soir même une souscription nationale pour aider à la reconstruction de l'édifice, le président Emmanuel Macron avait dit vouloir que Notre-Dame de Paris soit rebâtie "d'ici cinq années", malgré les nombreux défis qui s'imposaient.Les appels aux dons s'étaient multipliés, et dans un grand élan de solidarité mondiale, ce sont au total à 846 millions d'euros qui ont été récoltés.Le chantier a été interrompu quelques semaines en raison du Covid en 2020.Quatre ans plus tard, les principaux défis posés par sa restauration ont néanmoins été relevés, selon M. Jost, qui préside l'établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale depuis le décès, en août dernier, du général Jean-Louis Georgelin.Quelque 250 entreprises et des centaines d'artisans d'art, d'architectes et de professionnels ont travaillé dans ce chantier hors norme pour permettre la réouverture du chef-d'œuvre de l'art gothique.Parmi les défis techniques, M. Jost cite, la reconstruction à l'identique, achevées fin mars, des charpentes de la nef et du chœur avec plus d'un millier d'arbres bicentenaires spécialement sélectionnés dans les forêts françaises.La cathédrale a également retrouvé sa flèche, avec sa croix et son coq, apposés au sommet en décembre.Le grand orgue -le plus grand de France- avait été épargné par le feu mais recouvert de poussière de plomb. Après nettoyage, ses 8.000 tuyaux ont été remontés un par un, et son harmonisation devrait durer six mois pour redonner sa "voix" à Notre-Dame.Concernant l'intérieur, la cathédrale a retrouvé une luminosité inconnue de mémoire de vivant: le nettoyage des murs, voûtes et décors est quasiment achevé.D'ici l'été, les toitures de la nef, du chœur et de la flèche, la restauration des sols, ainsi que des travaux sur du mobilier d'art intérieur, doivent aussi être terminés.Et à partir de l'automne, le parvis et les accès seront dégagés et réaménagés en lien avec la Ville de Paris, chargée de restructurer les abords, qui doivent être verdis, à l'horizon 2028.L'appel à candidatures pour la création de vitraux contemporains, selon le souhait du président Macron, a été lancé mercredi. Ils ne devraient toutefois pas être installés dans la cathédrale avant 2026.bur-vgu/oaa/lpa

  • Face à la violence des gangs, de plus en plus d'Haïtiens cherchent à quitter le pays

    En l’espace d’un mois, près de 100 000 habitants ont quitté la métropole de Port-au-Prince, selon les chiffres de l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations. La violence des groupes armés qui sévissent dans la capitale pousse toujours plus de déplacés sur les routes et ceux qui le peuvent prennent de plus en plus souvent une décision radicale : quitter Haïti pour fuir le chaos et rejoindre les États-Unis. Reportage à l’aéroport de Cap-Haïtien. Avec nos envoyés spéciaux à Cap-Haïtie

  • Tir mortel sur le film "Rust": l'armurière fixée sur sa peine lundi

    L'armurière du western "Rust", produit par Alec Baldwin et sur le tournage duquel la directrice de la photographie avait été tuée par un tir, doit être fixée sur sa peine lundi.C'est elle qui avait chargé le revolver avec lequel Alec Baldwin répétait en octobre 2021, lorsque le tournage a viré au drame dans un ranch de cette région du sud-ouest des Etats-Unis: une balle réelle avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins et blessé le réalisateur Joel Souza.

  • Suède : un ancien général syrien jugé pour crimes de guerre

    Un ancien général syrien comparaît lundi devant un tribunal à Stockholm pour son rôle présumé dans des crimes de guerre dans son pays en 2012, devenant le plus haut responsable militaire syrien jugé en Europe.Mohammed Hamo, qui était brigadier général dans l'armée, est à ce titre le dirigeant militaire syrien de plus haut rang à comparaître devant un tribunal en Europe mais des procédures sont en cours dans d'autres pays qui visent des généraux de plus haut rang.

  • Un an après le début de la guerre, une conférence à Paris sur le Soudan

    Une conférence internationale s'ouvre lundi à Paris sur le Soudan, un an après le début de la guerre, avec l'espoir de réveiller la mobilisation sur "une crise oubliée" aux conséquences humanitaires catastrophiques et aux risques géopolitiques majeurs."L'attention internationale est plus sur Gaza et sur l'Ukraine que sur le Soudan", a insisté le Quai d'Orsay, évoquant une crise "humanitaire mais aussi géopolitique.

  • Guerre en Ukraine : Kiev reconnaît une situation « tendue » sur le front Est

    CONFLIT - L’offensive russe a lieu alors que l’armée ukrainienne peine à recruter face à Moscou dont les troupes sont mieux garnies et mieux équipées

  • Mali: Oumar Mariko veut alerter sur le bilan de la transition avant d'exiger des élections

    Dialogue inter-Maliens, suspension des activités des organisations politiques, ou encore fin officielle de la période de transition - c'était officiellement le 26 mars dernier, mais les autorités sont pourtant toujours bel et bien en place-, autant de sujet qui suscitent l'indignation de tous les partis d'opposition. Elle suscite aussi celle d'Oumar Mariko, du parti Sadi, figure historique de la politique malienne, actuellement en exil, et qui se distingue par une position à part : contrairement

  • Le procès pénal historique de Trump s'ouvre en pleine campagne présidentielle

    Donald Trump va devenir lundi le premier ex-président de l'Histoire des Etats-Unis à faire face à la justice pénale, avec l'ouverture d'un procès à New York qui rend plus imprévisible son duel contre Joe Biden lors de l'élection de novembre.Cela ne l'empêcherait pas d'être candidat au scrutin présidentiel du 5 novembre, où il rêve d'une revanche contre Joe Biden, mais placerait la campagne dans une situation totalement inédite. 

  • Colombie : les négociations de paix ont repris entre Bogota et la guérilla ELN

    Les délégations du gouvernement colombien et de l'Armée de libération nationale (ELN) ont relancé, samedi à Caracas, les négociations pour parvenir à un accord de paix. Les pourparlers étaient gelés en raison notamment d'affrontements entre la guérilla et d'autres groupes armés. Nouvel espoir pour arriver à un accord de paix en Colombie. Le gouvernement colombien et l'Armée de libération nationale (ELN) ont repris samedi à Caracas les négociations, qui étaient gelées, ont confirmé les deux parti

  • Attaque de l’Iran contre Israël : Le Hezbollah félicite son allié iranien

    CONFLIT - Le mouvement libanais salue la décision « de Téhéran de répondre fermement à l’attaque sioniste contre le consulat iranien à Damas »

  • 🔴 En direct : à l'ONU, Téhéran dit n'avoir "pas eu le choix", Israël réclame des sanctions

    L'Iran a affirmé dimanche à l'ONU n'avoir "pas eu d'autres choix que d'exercer son droit à l'autodéfense" en lançant des centaines de drones et de missiles vers Israël, qui a pour sa part réclamé "toutes les sanctions possibles" contre Téhéran. L'armée israélienne a annoncé la réouverture lundi, dans la majeure partie du pays, des écoles. Suivez en direct l'évolution de la situation au Proche-Orient. L'essentiel L'armée israélienne a annoncé la réouverture lundi, dans la majeure partie du pays,