Scorpion

23 OCTOBRE - 22 NOVEMBRE

Amour : Vous n'échapperez pas à un coup de cœur. Il s'agira sans doute d'une attraction plus sensuelle que sentimentale. Méfiance pour les couples, ne tentez pas le diable. Car même si vous attirez tous les regards il faut savoir vous contrôler et ne pas franchir la ligne. Les jeux de séduction pourront vous attirer des ennuis même s'ils sont pour vous une simple distraction.

Travail-Argent : Vous aurez probablement des achats à faire pour les enfants ou pour la maison. Mais vous êtes quelqu'un d'organisé et de prévoyant alors, même si vous laissez peu de place dans votre vie pour les imprévus, veillez tout de même à garder une somme pour les événements non planifiés. Côté travail rien à signaler, aucune évolution notable de votre situation n'est en vue, mais patience, après le calme vient toujours la tempête ! Vous pourriez être pris dans un tourbillon d'activités plus rapidement que prévu !

Santé : Vous pourriez soulever des montagnes ! Le problème est que cette semaine les occasions de montrer votre force et votre courage se feront rares. Profitez-en pour faire toutes ces petites choses qui semblent <em>a priori </em>futiles et qui sont pourtant bien nécessaires ! Pourquoi ne pas vous attaquer à un grand ménage ? Cela peut être aussi l'occasion de mitonner vos bons petits plats pour toute la semaine.

18 august - 24 august
Illustrations de Jo Ratcliffe
  • Troupes occidentales en Ukraine : Emmanuel Macron face à l'opposition européenne et française

    Les propos d’Emmanuel Macron sur la possibilité d'envoyer des troupes occidentales en Ukraine pour soutenir Kiev face à l'invasion russe ont provoqué, mardi, une levée de boucliers en Europe. Les alliés de l'Ukraine, dont Berlin et Londres, ont opposé une fin de non-recevoir à ces propos, estimant que cela risquait d'entraîner une escalade du conflit. En France, les oppositions politiques, de LFI au RN, ont condamné unanimement cette éventualité, la qualifiant de "folie". Un tollé immédiat. Face

  • Bruno Dumont : « Non, “L’Empire” n’est inspiré ni de “Dune” ni de “Star Wars” ! »

    INTERVIEW. Le film « L’Empire », en salle depuis le 21 février, opère un alliage déjanté entre l’univers du réalisateur nordiste et les codes du space opera.

  • Polémique sur les chiens sans muselière dans le train : quelles sont les règles ?

    Muselière, laisse, tarifs… Voici un rappelle des règles à connaitre avant de voyager avec un chien.

  • Sur l’Ukraine, Gabriel Attal éreinte Marine Le Pen : « si vous aviez été élue, on fournirait des armes à la Russie »

    Le chef du gouvernement a profité d’une question posée par la cheffe de file du RN à l’Assemblée pour rappeler les liens et la complaisance du parti d’extrême droite à l’égard de Vladimir Poutine.

  • Le roi de Norvège, Harald, hospitalisé en Malaisie pour une infection

    Le doyen des souverains en exercice en Europe multiplie les problèmes de santé et les arrêts maladie ces dernières années.

  • Comment s’habiller pour booster son ego et sa confiance en soi ? Bilal Hassani et Zalando ont la réponse

    La mode peut devenir un puissant outil pour renforcer votre confiance en soi et exprimer votre personnalité, comme en témoigne la dernière campagne de Zalando incarnée par Bilal Hassani.

  • La grippe aviaire a atteint l’antarctique, une potentielle catastrophe pour les pingouins

    Des oiseaux morts porteurs du virus H5N1 ont été retrouvés près d’une base de recherche argentine en Antarctique.

  • Propos d'Emmanuel Macron sur l'envoi de troupes en Ukraine: précisions françaises et réactions européennes

    Après les déclarations du président français Emmanuel Macron sur un potentiel envoi de troupes occidentales en Ukraine, les premières réactions européennes n'ont pas tardé. Les pays alliés de l'Ukraine ont dit ne pas avoir prévu d'envoyer des troupes. Un responsable de la Maison Blanche a déclaré qu'il n'existait aucun projet d'envoi de troupes de l'Otan pour combattre les forces russes. L'envoi de troupes occidentales au sol en Ukraine constituait jusqu'à présent un tabou absolu, les pays membr

  • "Il me demandait..." : L'affreux rituel qui aurait été imposé à Yanis Marshall par Bruno Vandelli

    Il était encore mineur lorsqu'il a commencé à fréquenter Bruno Vandelli. Yanis Marshall porte plainte aujourd'hui pour viol...

  • “Il régale tout le monde” : Cyril Lignac revisite le jambon coquillettes dans un risotto gourmand et régressif

    Vous aimez le risotto ? Vous allez adorer cette recette revisitée par le chef Cyril Lignac qui remplace le riz par des coquillettes. Voici comment reproduire sa recette.

  • Ligue des nations féminine: pour Le Sommer, le vainqueur de la finale Espagne-France sera "champion d'Europe"

    Eugénie Le Sommer a indiqué clairement ce que représentait la Ligue des nations à ses yeux alors que la France défiera l'Espagne ce mercredi en finale à Séville.

  • Troupes occidentales en Ukraine : les Européens réticents à l'idée esquissée par Macron

    Berlin, Londres et d'autres alliés européens de Kiev ont opposé mardi une fin de non-recevoir aux propos du président français Emmanuel Macron estimant la veille que l'envoi de troupes occidentales en Ukraine ne pouvait pas "être exclu".Le Kremlin de son côté a jugé qu'il n'était "absolument pas dans l'intérêt de ces pays" d'envoyer des soldats en Ukraine. Le simple fait d'évoquer cette possibilité constituait "un nouvel élément très important" dans le conflit, a ajouté le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.Interrogé sur le risque d'un conflit direct entre l'Otan et la Russie, en cas de présence militaire en Ukraine, Dmitri Peskov a répondu que "dans ce cas, nous ne devrions pas parler de probabilité, mais d'inévitabilité".Lundi à Paris, Emmanuel Macron avait reconnu qu'il n'y avait "pas de consensus aujourd'hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol". "Mais en dynamique, rien ne doit être exclu. Nous ferons tout ce qu'il faut pour que la Russie ne puisse pas gagner cette guerre", a-t-il ajouté, disant "assumer" une "ambiguïté stratégique"."Beaucoup de gens qui disent +Jamais, jamais+ aujourd'hui étaient les mêmes qui disaient +Jamais des tanks, jamais des avions, jamais des missiles à longue portée+ il y a deux ans", a-t-il aussi souligné.M. Macron s'exprimait à l'issue d'une conférence internationale de soutien à l'Ukraine, organisée à la hâte en France en présence de vingt-sept autres pays, à un moment critique pour Kiev, en attente des armes occidentales nécessaires à sa survie.Cet hypothétique envoi de troupes en Ukraine, sur une base bilatérale, serait lié à des actions identifiées comme prioritaires pour les Européens: cyberdéfense, coproduction d'armement en Ukraine, déminage...- "Sans franchir le seuil de belligérance" -"Certaines de ces actions pourraient nécessiter une présence sur le territoire ukrainien, sans franchir le seuil de belligérance", a précisé mardi le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné. Donc pas de troupes destinées à combattre directement contre les Russes.Le Royaume-Uni a d'ailleurs reconnu qu'"un petit nombre" de personnes envoyées par Londres se trouvaient déjà sur place "pour soutenir les forces armées ukrainiennes, notamment en termes de formation médicale", selon un porte-parole du Premier ministre britannique Rishi Sunak, précisant toutefois: "Nous ne prévoyons pas de déploiement à grande échelle".Le chancelier allemand Olaf Scholz a affirmé mardi qu'"aucun soldat" ne serait envoyé en Ukraine par des pays d'Europe ou de l'Otan: "Ce qui a été décidé entre nous dès le début continue à être valide pour l'avenir", à savoir "qu'il n'y aura aucune troupe au sol, aucun soldat envoyé ni par les Etats européens, ni par les Etats de l'Otan sur le sol ukrainien".Le soutien à Kiev "ne prévoit pas la présence sur le territoire ukrainien de troupes d'Etats européens ou de l'Otan", a souligné le gouvernement italien, dont le ministre des Affaires étrangères, Antonio Tajani, a appelé à "être très prudent" sur ce sujet, car "nous ne devons pas apparaître comme étant en guerre avec la Russie".L'Espagne n'est "pas d'accord" avec l'idée lancée par M. Macron, et le duo formé par la Pologne et la République tchèque "n'envisage pas d'envoyer" de troupes en Ukraine", selon leurs dirigeants.Ulf Kristersson, Premier ministre de la Suède qui va très prochainement devenir le 32e membre de l'Otan, a fait valoir qu'"il n'y a pas de demande" côté ukrainien pour des troupes au sol. Donc "la question n'est pas d'actualité", a-t-il insisté, sans toutefois exclure cette possibilité à l'avenir.- "Aucun projet" de l'Otan -L'Otan aussi a écarté tout envoi de troupes sur le théâtre des opérations. "L'Otan et les Alliés apportent une aide militaire sans précédent à l'Ukraine. Nous l'avons fait depuis 2014 et nous sommes passés à la vitesse supérieure après l'invasion russe à grande échelle. Mais il n'y a aucun projet de troupes de combat de l'Otan sur le terrain en Ukraine", a confié mardi un responsable de l'Alliance à l'AFP.Depuis qu'il a reçu le président ukrainien Volodymyr Zelensky mi-février à l'Elysée pour signer un accord de sécurité bilatéral, Emmanuel Macron peint un tableau très sombre des intentions de Vladimir Poutine et tente de se positionner en première ligne de l'appui apporté à Kiev.Au sein de la classe politique française, l'éventualité d'envoyer des troupes en Ukraine a soulevé un tollé chez les oppositions, de la gauche radicale à l'extrême droite en passant par les socialistes et la droite.Le Premier ministre français Gabriel Attal a jugé mardi qu'il y avait "lieu de se demander si les troupes de Vladimir Poutine (n'étaient) pas déjà" en France, visant nommément Marine Le Pen, dans une passe d'armes tendue au parlement avec la députée d'extrême droite, favorite de la présidentielle de 2027.bur-ybl/thm

  • Miranda Kerr à nouveau maman, son quatrième garçon porte un prénom bien de chez nous

    Miranda Kerr vient d'accueillir son quatrième enfant, un garçon prénommé Pierre.

  • La reine Maxima en Colombie en solo pour l’ONU

    La reine Maxima des Pays-Bas est en Colombie le temps d’une visite de travail en solo, en tant que représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la finance inclusive pour le développement.

  • Odysseus, disparition du plus grand singe au monde et E. coli : l'actu des sciences en ultrabrèves

    Au sommaire des ultrabrèves du 27 février 2024 : la sonde américaine Odysseus envoie ses premières images de la Lune, comment le plus grand singe ayant jamais existé a disparu et la mutation qui fait passer Escherichia coli d'inoffensive à dangereuse.

  • AM.PM, NV Gallery, Maisons du Monde : 30 nouveautés qui font rêver pour le printemps

    Courbes organiques, matières naturelles ou nuancier pop. Nos enseignes de décoration préférées ont décidé de faire renaître le printemps plus tôt que prévu. Voici toutes les nouveautés qui risquent de vous (re)donner le sourire.

  • Envoi de troupes en Ukraine : Pascal Praud dénonce un "problème de leadership en Europe", le ton monte sur CNews

    En réaction à l'annonce d'Emmanuel Macron de l'envoi de troupes en Ukraine, Pascal Praud a dénoncé un "problème de...

  • Vue sur TikTok, voici l'une des meilleures méthodes pour porter un bandeau dans les cheveux

    Cela fait maintenant quelques mois que le bandeau a fait son retour. Si tout le monde le porte, encore faut-il savoir le positionner correctement. Sur les réseaux sociaux, une française révèle sa technique très simple pour le placer joliment et garder du volume en racines.

  • En cas de malaise voyageur dans le métro de Paris, la doctrine d’intervention va changer, annonce Valérie Pécresse

    Valérie Pécresse a annoncé une évolution de la doctrine en cas de malaise voyageur ou de colis suspects pour fluidifier dans les transports parisiens à l’approche des JO de Paris.

  • Attal arpente le Salon de l'agriculture dans le calme, sur fond de campagne contre le RN

    Entre verre de lait et gorgées de rhum, Gabriel Attal a arpenté mardi le Salon de l'agriculture dans un calme qui contrastait avec le tumulte de son inauguration par Emmanuel Macron, sur fond de campagne contre l'extrême droite en vue des élections européennes.Désireux de sortir de ces tensions, Emmanuel Macron a choisi d'évoquer les élections européennes et de pilonner le RN qui fait la course largement en tête dans les sondages face à une Macronie à la peine.