Publicité

Love is Blind : pourquoi le terme de "pick me girl" est profondément ancré dans le sexisme ?

Alors que l'épisode de réunion de la saison 6 de "Love is Blind" a été diffusé dans la nuit du 13 mars 2024, un terme est revenu à plusieurs reprises : celui de "pick me girl". Qui sont ces filles qui réclament d'être choisies par amour, et pourquoi ce terme est-il problématique et profondément ancré dans le sexisme ? Explications.

Love is Blind : pourquoi le terme de
Love is Blind : pourquoi le terme de "pick me girl" est profondément ancré dans le sexisme ? © GREG GAYNE/NETFLIX

La saison 6 de "Love is Blind" n'a pas été riche en unions, avec un seul couple qui a fini par se dire oui à la fin de l'expérience. Mais elle a été riche en drama, en disputes et en surprises. Notamment avec Jeramey, qui a décidé de demander Laura en mariage, mais qui a finalement terminé dans les bras de Sarah-Ann, à qui il avait pourtant dit non dans les pods, où ils vivaient un triangle amoureux. La jeune femme, bien décidée à tenter sa chance, lui a envoyé un message sur Instagram à sa sortie de l'émission, ce qui a fait changer le jeune homme d'avis.

Sur le plateau de l'épisode de réunion de l'émission, les trois protagonistes se sont retrouvés, ce qui a donné lieu à une explication musclée.

Vidéo. Marie-Aldine Girard : "Il n'y a rien de pire que les femmes entre elles"

"C'est toi, la pick me girl"

Durant cette discussion, Laura a clairement accusé Jeramey de lui avoir menti en affirmant avoir passé la soirée à discuter avec Sarah-Ann dans un parking, alors que sa localisation partagée avec son ex-fiancée, prouvait qu'il s'était en réalité rendu chez une autre femme. Alors que Laura traitait son ex-partenaire de clown, Sarah-Ann a pris la défense de son compagnon, affirmant à sa rivale : "Tu disais de la m*rde sur moi dans les pods, tu disais que j'étais une pick me girl, mais c'est toi, la "pick me girl"."

Mais qu'est-ce qu'une "pick me girl" ? Ce terme fait référence "à une personne qui cherche activement à se faire remarquer et à être choisie ou préférée par des partenaires potentiels, des amis ou des groupes sociaux, souvent en mettant en avant des traits de personnalité, des opinions ou des comportements qui sont censés plaire ou attirer l'attention de ces groupes cibles", rappelle le site de rencontre Seeking.com.

Difficile de savoir précisément d'où vient cette expression, mais certaines personnes estiment qu'elle provient d'un épisode de la série "Grey's Anatomy", dans lequel Meredith supplie Derek de la choisir en prononçant la phrase suivante : "Pick me, chose me, love me", soit "Choisis-moi, aime-moi."

Sarah-Ann n'est d'ailleurs pas la seule à avoir eu droit à ce reproche. Sur les réseaux sociaux, Chelsea a également été qualifiée de "pick me girl" à plusieurs reprises, pour avoir eu l'audace d'affirmer être le sosie de Megan Fox. "Cette déclaration peut être interprétée comme une tentative classique de "pick me" : dans le contexte de pression et de compétition pour l'attention et l'affection, la candidate a choisi de jouer la carte de la ressemblance avec une icône de beauté incontestée. Son but ? Booster son charme aux yeux de son crush et se démarquer coûte que coûte", précise Seeking.com.

Quelles sont les attitudes d'une "pick me girl" ?

Les personnes considérées comme des "pick me girls" sont souvent des personnes qui possèdent une très faible estime d'elles-mêmes. Elles recherchent désespérément une forme de validation, et plus précisément de validation masculine, et un véritable besoin de se sentir aimées. Pour cela, elles n'hésitent pas à adapter leur personnalité, à prétendre aimer des choses qu'elles n'aiment pas, ou encore critiquer ouvertement d'autres personnes pour se mettre en valeur.

Forcément, ce type d'attitude est extrêmement toxique, non seulement pour les personnes qui les vivent, comme pour celles qui les subissent. "En cherchant constamment à plaire aux autres par des comportements ou des opinions qui ne reflètent pas ses véritables sentiments ou croyances, les individus peuvent s'éloigner de leur propre identité. Cette perte d'authenticité peut mener à un sentiment de vide ou d'insatisfaction personnelle", explique Emma Hathorn, Experte dating pour Seeking.com, qui précise : "Lorsque l'estime de soi est fortement liée à la manière dont les autres nous perçoivent, cela peut conduire à une dépendance malsaine à l'approbation et à l'attention des autres. Cette dépendance peut rendre difficile la prise de décisions basées sur ses propres désirs ou besoins."

Pick me girl, un terme sexiste dont il faut se méfier

Si l'expression "pick me boy" existe également, l'expression "pick me girl" est nettement plus répandue, et sur les réseaux sociaux, ces dernières sont largement moquées. Mais en réalité, ces femmes prêtes à tout pour obtenir une validation dans le regard masculin sont tout simplement les victimes d'un système patriarcal, dans lequel la valeur des femmes est encore trop souvent placée dans l'attention que le sexe opposé leur porte.

Pointer du doigt un comportement profondément ancré dans le patriarcat sans préciser qu'il est une conséquence directe du sexisme vécu par les femmes, c'est perpétuer cette forme de sexisme.

Vidéo. Ces comportements sexistes dont sont souvent victimes les femmes en entreprise

À lire aussi :

>> Elles ont utilisé leur physique au travail : "Quitte à subir le sexisme, autant m'en servir"

>> Les footballeuses "moins douées et interessantes" que les hommes ? Ces clichés ultra-sexistes qui font perdre des millions

>> Patrick Dempsey, homme le plus sexy de 2023 à 57 ans : le reflet du sexisme dans le showbusiness