Consommer des édulcorants pendant la grossesse augmenterait le taux de graisse du futur bébé

Katia Rimbert
Journaliste
Consommer des édulcorants pendant la grossesse augmenterait le taux de graisse du futur bébé

Une récente étude met en garde les futures mamans. Les édulcorants, utilisés pour donner un goût sucré aux aliments et boissons (les calories en moins), auraient des conséquences sur la santé du nourrisson… Lorsqu’ils sont consommés par les femmes enceintes.

Depuis des années, on nous a habitués à manger du sucre zéro calorie en nous expliquant (à grand renfort de publicités et de marketing) que cela était meilleur pour la santé car moins calorique. Si les avis divergent sur les bienfaits - ou non - des édulcorants hypocaloriques mais aussi sur les aliments à bannir pendant la grossesse, une récente étude affirme que ces derniers seraient dangereux pour le nouveau-né s’ils sont ingérés par sa future maman.

Des sucres allégés… Pas si light

Selon les chercheurs, la consommation de “faux sucre” augmenterait sensiblement l’IMC (Indice de Masse Corporelle) du bébé - comprenez sa masse adipeuse. Mais ce n’est pas tout. Elle aurait aussi un impact sur le poids, la tolérance au glucose ainsi que le microbiote du poupon. La flore intestinale de ce dernier pourrait donc être détériorée parce que sa génitrice a avalé de l’aspartame... En pensant bien faire.

Pour arriver à ces conclusions, les scientifiques ont réalisé une expérience sur 150 rats, dont les résultats ont été publiés dans la revue Gut. Ils ont analysé l’évolution de ces animaux, répartis en plusieurs groupes avec des régimes alimentaires différents, pendant leur gestation et l’allaitement de leurs petits jusqu’à 18 semaines après leur naissance.

Des risques d’obésité chez l’enfant

Résultat, la consommation régulière d’édulcorants artificiels pendant la gestation développe la graisse chez les petits pendant leur période de sevrage mais aussi grimper leur poids sur le long terme donc augmenter le risque d’obésité dans les premières années de la vie. Transposé à l’être humain, cela pourrait potentiellement accroître les risques de maladies cardio-vasculaires. Cela se vérifie aussi pour les “faux sucres” naturels comme la stevia, l’alternative naturelle à l’aspartame.

En décembre 2019, une étude australienne démontrait que les personnes qui ont l’habitude de consommer des édulcorants artificiels affichent globalement plus de kilos sur la balance que ceux qui ingèrent du sucre non transformé. De quoi remettre en question le régime des femmes enceintes mais aussi le contenu de nos placards.

A LIRE AUSSI

> Le réchauffement climatique réduirait la durée des grossesses et augmenterait le nombre de bébés prématurés

> De plus en plus de femmes décèdent pendant la grossesse à cause de l’âge plus important des futures mamans et de l’obésité

> Les aliments qui contiennent étonnamment pas mal de sucre