Sites de rencontre et fausses photos : "Il m'a menti sur son physique et s'est vexé quand j'ai refusé de coucher avec lui"

Young adult woman swiping on an online dating app. She's using her smart phone on the sofa at home.
Les fausses photos sur les sites de rencontre sont malheureusement monnaie courrante. © Getty Images

Se faire passer pour quelqu'un que l'on n'est pas, c'est facile grâce à Internet. Fausses photos, angles flatteurs, filtres, retouches... Mais quand vient l'heure de la rencontre, les choses se compliquent. Lors d'un premier rendez-vous, de nombreuses personnes ont eu une mauvaise surprise en ne voyant pas arriver la personne à qui ils ou elles s'attendaient. Et au-delà de la déception, il y a forcément une sensation de trahison.

Elle est loin l'époque à laquelle nos parents nous déconseillaient de rencontrer des gens connus sur Internet, et où l'utilisation des sites et applications de rencontre était marginalisée. Aujourd'hui, tout le monde ou presque connaît un couple qui s'est formé grâce à Tinder, Bumble, Badoo ou encore Meetic. Mais pour y trouver l'amour, encore faut-il éviter les écueils et les mensonges de certaines personnes mal intentionnées. Il faut dire que de nombreux utilisateurs et de nombreuses utilisatrices n'hésitent pas à arranger la vérité, voire à carrément mentir au sujet de leur apparence.

"La femme qui m'attendait n'était pas tout à fait celle des photos"

Selon une récente étude menée par le site de rencontres Badoo, 26% des sondé·e·s ont peur de ne pas reconnaître leur interlocuteur avec quelqu'un d'autre lors d'un premier rendez-vous. Pire : 28% des répondant·e·s n'ont pas reconnu la personne à laquelle ils ou elles avaient proposé une rencontre, car cette dernière ne ressemblait pas du tout à leur photo de profil. Et c'est précisément ce qui est arrivé à Martin, 33 ans. "Cela faisait deux ou trois jours que je discutais avec une nana rencontrée sur une appli. Ses photos me plaisaient, sa personnalité aussi. Je lui ai donc proposé d'aller prendre un verre, ce qu'elle a accepté avec enthousiasme. J'ai commencé à me poser des questions quelques heures avant notre rencontre, quand elle a voulu me faire promettre de ne pas être déçu quand j'allais la voir. Pour moi, ce genre de déclaration est un red flag, un signe clair qu'il va y avoir erreur sur la marchandise, et ça n'a pas loupé."

Vidéo. Façon Sexe - Sophie Fontanel : "Je lui ai envoyé un texto... Il m'a répondu 2 ans plus tard"

Malgré ses réserves, le trentenaire se rend au bar où ils ont rendez-vous, et envoie un sms à son interlocutrice pour la prévenir qu'il est arrivé. Elle lui signifie être également présente. "Je laisse mon regard errer à travers la salle sans succès, jusqu'à ce que je remarque une femme qui me regarde fixement. Mais ce n'était pas celle avec qui je discutais. Enfin, pas tout à fait." Il précise : "Elle avait l'air plus âgée que sur les photos. Plus mince, aussi. Quand je me suis approché, elle a vite constaté que j'étais pour le moins interloqué. Alors, elle a tout déballé : les photos qu'elle utilise sur son profil remontent à plusieurs années, raison pour laquelle elle paraît quelque peu différente." Déçu, Martin a écouté l'explication, et a exprimé son point de vue à la femme avec qui il partageait un verre : "Je lui ai dit que je la trouvais très belle, et que j'aurais sans doute craqué pour elle si elle avait été honnête dès le départ. Mais que son mensonge la rendait laide à mes yeux, car elle a brisé ma confiance avant même notre rencontre. Comment se lancer dans une relation saine après ça ? Même si ce sont ses photos, ce n'est plus elle, et à aucun moment elle ne l'a précisé. Je trouve ça vraiment dommage de gâcher ses chances de la sorte."

"J'ai compris qu'il m'avait menti quand il est descendu de la voiture"

Le fait de se faire passer pour quelqu'un d'autre en ligne a un nom, le "catfishing". Le fait de dissimuler la vérité avec des photos retouchées, anglées ou anciennes en porte un autre : le flexting, ou l'art de se montrer sous son meilleur jour... Quitte à déformer la réalité. Sophie, 29 ans, l'a découvert à ses dépens il y a quelques années : "C'était un de mes tous premiers matchs sur Adopte un Mec, je sortais d'une relation longue, et j'étais un peu stressée, alors j'ai décidé de dire au mec tous mes défauts, tous mes complexes, notamment que j'étais ronde. Il m'a répondu que lui était grand, qu'il n'avait pas de calvitie, qu'il était fin mais pas trop musclé, bref, un physique qui rentre tout à fait dans les normes de la société, et qui correspondait à ce que j'avais pu voir sur les photos de son profil."

Charmée, la jeune femme propose à son interlocuteur de la rejoindre chez elle : "Je sais que c'est un peu risqué, mais on avait déjà commencé à se chauffer, alors je me suis dit pourquoi pas. Quand je l'ai vu sortir de sa voiture, je me suis rendu compte qu'il m'avait menti. Il faisait 10 cm de moins que ce qu'il m'avait annoncé, avait une calvitie, et qu'il était nettement plus gros que ce qu'il m'avait laissé entendre. Ça a complètement coupé mon envie, alors que ce sont des choses qui ne me rebutent absolument pas à la base." Malgré sa surprise et sa déception, elle décide de lui donner une chance : "Il est resté dîner, mais au final, le feeling n'était pas là, et j'ai refusé de coucher avec lui. Il a été très vexé et insistant, il se plaignait d'avoir fait 1h de route pour venir jusqu'à chez moi. Je n'ai pas osé lui dire que c'était parce qu'il avait menti sur son apparence, alors pour me protéger, j'ai préféré lui dire que je pensais encore trop à mon ex. Résultat, il a commencé à critiquer mon ex, à me dire que je n'étais pas fiable, que je l'avais fait se déplacer pour rien, que je l'avais manipulé. Au final, il est parti, et a posté sur ses réseaux sociaux qu'il s'était déplacé pour finalement se prendre un vent." Menteur et irrespectueux du consentement, donc.

Vidéo. Ovidie : "Ils ont été biberonnés au porno tourné sans capote, il ne faut pas l'oublier"

"Avec les filtres, on est obligé de se méfier"

Echaudés par leurs mauvaises rencontres, de plus en plus de personnes ont mis en place des stratégies pour éviter les mauvaises surprises. C'est le cas de Louana, qui propose désormais de discuter en visio avec ses conquêtes sur les sites de rencontre : "Une photo, ça se trafique. Avec les filtres, les retouches, et puis toutes les histoires de catfish qu'on peut lire un peu partout, on est obligé de se méfier. Surtout quand on est une femme ! Alors si un mec refuse de discuter en face caméra avec moi avant la rencontre, je passe au suivant. Je préfère partir du principe qu'il a quelque chose à cacher et potentiellement passer à côté d'une rencontre, que de prendre le risque de tomber dans un traquenard comme par le passé."

Elle n'est pas la seule : Louis demande à ses interlocutrices de lui envoyer une photo avec un signe particulier. "La bouche en coeur, un signe de doigts, un objet... L'idée c'est de pouvoir esquiver les personnes qui pourraient utiliser de fausses photos, et ne pas tout avoir sous la main pour répondre à la demande." Par ailleurs, s'il constate que la personne use et abuse des filtres, il n'hésite pas à le lui signaler. "Je comprends les problèmes de confiance en soi, et la perception biaisée que l'on peut avoir à cause des réseaux sociaux. Mais quand on veut faire des rencontres sérieuses, il faut savoir accepter de se montrer sous son vrai jour, sans faire perdre de temps aux autres. Les gens qui ne veulent pas, je passe mon tour. Tant pis."

A LIRE AUSSI

>> 61% des Français dupés sur les sites de rencontre : "Et là, coup de fil de sa femme, mère de sa fille"

>> Rencontres et stéréotypes : "Une femme enthousiaste après un rencard passe pour une femme désespérée"

>> Fouiller dans le téléphone de son partenaire, un red flag ? Pas pour tout le monde !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles