Un magazine dédié aux jeunes filles aborde (enfin) le sujet des premières règles pour briser ce tabou

Katia Rimbert
·Journaliste
·4 min de lecture
(Crédit photo : Getty Images)
(Crédit photo : Getty Images)

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les premières règles sans jamais osé le demander. C’est ce que propose Tchika, le premier magazine papier d'empouvoirement (traduction de la notion d’“empowerment”) dédié aux filles de 7 à 12 ans, dans son sixième numéro. Le journal aborde ce sujet encore tabou pour pallier le manque d’information des jeunes filles en la matière.

Les règles. Ce “gros mot” dont on a bien du mal à parler avec ses parents, à l’école, dans les publicités de protections hygiéniques et dans la société la société en général. On a inculqué aux petites filles - et aux garçons aussi d’ailleurs - que c’était sale, on leur a montré un liquide bleu sur des protège-slips à la télévision (spoiler : le sang, c’est rouge) et quand la marque Nana a voulu casser les codes avec sa campagne Vive la vulve, le spot a créé un tollé sur les réseaux sociaux. On leur a aussi plus ou moins subtilement fait comprendre que c’était honteux alors que c’est tout simplement naturel. Et qu’accessoirement, c’est grâce au cycle menstruel que les femmes peuvent donner la vie.

Si on trouve désormais des kits premières règles (notamment celui de la marque Gina qui propose des protections en coton biologique et s’accompagne d’un livret pédagogique) et que la précarité menstruelle commence à entrer dans le début public - le gouvernement français distribue des protections hygiéniques gratuites aux femmes précaires ce mois-ci -, il y a encore un long chemin à parcourir.

Démystifier les premières règles

Pour donner un grand coup de pied dans les clichés et combattre les injonctions faites aux femmes mais aussi pour s’adresser à celles qui sont souvent oubliées dans les kiosques à journaux, le magazine Tchika a pris le parti de s’adresser aux fillettes et adolescentes entre 7 et 12 ans. Ce trimestriel féministe fondé par Elisabeth Roman a été lancé il y a un peu plus d’un an, en juin 2019. Pour son sixième numéro, disponible sur le site de la publication au prix de 10 euros, l’équipe a décidé d’aborder un sujet dont on ne parle que trop peu : les premières règles. C’est la “première fois qu'un média évoque le sujet de cette ‘première fois’ pour celles (et ceux) qui ne connaissaient rien au cycle menstruel”, explique le média indépendant.

Un dossier spécial a été consacré à ce vaste sujet pour répondre à toutes les interrogations des filles mais aussi “en finir avec les superstitions autour des règles”, que ce soit au niveau de l’âge des premières menstruations, en passant par la couleur qu’elles auront, la douleur qu’elles peuvent provoquer ou encore combien de temps elles durent (dans le mois comme dans une vie entière). Autant de questions que les fillettes n’osent peut-être pas poser dans leur foyer, à leurs copines ou à leur médecin. Et autant de réponses qui ont pour but de rassurer les lectrices, de leur expliquer le fonctionnement de leur corps et les changements qui vont se produire lors de la puberté. Nous aussi, on aurait aimé avoir ces pages entre les mains à leur âge.

Les menstrues à travers le monde

Le magazine a également lancé une semaine spéciale premières règles sur ses réseaux sociaux. Le but ? Briser le tabou des menstruations mais aussi montrer qu’il existe de nombreuses différences culturelles et religieuses d’un pays à l’autre quant à cette perte de sang mensuelle. Si au Népal certaines communautés hindoues imposent aux femmes de s’isoler dans un abri et de quitter leur maison lorsqu’elles sont indisposées, les Américaines qui viennent d’avoir leurs menstrues pour la première fois se voient organiser une fête tandis que les Tamouls prévoient un immense festin en l’honneur de celle qui vient “d’entrer dans la vie adulte”. On apprend aussi que certaines coutumes et traditions sont adoptées à cette occasion comme la dégustation de pommes confites au Japon.

A LIRE AUSSI

>> #RespectezNosRègles : des influenceuses posent en culotte tachée de sang pour en finir avec le tabou des menstruations

>> Journée mondiale de l'hygiène menstruelle : "J'ai totalement changé ma façon de gérer mes règles"

>> "Notre présentatrice n'assurera pas la météo parce qu'elle a ses règles" : le spot qui dénonce la précarité menstruelle